Le Sénat interdit le portable dans les écoles et collèges

Publié le 8 octobre 2009 - Mis à jour le 2 février 2010

Le Dr Patrice Halimi, Secrétaire Général de l'ASEF et Chirurgien pédiatre explique l'importance de protéger en priorité les enfants, qui demeurent les plus vulnérables aux champs électromagnétiques : " il semble évident que les enfants et les adolescents sont les plus exposés aux risques liés à l'utilisation du portable de part l'utilisation qu'ils en font mais aussi et surtout en raison de leur vulnérabilité particulière. En effet, leurs cerveaux étant en pleine croissance, les ondes ont un taux de pénétration plus important".

Les résultats des mesures sur les champs électromagnétiques émis par les équipements de télécommunications électroniques seront rendus publics. Il est également prévu pour les distributeurs d'électricité de  réaliser des mesures des champs induits par les lignes à haute et très haute tension, dont les résultats devront être transmis annuellement à l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset), qui les rendra publics.

De plus, au chapitre des ondes électromagnétiques, la commission a souhaité "relevé de 12 à 14 ans le seuil d'interdiction de la publicité" pour les mobiles à destination des enfants.

Selon une enquête TNS Sofres rendue publique lundi, 73% des adolescents de 12 à 17 ans possèdent un téléphone portable. 29% des collégiens et 58% des lycéens avouent avoir déjà utilisé leur mobile en plein cours. Et près de 80% reconnaissent passer des appels ou envoyer des SMS dans la cour de récréation ou dans les couloirs.

Plus d’infos sur www.asef-asso.fr

M.G
Articles du thème Développement durable
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !