Ode à la diversité, ode au slow wear !

Publié le 17 avril 2012 - Mis à jour le 15 novembre 2012

Charles, Yu-Fei, Tanguy, Eloïse, Dotimiarye… C’est au nom de chacun de ces enfants que Blasmiro Chavez a planté un arbre dans la forêt Conscients, en Amazonie, au Pérou.

Ode à la diversité, ode au slow wear !

Un cèdre rosé, un paliperro ou un teck. L’un poussera très vite. En 8 mois, il fera déjà 2 mètres. Ses grandes feuilles vert-absinthe offriront aux cacaoyers l’ombre qu’ils recherchent. Les deux autres, plus lents, feront un jour 30 mètres. Ces arbres à l’écorce brun-olive, bronze ou rougeâtre sont aussi différents que les enfants dont ils portent le nom. Ils grandiront côte à côte et seront tous utiles pour la terre. Les enfants pourront les voir grandir via google earth...ces enfants d’horizon divers qui font ensemble le monde de demain, un monde de biodiversité et de diversité culturelle.

A quelques centaines de kilomètres, c’est du coton pima que l’on plante pour faire les habits de Conscients. Ses très longues fibres ne sont pas toujours d’un  blanc uniforme, mais parfois beige, marron, avocat. Le pima se nourrit d’engrais bio. Il s’abreuve d’eau de pluie récupérée. Il vit à côté de plantes moins assoiffées que lui et qui repoussent les insectes néfastes. C’est un paysan qui en prend soin, un ingénieur qui formule les teintures sans plomb qui le couvriront, un couturier qui en fera un vêtement. Puis, il y a tous ceux qui le porteront. Un vêtement croise une diversité de personnes.

Un vêtement est aussi un mode d’expression de la diversité. Cela peut amener au fast wear ou au slow wear.  Le fast wear, c’est quand, à trop vouloir être différent, on en oublie les autres. C’est ce qui conduit des chaînes de mode à proposer des nouveautés tous les quinze jours. Des habits pas chers à jeter et à renouveler souvent. Des matières qui devront être vite produites. Des fibres économiques qui garderont et déposeront sur notre peau leurs produits toxiques même après plusieurs lavages. Des rivières jaune en Inde quand la mode est au jaune ici.
Le slow wear, c’est aimer être beau et différent mais pas à n’importe quel prix. C’est préférer le coton bio, recycler de vieilles étoffes pour créer de nouveaux styles, privilégier la qualité pour mettre le vêtement plus longtemps, le donner ou le porter d’occasion.

Le slow wear, c’est un de ces mouvements qui permettront à Charles, Yu-Fei, Tanguy, Eloïse et Dotimiarye de vivre dans un monde où la biodiversité est préservée comme dans leur forêt. Dans un monde où ils grandiront côte à côte fier d’une diversité utile à tous.

Carole Piette, fondatrice de Conscients, marque de vêtements éthiques et biologiques pour enfants
conscients.com
blog.conscients.com

Carole Piette
Articles du thème Green people
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réaction à l'article
Par yvonne le 24 avril 2012 à 01h11
La diversité c'est la richesse du monde

Je découvre le slow wear comme mode d'expression des diversités.
En fait, lorsque je m'habille le matin, je ne sais pas grand chose de la tenue que je choisis.Je ne me demande pas sous quel arbre a poussé son coton, qui l'a teinté ni qui a dessiné, fabriqué,cousu...mes vêtements et pourtant je suis d'accord avec vous, je porte sur moi une partie de la richesse et de la vie du monde.
Je vais "étoffer" ma vigilance et en parler à mes enfants.

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !
A lire aussi