Dix ans de bio, dix ans de succès

Publié le 5 mars 2012 - Mis à jour le 30 novembre 2012

Qui se rappelle qu’en l’an 2000, le bio était inconnu de la plus part des consommateurs ? L’anniversaire de l’Agence Bio est l’occasion de revenir sur le chemin parcouru en une décennie.

Anniversaire agence bio

C’est une succès story comme on n’en fait pas si souvent. Fin 2011, l’Agence bio comptait 23 1000 exploitations et 12 000 préparateurs et distributeurs bio. Des chiffres qui ont plus que doublé en 10 ans. Bien qu’elle ne représente qu’une très petite surface par rapport aux capacités agricoles de la France, l’agriculture bio s’appuie désormais sur un socle solide et qui, surtout, ne cesse de croître. Le nombre d’hectares cultivés en bio a encore augmenté de 12% entre 2010 et 2011.

En 2010, le cap des 3% de surfaces nationales cultivées en bio a été franchi. Un succès qui concerne toutes les filières de l’agriculture. Légumes, fruits, vignes, cultures fourragères et grandes cultures ont été concernés par la vague du bio depuis 2001. Les plus fortes augmentations de culture en bio concerne la production fruitière, dont 9,6% étaient bio fin 2010, et la viticulture, avec 6,1% de vignes bio fin 2010. L’Agence bio estime que le nombre de vignes bio devrait doubler d’ici à 2014 par rapport à 2001. Plus de la moitié des surfaces viticoles sont actuellement en conversion.

Après une première vague de croissance de 2001 à 2004, l’agriculture bio connait depuis 2008 un net regain d’activité : le nombre d’exploitation bio a augmenté de 74% entre 2008 et 2011 et les surfaces cultivées en bio de 63%. Au niveau des préparateurs et distributeurs, la hausse était en 62% sur la même période. Et ce n’est pas fini puisque les agriculteurs sont toujours plus nombreux à rejoindre le mouvement. 30% des terres étaient en conversion en 2011.

Les fermes bio représentent désormais 4,6% des fermes françaises. Elles participent à satisfaire la demande toujours plus importante des consommateurs pour des produits bio. Alors que le marché des produits biologiques alimentaires était inférieur à 1 milliard d’euro en 2001, il flirte avec les 4 milliards en 2011. Il touche désormais tous les circuits de distributions. Les grandes et moyennes surfaces ont repris l’avantage depuis 2010 (45% des ventes de produits bio), mais l’Agence bio note que plus de la moitié des exploitations bio affirment vendre directement au consommateur au moins une partie de leur production. Depuis 2008, un nouvel acteur est apparu : la restauration collective. Encore marginal (4% de part dans les circuits de distribution), il représente un enjeu de taille et est appelé à se développer fortement. En 2011, 4 180 opérateurs déclaraient fournir des produits bio à la restauration collective, soit 34% d’augmentation par rapport à 2010. Une dynamique fortement plébiscitée par les consommateurs. Le bio a encore de beaux jours devant lui.

Retour au dossier

Claire Sejournet
Articles du thème Développement durable
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !