Publié le 14 novembre 2011 - Mis à jour le 15 novembre 2012

EDF condamnée pour avoir espionné Greenpeace

EDF a été condamnée le 10 novembre 2011 par le tribunal correctionnel de Nanterre dans une affaire d’espionnage l’opposant à Greenpeace. L’organisation écologiste voit dans cette victoire un argument supplémentaire dans sa lutte contre le nucléaire.

EDF condamnée pour avoir espionné Greenpeace

1,5 millions d’euros. Une belle amende pour une affaire d’espionnage qui fait plonger EDF et ravit Greenpeace. Alors que Europe Écologie-Les Verts et le Parti socialiste se déchirent sur la question du nucléaire, l’association s’est vu offrir par la justice une formidable tribune pour dénoncer cette technologie.

Tout est parti d’une affaire de dopage sur le Tour de France. En 2006, le cycliste américain Floyd Landis, vainqueur du Tour, est déchu de son titre suite à des résultats positifs au test anti-dopage. Il aurait alors organisé le piratage des ordinateurs du Laboratoire National de Dépistage du Dopage (LNDD) pour manipuler les résultats et conserver son titre. Mais le pirate mandaté laisse des traces et le LNDD porte plainte. Les enquêteurs retrouve la piste du pirate et celle-ci les mène jusqu’au dossier Greenpeace.

Le pirate du LNDD et Greenpeace est en effet la même personne, Alain Quiros. Sollicité par Thierry Lorho, ex-agent de la DGSE et patron de la société d'intelligence économique Kargus Consultants, il a piraté le disque dur de Yannick Jadot, alors directeur de campagne de Greenpeace. Le but : informer EDF des actions de Greenpeace, notamment sur le dossier du réacteur nucléaire de Flamanville. Un contrat de veille qui aurait mal tourné, assurait l’électricien français pour sa défense. Mais l’argument n’a pas convaincu le juge, qui a lourdement condamné les quatre accusés à des peines de prison et des amendes. EDF a pour sa part été condamnée à payer une amende de 1 500 000 euros au Trésor Public et à verser 500 000 € à Greenpeace au titre du préjudice moral.

« Le verdict d’aujourd’hui vient anéantir tous ces efforts de communication en confirmant qu’en France, l’industrie de l’atome est associée à mensonges, barbouzeries, illégalité », se réjouissait Greenpeace à travers la voix d’Adélaïde Colin, sa directrice de la communication. « Ces condamnations d’anciens membres de la DGSE, de la police, de la marine nationale, pour des faits d’espionnage font la preuve que le nucléaire et la démocratie ne sont pas compatibles ». Un argument que Greenpeace va sans nul doute s’employer à diffuser largement à quelques mois de l’élection présidentielle. 

Claire Sejournet
Envie de réagir ?
Je prends la parole
Je réagis à l'article
Déjà membre? Je me connecte