COP 21

COP 21 : 5 questions à Bea Johnson

Publié le 9 décembre 2015
Bea Johnson : vivre sans produire de déchet, c'est possible !
Bea Johnson : vivre sans produire de déchet, c'est possible !
© DR

Vivre sans produire de déchets ? C'est le défi réussi de Bea Johnson. Un mode de vie exemplaire pour lequel elle mérite amplement sa place parmi le palmarès spécial COP 21 de la rédaction de FemininBio qui met à l'honneur 12 femmes qui vont avancer le changement et construisent le monde de demain !

Quelle problématique est la plus urgente à vos yeux pour cette COP21 ?
Les déchets bien sûr ! Tout un tas de problématiques sont tout simplement liées à la consommation. Eliminer les déchets (et le gaspillage) résoudrait beaucoup de problemes.
Face à l'urgence climatique, quel pays vous semble avant-gardiste et quel pays vous parait en danger ?
Comme le dirait mon fils adolescent, "je ne participe pas au favoritisme". Dès que l'on sort de son pays et que l'on se fait une idée propre des autres cultures, indépendante de celles qui nous sont données dans la presse, on s'aperçoit vite que chaque pays est en avance sur certains points liés aux enjeux climatiques et en retard sur d'autres. Par exemple, on m'a invitée au Bresil pour présenter mon mode de vie zéro dechet comme le mode de vie du futur... et pourtant, c'est un pays qui consomme bien moins que les USA où j'habite ! Pendant cette semaine de conférences, j'y ai aussi visité une chaine de magasins d'alimentation qui sépare et revend les matières qu'elle reçoit (les emballages liés à la distribution) et ne jete pratiquement plus rien. 
Quels sont les choix citoyens qui permettraient de sauver la planète ? 
Beaucoup de gens ne se sentent pas concernes par les enjeux environnementaux et estiment qu’il revient aux industriels de changer les choses. Pour moi, le changement commence à la maison, chez le consommateur. Car c’est lui qui, par ses achats, oriente la conception des produits qui entrent sur le marché.  Acheter, c’est voter. Chaque achat a le pouvoir de soutenir soit une pratique éco-responsable soit une pratique destructive, non durable.
Un consommateur qui achète seulement ce qu’il lui faut et d’occasion ou en vrac investit son argent vers un futur durable et vote d’emblée pour un futur Zéro Déchet. 
Quel peut être l'engagement féminin pour le climat ?
Dans un foyer traditionnel, c'est la menagère qui fait les courses et à qui il revient donc de consommer différemment. D'ailleurs, ce n'est pas un hasard si la grande majorité de la population qui s'intéresse au mode de vie zéro déchet est féminine. Ce sont des menagères qui cherchent à simplifier leurs tâches (moins on a, moins on aura à nettoyer, maintenir, réparer, racheter, etc), des mamans qui rêvent d'un futur meilleur pour leurs enfants, des professionnelles qui veulent être plus efficaces : mieux gérer l'équilibre entre travail et responsabilites domestiques.
Déchets et gaspillage, est-ce la même chose ?
A mes yeux, oui, d'ailleurs en anglais ces deux mots ne se traduisent qu'en un seul : waste.  Les emballages comme les bio déchets sont du gaspillage de ressources. Un mode de vie zéro déchet a justement pour but d'éliminer les deux.
Bea Johnson est l'auteur de Zéro déchet, paru aux Editions Les Arènes.
Articles du dossier Spécial COP 21
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte