Kyoto : en direct de Bali

Publié le 17 décembre 2007 - Mis à jour le 15 novembre 2012

Les écologistes du monde entier sont aujourd'hui atterrés de l'issue de la conférence sur le réchauffement climatique de Bali, qui s'est déroulée la semaine dernière. Extraits.

Dans un communiqué de presse commun, les ONG : Greenpeace France, le Réseau Action Climat-France et la Fondation Nicolas Hulot, déclarent que « le résultat de la 13e Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, n’est pas à la hauteur des attentes concrètes de l’opinion publique et de l’alerte lancée par les scientifiques ».
 
Pour Pascal Husting, directeur général de Greenpeace France, « Lafeuille de route dessinée à Bali prend le risque du + 3 °C, dubouleversement irréversible des écosystèmes, de centaines de millionsde réfugiés climatiques. ».
 
En effet, la conférence très attendue n'a eu que très peu de retombées concrètes avec aucun objectif chiffré.
 
La déclaration, pourtant provocatrice d'Al Gore n'a eu que peu d'impact : «Je vais vous dire une vérité qui dérange : mon propre pays, les Etats-Unis, est le principal responsable de l'obstruction à tout progrès ici à Bali», a-t-il crié sous les applaudissements.

«Vous pouvez ressentir colère et frustration et les retourner contre les Etats-Unis. Ou bien vous pouvez faire un second choix, décider de progresser et de faire tout le travail difficile qui doit être fait», a ajouté l'ancien candidat à la présidence, qui ne fait pas partie de la délégation officielle américaine.

Il a préconisé de «laisser un vaste espace blanc avec une note en bas de page» dans le document final qui doit être adopté demain vendredi à l'issue de la conférence de l'ONU sur les changements climatiques, en sous-entendant que les Etats-Unis pourraient ajouter leur nom plus tard.

M.L.
Articles du thème Développement durable
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !