Interview de la directrice de la Prospective et des nouveaux concepts chez Danone

Publié le 10 septembre 2010 - Mis à jour le 15 novembre 2012

Belle rencontre avec Anne Thévenet-Abitbol, électron libre, femme engagée et depuis plus de 10 ans directrice prospective et nouveaux concepts chez Danone. Le bio chez Danone, c'est elle. Madame "Les 2 vaches" en quelque sorte. Rencontre avec une femme de conviction proche de nos valeurs.

Interview de la directrice de la Prospective et des nouveaux concepts chez Danone

  • Danone est-elle une entreprise responsable ?

    Sans aucun doute, c’est même inscrit dans ses gènes ! Déjà en 1975, Antoine Riboud, le fondateur de Danone, voulait développer un double projet économique et social. Ce projet mobilisateur visait à changer la conception que l’on pouvait avoir de l’entreprise : elle devait être menée « par et pour l’Homme ». De plus, pour Antoine Riboud, la responsabilité de l’entreprise ne devait pas s’arrêter aux portes des usines. La philosophie même de l’entreprise Danone comprenait donc une part environnementale.

     

    Comment cette préoccupation environnementale s’est-elle traduite dans les actions de Danone ?

    L’entreprise a toujours accordé une grande importance aux questions environnementales, notamment au regard de sa production. Danone a ainsi été la première entreprise à signer des cahiers des charges très stricts avec les agriculteurs travaillant autour des sources d’eau du groupe. Le respect de la nature assure la qualité de l’eau. Au-delà de son entreprise et de la production de cette dernière, Antoine Riboud a lancé l’éco-emballage et les campagnes Vacances propres. Pour ces deux projets, il a réussi à fédérer ses pairs avec le résultat que l’on connaît. Sa philosophie était d’agir avant de parler et non le contraire. Ses actions sont donc bien réelles mais on ne sait pas forcément qu’il en est à l’origine.

     

    D’où vient à Danone sa préoccupation pour le bio ?

    C’était la suite logique de cette histoire. Pour bien comprendre, il faut présenter un personnage, Gary Hirshberg. Cet Américain avait des convictions environnementales très fortes mais pas les moyens pour les imposer en politique. Il est donc devenu entrepreneur pour les faire avancer dans la société. Franck Riboud, fils du fondateur et actuel PDG de Danone, s’est montré très intéressé par le remarquable travail de Hirshberg auprès des fermiers américains et lui a ouvert Danone lorsque ce dernier a cherché un moyen de renforcer son action à travers le monde. La petite entreprise a pu influencer la grande, et ce n’est pas si courant !

     

    Concrètement, comment le bio est-il entré chez Danone ?

    Quand l'idee a germe chez Danone de se lancer dans le bio, il m'a semble important qu'on ne vienne sur ce marche que si on avait un vrai rôle à y jouer. Car le bio ce n'est pas du marketing, c'est avant tout une affaire de rencontres et de convictions ! Il fallait certes faire comprendre et faire aimer le bio, car à l’époque - et je vous parle juste de 2006 ! -, le bio était mal perçu : cher, mauvais goût, et autres maux. Mais il fallait aller plus loin. Nous avons trouvé notre projet porteur quand nous avons découvert que 40% de la production laitière bio repartait en conventionnel. Les fermiers qui s’étaient convertis au bio étaient perdants sur tous les plans. Face à cette situation, Danone pouvait avoir un rôle à jouer, c’est pourquoi nous nous sommes lancés.

     

    Comment Danone a-t-elle été accueillie par le milieu bio ?

    Voir un géant de l’agro-alimentaire comme Danone se lancer dans le bio, ça ne faisait pas que des heureux au départ. Six mois avant le lancement des produits « Les fermiers du bio » avec Les 2 vaches, je suis allée à la rencontre de tous ces fermiers et des acteurs du bio en général, pour que chacun puisse mettre un nom et un visage sur Danone, pour expliquer ce que nous voulions mettre en place et pourquoi.

    Cette démarche a porté ses fruits car ces rencontres ont permis de lever les inquiétudes. Aujourd'hui, nous travaillons tous ensemble avec succès sur la marque Les 2 vaches. Le lait que nous utilisons provient à 100% de la production laitière française bio. Nous avons maintenant un programme qui aide les agriculteurs qui le souhaitent à se convertir au bio. Nos convictions ont porté leurs fruits.

    Pour aller plus loin

    Les 2 vaches une marque bio et joyeuse.

    Anne Ghesquière
  • Articles du dossier Economie humaine
    Envie de réagir ? Je prends la parole
    Réactions à l'article
    Par nanette le 24 septembre 2010 à 12h36
    comment on déguise la vérité!

    combien at-il fallu d'années et de "bagarres" pour que le faux bio de Danone change de nom et devienne Activia!!!!Je boycotte cette entreprise qui parle de "valeurs" alors qu'à mon avis c'est uniquement commercial!!!

    Par aude le 15 octobre 2010 à 17h23
    Réponse à Nanette

    bonjour Nanette,je m'appelle Aude et je travaille pour la marque Les 2 Vaches Bio depuis plusieurs années. Je suis aussi une fidèle lectrice de Féminin Bio et c'est en tant que tel que j'aimerais réagir à votre commentaire.
    Chaque décision que je prends dans le cadre de mon travail a pour objectif de développer l'offre biologique en France, c'est un combat dans lequel je m'investis à fond parce que j'y crois et que je pense que c'est ça l'avenir : une agriculture respectueuse de la planète, des animaux et des hommes (et qui donne des produits super bons aussi).
    J'ai envie de faire changer les choses et j'ai la chance de pouvoir le faire dans une entreprise qui m'en donne les moyens. Je sais aussi que si Danone a des produits qui se sont appelés Bio pendant plusieurs années, ce n'était pas pour faire semblant d'être bio, mais parce que Bio, au départ, ça veut dire Vie, et que c'est un joli mot, non ? Je pense aussi que c'est en étant à l'intérieur des grands groupes que l'on peut faire changer les choses super vite. En quelques mots j'aimerais vous assurer que je fais vivre mes valeurs chaque jour en travaillant pour Les 2 Vaches et que je me dis que chaque fois que l'on vend un produit, on aide le bio à se développer en France et ça, c'est vachement chouette ! Aude

    Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
    Magazine
    FemininBio - Le Mag

    OUI !
    J'aime FemininBio !

    Je m'abonne !