Rejet de la loi OGM

Publié le 14 mai 2008 - Mis à jour le 15 novembre 2012

C'est un revers symbolique majeur que vient d'essuyer le gouvernement avec le rejet de la loi OGM, pierre d’achoppement du Grenelle de l’Environnement.

Rejet de la loi OGM

Le projet de loi prévoyait de permettre la culture en plein champ des OGM, ce que Julien Dray, député PS, estimait contraire à « la clause de sauvegarde et aux engagements qui avaient été pris au Grenelle de l'environnement ». L’Assemblée Nationale semble lui avoir donné raison, puisque le projet de loi sur les OGM a été rejeté par 136 voix contre 135 en ce mardi 13 mai 2008.

Sur les 577 députés que compte le Parlement, seuls 271 avaient fait le déplacement pour le vote, avec un absentéisme massif du côté des députés UMP. Pour les observateurs de la vie politique, ces absences sont le signe d’une exaspération de la majorité et sonnent comme un avertissement cinglant à l’exécutif, accusé de transformer l’Assemblée en « machine à voter ».

Pour Greenpeace, qui se félicite du rejet de ce projet de loi, il est le fruit d’une « mobilisation exceptionnelle » de la société civile contre le projet du gouvernement.

Mais le projet de loi n’est pas enterré pour autant. Aussitôt informé des résultats du vote, François Fillon, Premier Ministre, a convoqué une commission mixte paritaire (7 députés, 7 sénateurs) qui se réunira le mercredi 14 mai dans l’après-midi pour proposer un nouveau texte de loi qui sera soumis à un nouveau vote fin mai. Les écologistes demandent un texte renforcé, la gauche elle demande au gouvernement de ne pas tenter de « passer en force ».

N.L.
Articles du thème Développement durable
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !