Et chez vous ?

Publié le 23 août 2007

Matyas
Articles du thème Eco construction
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réactions à l'article
Par matyass le 24 août 2007 à 09h00
Apparemment les nichoirs se

Apparemment les nichoirs se font de plus en plus, en ville...Ce serait drôle d'installer tous un nichoir à nos fenêtres !

Par audinou le 24 août 2007 à 09h31
Un nichoir c'est une bonne

Un nichoir c'est une bonne idée. C'est vrai que les constructions modernes ne sont pas souvent propices à l'installation des oiseaux.
Je vais moi aussi essayer de convaincre mes parents à la campagne. J'espère seulement trouver un endroit où les chats n'iront pas car la dernière que des oiseaux ont installé leur nid, un des chats les a hélas délogés...

Par lou le 26 août 2007 à 17h34
alors moi c'est trop drole, j

alors moi c'est trop drole, j'habite en appartement en ville également et dans ma salle de bain j'ai une fenêtre mais avec un profond renfoncement.. du coup, j'ai deux pigeons qui se sont logés la et j'adore car tous les matins en me levant je les entends glousser.. c'est trop agreable! du coup, je les nourris.. bon, c'est sur que le pigeon n'est pas le plus seduisant des oiseaux mais tout etre vivant est bon à etre protegé..
j'ai un peu la un nichoir..
sinon, chez mes parents en campagne, les oiseaux de toutes les sortes se nourrissent et s'habritent dans les même lieux et gamelles que ceux des poules.. c'est facile! :-)

Par matyass le 29 août 2007 à 11h28
Comme quoi ils trouvent

Comme quoi ils trouvent encore heureusement de quoi se loger...
J'aime ta phrase "tout être vivant mérite d'être protégé", c'est tellement vrai !

Alors protégeons nos oiseaux !

(Je crois que je vais essayer d'installer un nichoir sur la fenêtre...)

Par gael le 29 août 2007 à 11h31
C'est vraiment pas con, cette

C'est vraiment pas con, cette idée, je vais de suite trouver une astuce pour mes voisins des arbres. Si enfin, au lieu de détruire on commençais à construire, ce serait merveilleux... Et commencer par quelque chose d'aussi simple que d'abriter les oiseaux m'enchante !

Par murielberthelot le 30 août 2007 à 08h44
Je pense que je vais me faire

Je pense que je vais me faire huer mais, bon, courage !

Je crois bien que dans le centre de Paris (loin des parcs et bois), les seuls oiseaux en liberté sont les pigeons... Sans être une obsédée de l'ordre et du microbe, je ne suis pas sûre que cela soit très souhaitable d'aider les pigeons à se reproduire dans les grandes villes. Mais peut-être y a-t-il d'autres oiseaux ? Je ne sais pas. Le savez-vous ?

Mais, sinon, je trouve vraiment l'idée sympa !

Par matyass le 31 août 2007 à 09h58
C'est une remarque intÃ

C'est une remarque intéressante : pourquoi cette espèce d'oiseau se reproduit en ville autant que ça ? Parcequ'il a la nourriture facile ? C'est pourtant pas compliqué pour un oiseau de partir à la campagne !

C'est notre société qui fait que les pigeons pullulent chez nous et même si ils ne sont ni attrayant, ni propre, ils nous rappelent que la nature cherche un contact, qu'elle est là malgré la pollution, et qu'elle demande de l'attention.

Alors retournons la question : pourquoi nous réfugions-nous en ville pour habiter ? Ne sommes-nous pas comme les pigeons, sale à l'intérieur avec toute cette pollution, à nous aglutiner en ville pour grapiller plus de sous pour vivre soi-disant mieux ? Est-ce que ce n'est pas nous qui dévrions aller voir ailleurs si la vie n'est pas plus clémente ?
Si les pigeons sont tels qu'ils sont, ce n'est que le reflet de ce que nous faisons à nous-même. Voulons-nous des villes aseptisées, sans vie ? Ou au contraire, voudrions-nous vivre en partage avec la nature ? C'est le sujet d'un article précédent sur l'agriculture urbaine et les jardins partagés : à nous d'inventer une ville durable qui ne se coupe pas de la nature, qui soit vivable pour tous, même pour les pigeons, qui nous rappelent que nous faisons partis d'un tout, humain, animal, végétal.

Donc pour moi le problème n'est pas d'abriter ou de nourrir un pigeon de plus, c'est de réfléchir à notre manière de vivre, et nos désirs de vie en ville. Qui ne rêve pas d'habiter près de la mer, dans le montagne, la campagne, les marais ? Je questionne tous les citadins.

(Ps : il y a ce petit oiseau dont je ne connais le nom, qui est le second présent à Paris après le pigeon, un petit vif).

Par gael le 31 août 2007 à 10h26
Moi je rêve de la nature, j

Moi je rêve de la nature, j'en ai un besoin vital, mais je ne peux pas partir pour l'instant. J'ai horreur des pigeons, mais je trouve ta question juste : si nous les repoussons, c'est qu'il y a un souci de base. Je rêve alors d'une ville moins dense, plus vivable, ou les pigeons ne seraient pas de sale oiseaux de malheur qui traîne dans nos pattes de citadins pressés, mais un maillon de l'éco-système et reconnu comme tel.

Les pigeons ont apparemment besoin de nous pour se nourrir, en tout cas c'est leur mode de fonctionnement, mais ils ont besoin au fond d'eux de nature, d'arbre, de verdure, de petits vers de terre... donc nous les avons pervertis, c'est très juste. Et combien d'animaux avons-nous asservis de cette manière ? L'homme pour commencer.

En bon animal que je suis, j'ai envie de fuire une ville qui me rend malade physiquement et moralement, je ne supporte ni le bruit, ni le manque de lumière, ni les immenses façades tristes, ni les pigeons estropiés, ni le manque d'espace, ni le manque de verdure, ni la froideur d'une société individualiste en déclin.

Par gael le 31 août 2007 à 10h28
Donc je suis prets à nourrir

Donc je suis prets à nourrir tous les pigeons de Paris jusqu'à ce qu'on en soit envahi et qu'on comprenne enfin que la ville dense pour protéger les espaces verts c'est bien, mais que ça a ces limites. Le béton n'est pas notre milieu de vie naturel !

Par louis le 31 août 2007 à 14h23
Bonjour les urbains qui

Bonjour les urbains qui rêvez de campagne !! Mais si tous les habitants des villes allaient à la campagne, quelle horreur : des petits pavillons partout, des bagnoles partout, une zone urbaine sans fin. Non non je préfèrerais densifier les villes, pour pouvoir réserver des espaces sauvages, vraiment sauvages, pour les amis du genre animal; alors les pigeons dans tout ça, où seraient ils, à la ville ou à la campagne ? faudrait leur demander ce qu'il préfèrent, mais je pense qu'il préfèreraient la campagne, si on pouvait y trouver autre chose à manger que des pesticides....quoique c'est vrai aussi que si on repensait la ville pour la faire très dense, sans bagnoles, on pourrait aussi y inclure des jardins suspendus, avec plein de pigeons...en fait j'en sais rien de ce qui plairait aux pigeons !!

Par lou le 31 août 2007 à 16h37
je suis vraiment fan du

je suis vraiment fan du tournant que prend cet article! merci chers tous, c'est un veritable plaisir de partager avec vous cet amour du monde poussé en reflexion..
je ne suis pas une grande passionnée des pigeons non plus mais pour ma part, j'en souffre moins que certains d'entre vous, vivant dans une ville ou ils sont moins nombreux que sur paris..
cela dit, mon point de vue sur la ville future se rapproche plutot de celui de leon ou également de gael. Je suis vraiment tres sensible à la nature et elle fait partie de mon essence même. Je n'envisage aucunement ma vie sans cette verdure, ces immensités de vie, ces parfums, .... c'est un peu comme ma ressource vitale. Plus tard, j'envisage plutot ma vie en campagne, bordant une ville, car non seulement j'ai besoin d'elle mais il est vrai que j'ai terriblement aussi besoin des hommes! pour le moment, je suis en ville sur semaine mais tous mes we, je repars chercher ma bouchée d'oxygène..
J'imagine pouvoir combiner les deux parfaitement, non pas que ton idée ne me rejoingne pas louis, mais plus que je pense qu'il y a assez de terre pour peupler tout le monde sans que nous ne soyons les uns sur les autres..
Mon rêve: une ville verte.. Une multiplicité de parcs, des maisons à biodiversité positive ( dont l'impact sur la biodiversité est positif..), des murs et des toitures vegetaux partout, des animaux de toutes sortes (dont nous!), un respect méticuleux de chacun, une conscience de son prochain comme jamais! Et bien sur, à plus grande echelle: que des energies renouvelables..

Par matyass le 1 septembre 2007 à 09h58
Louis, je suis bien d'accord

Louis, je suis bien d'accord avec toi, comme quoi c'est un problème sans fin ! Densifier la ville pour protéger les espaces verts je suis entièrement d'accord, mais nous laisser croupir dans des banlieues grises et dans la plus belle ville du monde sans voir la couleur du ciel, non.

donc il y a un juste milieu... Des choix à faire : avons nous tous besoin d'une résidence secondaires à la mer ou à la montagne ? Devons-nous prendre comme excuse le dynamisme d'une ville comme Paris pour entretenir notre indépendance à elle ? Ne pouvons-nous pas, par de très simple moyen, rendre la ville plus agréable ? (vélib' en est un parfait exemple !).

Ce que j'ai essayé d'entamer, c'est de faire comprendre qu'il n'est pas tolérable d'habiter l'inhabitable. Paris est la plus belle ville du monde peut-être, mais il faut savoir ce que l'on veut : rendre nos enfants allergiques où les voir s'émerveiller devant une forêt ?

Par matyass le 1 septembre 2007 à 10h03
C'est un peu ce qu'essaye de

C'est un peu ce qu'essaye de faire Philippe Bovet avec son association l'ECOZAC de Rungis, monter des projets écolo et des jardins en plein Paris, c'est génial. Le prochain étant le projet des Batignolles.

http://www.ecoz.ouvaton.org/

Par claire01 le 4 septembre 2007 à 09h04
Bonjour à tous,

Bonjour à tous,

Je découvre tout juste vos différents commentaires et souhaiterai apporter quelques précisions, notamment concernant les pigeons des villes ou SEMI-DOMESTIQUES car ces oiseaux n'ont malheureusement plus grand chose de sauvage. Il faut savoir que l'ancêtre du pigeon des villes est le Pigeon biset, espèce sauvage qui a quasiment disparut de France en raison de ce que l'on appelle une pollution génétique : à force d'hybridation avec des pigeons domestiques, l'espèce sauvage disparait.
BREF, les pigeons des villes trouvant de la nourriture en abondance, et se reproduisant toute l'année, pullulent et présentent de nombreuses dégénéréscences, liées notamment à la consanguinité. Faites attention la prochaine fois que vous les observerez, vous vous rendrez compte que certains ont des déformations, où alors des plumages aberrants, etc. Dans tous les cas, il est déconseillé de favoriser cette espèce semi-domestique, et il est largement préférable de la limiter.

PAR CONTRE, il existe de nombreuses espèces d'oiseaux qui elles sont belle et bien sauvages, et qui fréquentent les villes... L'Hirondelle de fenêtre et le Martinet noir, oiseaux migrateurs complétement fascinents. Le Moineau domestique (qui porte mal son nom puisque c'est une espèce bien sauvage) dont les effectifs sont en chute libre notamment dans des grandes villes européennes telles que Londre. Les Faucons crécerelle et pèlerin, la Chouette hulotte, sans parler de tous les petits passereaux (mésanges, merles et cie) qui fréquentent le moindre espace de verdure... Ce sont toutes ces espèces sauvages qu'il est nécessaire de protéger et de favoriser.

Enfin pour revenir au thème des posts de Léon, à savoir accueillir la faune sauvage chez soi, sachez que la LPO propose toutes sortes de conseils d'aménagement, sous forme de fiches techniques. Celles-ci sont toutes disponibles sur leur site Internet : www.lpo.fr rubrique "REFUGES LPO" / "Conseils" / "Fiches techniques"

http://www.lpo.fr/refugeslpo/conseils/fiches/index.shtml

Par matyass le 11 septembre 2007 à 07h59
Merci Claire pour ces prÃ

Merci Claire pour ces précisions auxquelles j'ai omis de répondre ...!

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !