Semaine du développpement durable 2012 : l’éco-conception en action

Publié le 27 mars 2012 - Mis à jour le 15 novembre 2012

Dans le cadre de la semaine du développement durable 2012, revenons sur un concept arrivé tout droit des Etats-Unis, le « cradle-to-cradle », du « berceau-au-berceau », prend de l’ampleur. Avec à la clé une nouvelle place pour l’industrie dans la préservation de l’environnement.

Semaine du développpement durable 2012 : l’éco-conception en action

La 10ème édition de la semaine du développement durable 2012 est l'occasion de mettre en avant un jeune mouvement, le cradle-to-cradle, qui prend de l'ampleur. Consommer responsable, thème de cette édition 2012, qui se tiendra du 1er au 7 avril, c'est aussi produire responsable.

Observez un instant la nature: il n’y a pas de déchets ! Les fruits pourris et les fleurs d’un arbre, que l’on croirait perdus, nourrissent en fait l’éco-système. Michael Braungart et William Mc Donough, respectivement chimiste allemand et architecte américain, sont partis de cette observation pour écrire un livre qui a révolutionné l’éco-design et lancé un concept qui a trouvé une résonnance aux quatre coins de la planète.

Paru en 2002 aux Etats-Unis, Cradle to Cradle: Remaking the Way We Make Things met en avant l’importance de la conception d’objets recyclables à l’infini. D’où le nom « cradle-to-cradle », du berceau au berceau, qui prend le contrepied de la logique dominante « cradle-to-the-grave », du berceau au tombeau. L’idée est d’éco-concevoir les produits en suivant le même schéma que dans la nature, où les déchets sont une ressource. Les déchets d’une industrie deviennent les matières premières d’une autre. Le concept intègre deux autres éléments clés, également inspirés de l’observation de la nature : l’importance des énergies renouvelables (dans la nature, tout fonctionne avec le soleil et le vent) et la diversité (la nature n’a pas de réponses toutes faites, chaque problème a une solution propre).

« Le cradle-to-cradle est une invitation permanente à la réflexion et à l’innovation », s’enthousiasme Eric Allodi, Directeur Général d’Integral Vision, une société de conseil aux entreprises en gouvernance, innovation et écologie. « Aujourd’hui, les écologistes extrémistes considèrent l’homme comme une espèce nuisible dont il faut limiter l’impact ou qui doit carrément disparaître. Le mot d’ordre de cette perspective, c’est la décroissance, une forme d’intégrisme anti-industriel profondément cynique quant à notre capacité de créer un meilleur futur. Le cradle-to-cradle, c’est d’abord un changement de posture et d’état d’esprit dans notre relation à la nature, à l’environnement, à l’humain et au progrès ». Avec une économie fondée sur la croissance, difficile d'imaginer un renversement complet de tendance. Le cradle-to-cradle présente dès lors une alternative séduisante : la production continue, la croissance aussi, mais l'état de la planète s'améliore !

Pari audacieux donc, pour ce concept, qui met les industriels au cœur de la solution pour un meilleur avenir. L’intelligence collective est primordiale pour réussir à réorganiser les circuits de production mais aussi de récupération. « Il faut choisir des matières non toxiques et compostables ou indéfiniment recyclables », explique Eric Allodi. « Mais il faut aussi prévoir le système de collecte et de transformation qui fera du produit usagé un nutriment pour le sol (cycle biologique) ou pour d’autres produits en tant que matière première secondaire (cycle technique) ». Tout reste à mettre en place, bien que certaines entreprises aient déjà franchi le pas. Un label Cradle-to-cradle a été créé. « A ce jour, environ 1000 produits dans le monde ont été certifiés cradle-to-cradle », assure Eric Allodi. « Cela représente plus de 200 entreprises. Les Etats-Unis, l’Allemagne, la Scandinavie et la Suisse sont très actifs. La Chine, la France et l’Autriche le sont aussi, à un moindre degré ».

Le livre à lire : Cradle-to-cradle Créer et recycler à l'infini, Michael Braungart et William Mc Donough

Claire Sejournet
Articles du dossier Economie humaine
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !