Comment faire un prêt solidaire ?

Publié le 2 mai 2011 - Mis à jour le 30 novembre 2012

La finance solidaire, ce n’est pas qu’une tendance. C’est une autre façon de vivre l’économie et chacun peut en être acteur. La preuve en quelques clics.

Comment faire un prêt solidaire ?
Comment faire un prêt solidaire ?

Depuis quelques années, les sites de prêts solidaires fleurissent. Derrière ce nom se cache un projet enthousiasmant : aider un petit entrepreneur à lancer ou développer son activité. On trouve des gens prêts à se lancer aux quatre coins du monde, mais y a-t-il autant de banquiers prêts à les soutenir ?

Pas forcément. D’où l’idée de proposer aux internautes de prêter leur argent pour combler le vide immense laissé par ce « no banks’ land ». L’adage selon lequel « l’union fait la force » se vérifie tous les jours sur ces plateformes de prêts solidaires. Pour chaque internaute, une ou deux dizaines d’euros n’est pas un investissement trop conséquent. Et pourtant, la somme de tous les prêts permet de financer un micro-entrepreneur !

Convaincu ? Voici cinq adresses de sites de microcrédit grâce auxquels vous pourrez vous lancer.
 

Créé en 2008, Babyloan a popularisé le microcrédit en France. Depuis, quelques 9700 babyloaniens ont prêté plus d’un million et demi d’euros à 5200 micro-entrepreneurs à travers le monde. Et chaque jour, les chiffres augmentent.
 

  • Xetic, le petit rhônais qui monte

Dans la même veine, Xetic propose de financer des micro-entrepreneurs en Afrique. Près de 500 internautes se sont déjà lancés dans l’aventure du microcrédit solidaire en prêtant via cette plateforme lyonnaise créée en 2010.
 

Lancé par Jacques Attali en 2010, MicroWorld propose aux internautes de financer des projets de microentrepreneurs au Pérou, au Sénégal et au Cambodge. Seule contrainte : on ne peut pas prêter moins de 20 euros. Mais les internautes sont souvent plus généreux.
 

  • Veecus, le microcrédit solidaire labellisé

Lancé en 2008, Veecus propose de financer des micro-entrepreneurs au Cambodge, au Cameroun, en Inde et au Pérou. Déjà 500 personnes se sont engagées dans la finance solidaire via ce site de microcrédit dont les prêts solidaires sont labellisés par Finansol depuis décembre 2009.
 

  • Kiva, le microcrédit à l’américaine

Kiva ne fait pas les choses à moitié : créée en 2005, l’association compte désormais plus de 500 000 membres et le montant cumulé des prêts de ses membres dépassent les 203 millions de dollars.

Retour au sommaire du dossier sur la fiance verte et solidaire

Claire Sejournet
Articles du dossier Economie humaine
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte