Wutao

Arnaud Mattlinger, professeur de Wutao : le masculin éclairé

Publié le 14 juin 2013
Fondatrice de FemininBio, directrice de collection chez Eyrolles, dingue de bio, folle de nature, de running et par dessus tout de l'évolution de la conscience de l'être humain ;-)
Arnaud Mattlinger est professeur certifié de Wutao © François LOLLICHON
Arnaud Mattlinger est professeur certifié de Wutao © François LOLLICHON
© © François LOLLICHON

Arnaud Mattlinger est dessinateur designer à main levée et professeur certifié de Wutao. Il participe au festival du masculin le 29 et 30 juin 2013 à Paris. Rencontre.

Qu'est-ce que le masculin par rapport au féminin ?

Bien sûr, on retrouve dans les racines étymologiques "mâle" et "femelle", ce qui laisse supposer que le masculin se définit comme plutôt caractéristique du mâle et le féminin de la femelle. Pour autant, Il ne s'agit pas de deux choses séparables, on ne saurait définir l'un sans l'autre. Nous sommes tous et toutes fait de la fusion d'un homme et d'une femme. Nous avons tous et toutes en nous ces deux pôles qui nous animent et nous dynamise à tour de rôle.

Il me semble fondamental de garder cette réalité à l'esprit et au corps lorsque nous parlons de l'une ou l'autre de nos polarités. Pour commencer, sans que ces repères deviennent des règles, on voit de façon trans-culturelle que la symbolique masculine va du phallus (verticalité, séparation, ligne, puissance...) au soleil (lumière, chaleur, jour... ). Mais au delà du symbole, il est intéressant de sentir comment cela s'exprime en nous.

Qu'entends-tu par recontacter le masculin en soi ?

Enfant, nous nous construisons par identification ou différenciation vis à vis de notre entourage. Lorsque nous pensons féminin ou masculin, nous prenons en général comme repère les femmes et/ou les hommes qui nous ont fait. Pour autant sont elles le féminin ? sont-ils le masculin ? Ce n'est pas si simple et ils n'en sont au mieux qu'une partie.

Ainsi l'image que nous avons du masculin et du féminin est souvent liée aux rôles et aux places qu'ont eu ou pris les hommes et les femmes de notre histoire. Et ceci se transmet de génération en génération, comme un domino, une cascade. Les histoires sont toutes complexes et particulières. Alors pour nous entendre sur le masculin et le féminin, nous devons sortir des particularités de chacun, retrouver la transcendance de ces polarités.

Recontacter le masculin en moi passe par ouvrir la porte au sentiment primordial d'être. C'est ce que propose le Wutao. Se faisant, s'ouvre à moi tout le féminin et tout le masculin qui m'animent. Au delà de mon histoire, dans le temps présent, l'ici et maintenant, les deux polarités peuvent se vivre de façon sensorielle dans le mouvement, comme des dynamiques internes. Porter mon attention sur les qualités de l'une ou l'autre des polarités permet de l'amplifier.

Qu'est-ce qu'un masculin éclairé ?

Je crois que la première étape consiste à bien faire la distinction ente le masculin, l'homme et l'histoire des hommes. La seconde c'est de ne plus coller à l'histoire. Car les hommes ont abusé de leur position dominante dans notre société. En réaction est apparu le féminisme, dont le fonctionnement militant est par essence masculin. Nous ne sortons pas de la problématique.

Il me semble que le masculin éclairé est celui qui va valoriser le féminin, lui donner sa place et non plus le dominer. À l'instar du yin-yang, c'est un tout, féminin-masculin est le couple créateur. L'un sans l'autre ne peut exister. Mais attention à ne pas le coller au couple femme-homme. Féminin-masculin se joue en chacun de nous. Le masculin éclairé, ce serait donc d'être homme (ou femme) en intégrant pleinement le féminin en soi telle une nécessité vitale. C'est aussi la voie de la souveraineté, qui peut s'exprimer différemment pour chacun et chacune.

Quel rôle le corps joue-t-il ?

Le rapport actuel de notre société au corps est très utile : le corps est souvent considéré comme un outil. S'il est malade, il faut le remettre en état de fonctionner. Et il est bien sûr sujet à performance. Malheureusement, cette relation à nous même ignore le sentiment au profit de la performance et du rendement. Mais c'est oublier que la conscience est nourrie de sensation, que les sentiments et les pensées sont corps, ou plutôt corporalité. Il faut donc d'abord changer notre relation au corps et entrer dans l'art corporel. C'est ainsi qu'il est possible de ressentir comment le masculin (et le féminin) agit en nous, nous anime, et comment, à notre tour, nous pouvons agir dans une dynamique plus masculine ou féminine.

L'homme est-il un chevalier ?

Je ne crois pas que l'homme soit par défaut un chevalier. En miroir, je ne crois pas non plus qu'il faille penser que la femme soit une princesse. Cela amène des conditionnements qui sont parfois dommageable. Il y a ce beau texte de Rudyard Kipling "If" qui décrit les qualités à développer pour être un homme. Il est à la fois d'une attention subtile et d'une forte exigence.

Si bien qu'il exprime aussi le dur labeur d'un fils pour devenir un homme aux yeux de son père ou de sa mère. Il manque à mon sens d'une chose : l'amour inconditionnel qui fait que l'enfant se sente aussi le droit de se tromper, de faillir, même de ne pas être ce qu'on attend de lui. Cependant, ce poème décrit des vertus qui rejoignent celles de la chevalerie et qui sont le sens premier de la virilité.

Comment équilibrer masculin-féminin en soi?

La question est de savoir s'il y a besoin de l'équilibrer, ou quand y-a-t-il déséquilibre ? Quand puis-je dire que je suis trop féminin ou trop masculin (ou pas assez) ? Selon quels critères, quels modèles ? Je crois qu'il s'agit avant tout du sentiment de chacun, d'un cheminement personnel.

Pourquoi un festival du masculin ?

C'est vrai que cela peut paraître choquant, égard à la condition féminine (des femmes) aujourd'hui, y compris dans nos sociétés occidentales laïques. Le festival fait suite à deux éditions du festival du féminin. Après la première édition, il semblait qu'un festival du masculin serait une heureuse complémentarité. Mais cela a soulevé bien plus de questions.

La deuxième édition du festival du féminin était entièrement et exclusivement réservée aux femmes. Cela révélait la nécessité des femmes de se retrouver. En tant qu'homme, je perçois que les femmes ont besoin d'espaces pour se retrouver, tant les hommes ont pris la parole à leur place et se sont même immiscés jusque dans leur plus profonde intimité.

Il est normal que les femmes préservent des espaces. Pour le festival du masculin, la question était autre : si le féminin s'affirme, sans doute est il nécessaire de nous questionner aussi sur le masculin... alors nous avons osé. Nous nous sommes rendu compte qu'il existait de nombreux points de vue sur la question. Sans chercher à être exhaustif, nous avons fait le choix de la diversité. Nous avons opté pour que le festival propose différentes voies d'exploration du masculin, comme autant de piste vers une re-appropriation de ses valeurs.

Comment s'organise le festival ? Combien coûte-t-il ?

Le festival s'organise essentiellement sur la bonne volonté des intervenants. Tous les intervenants, viennent ici présenter leur vision, sous la forme d'atelier, et présenter les outils qu'ils/elles ont créé ou qu'ils utilisent dans leur pratique autour des questions de masculin-féminin.

Sans cet engagement passionné, le festival ne pourrait se faire. Nous nous reposons aussi sur les partenariats qui nous permettent de diffuser l'information, merci à féminin bio d'en faire partie ! Hormis les repas que nous avons confié aux Marmites Volantes, un restaurant bio local, la logistique est aussi assurée par des bénévoles.

Aussi nous avons voulu rendre le festival le plus accessible possible, tout en assurant nos frais incompressibles (la location de l'espace -près de 500m2 en plein Paris, toute la communication et les investissements matériel et de fourniture). La participation pour les deux jours est de 70 euros pour une personne, ou 120 euros pour deux personnes (avant le 10 juin). Les éventuels bénéfices du Festival seront remis dans le pot commun de la prochaine édition.

A qui est-il destine ? Faut-il déjà avoir cheminé ?

Le festival est destiné à toutes celles et tous ceux qui le souhaitent, sans prérequis de cheminement ou de conscience. Nous sommes là pour vivre l'expérience du masculin, de là où nous sommes, chacun chacune. La moitié des ateliers est mixte, un bon tiers est réservé aux hommes, deux ateliers sont réservés aux femmes. En tout ce sont 22 façons d'aborder le masculin, de le questionner, le solliciter. C'est une chance unique dont chacun chacune ressortira enrichi, nous en sommes certains.

Retrouvez Arnaud Mattlinger sur son blog et rendez-vous au Festival du masculin le 29 et 30 juin 2013 au Centre Génération Tao à Paris.

FemininBio est partenaire du Festival du Masculin. Venez nombreux ! 

 

Articles du thème Interview engagée
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte