Parlement du Féminin 2017

Delphine Lhuillier sur l'égalité Femmes Hommes: "Passer de l’égalité à l’équité implique d’être à l’écoute de l’autre"

Publié le 4 décembre 2017 - Mis à jour le 5 décembre 2017

Plutôt que d'égalité entre les sexes, l'ethnologue Delphine Lhuillier préfère parler d'équité, qui permet à chacun(e) d'obtenir ce dont elle / il a besoin. A quelques jours de son intervention sur la scène du Parlement du féminin, entretien avec la co-fondatrice du Festival du Féminin.

Auteure, ethnologue, Delphine Lhuillier est également la co-fondatrice du Festival au Féminin. Invitée du Parlement du Féminin 2017, elle nous livre ses réflexions à quelques jours de son intervention sur la scène de l'Opéra Comique. 

Pour favoriser l’égalité femmes hommes, qu’est-ce que vous conseillez à chacun.e comme action(s) concrète(s) au quotidien ?
Il serait plus juste de parler d’équité que d’égalité; l’équité permet à chacun(e) d’obtenir, de recevoir ce dont il a besoin; ce que l’égalité ne permet pas toujours. Pour assister à un spectacle, si vous donnez un tabouret de la même taille à une personne qui mesure 1,50 m et une autre 1,60 m par souci d’égalité, il se pourrait bien que l’un d’entre eux ne voit jamais le spectacle ! Apprendre à vivre ensemble en pleine intelligence, c’est tout l’enjeu de demain. Pourquoi l’égalité à tout prix entre un homme et une femme ? Une femme n’est pas un homme. Un homme n’est pas une femme. Mais nous sommes toutes et tous des êtres humains capables de percevoir le besoin de l’autre. Je n’ai donc pas d’exemple concret en tête, mais déjà exercer cette révolution intérieure au quotidien pour passer de l’égalité à l’équité implique d’être à l’écoute de l’autre et de ses besoins. C’est une question d’éducation, de vigilance et peut-être bien de créativité. Car nous sommes amenés à réinventer notre manière de percevoir l’autre.

Vous-même, qu’est-ce qui vous révolte, agace en matière d’inégalités femmes hommes ? 

Bien sûr, à différents niveaux, des inégalités comme la différence de salaires à compétence égale, ou qu’en grammaire le masculin l’emporte sur le féminin. J’ai appris il y a peu qu’au Mexique, un groupe de femmes a réussi à faire adopter une loi qui implique une adaptation du genre au nombre de personnes. Ainsi, s’il y a une majorité de femmes, “ils” devient “elle”; ça me paraît tellement évident. Mais je reste surtout agacée par la persistance des stéréotypes sur ce que devrait être une femme, un homme, et notre attachement à ces stéréotypes;  la force de nos conditionnements en somme. Et ils se manifestent dans leur toute puissance chez l’homme, mais aussi chez la femme. Ils laissent très peu de place à la liberté d’être, de changer, de créer. Or, la liberté, la créativité, c’est le soufflé de la vie.

A l’heure de l’affaire Weinstein et #metoo, une libération de la parole est-elle un prélude à une véritable révolution ? 
La libération de la parole me paraît essentielle. C’est à chaque fois une (r)évolution. Elle a récemment été critiquée, mais on voit combien une première parole en autorise une deuxième, puis une troisième, etc. J’ai récemment lu dans L’Obs le témoignage d’Éva Thomas, la première femme a avoir brisé le silence sur l’inceste à visage découvert; une révolution en 1986 : “une avalanche d’appel a alors submergé le standard” des Dossiers de l'écran, l'émission télévisée dans laquelle elle était apparue. 

Comment qualifieriez-vous votre côté féminin? Et masculin? Comment ces énergies se complètent ou s’achoppent ? 
Je ne saurais pas bien définir ces “deux côtés” en moi. Même si cela peut correspondre à une réalité “organique”, évoquer par exemple un féminin vulnérable et sensible, ou un masculin puissant et pénétrant, me semble réducteur. La vulnérabilité possède un large panel de couleurs; la puissance aussi. Malgré une distance culturelle, je me sens plus à l’aise avec le concept taoïste du Yin-Yang. Le Yin-Yang est appréhendé comme la danse perpétuelle de deux polarités, complémentaires et interdépendantes. C’est l’équilibre et surtout l’harmonie de ce mouvement que je recherche aujourd’hui : savoir être à la fois accueillante et percutante, dans le bon timing ! Une attitude adaptée à une situation donnée.

Même si la théorie du genre est controversée, je la trouve essentielle. Elle nous interroge sur la façon dont l’être humain se définit et dont on le définit. Cela me semble l’une des clés du changement : oser un changement de perspective, bousculer nos habitudes, notre manière de penser, de regarder, et donc, d’agir.

Retrouvez Delphine Lhuillier sur la scène de l'Opéra Comique au Parlement du Féminin 2017 le 18 décembre. 

Un événement co-organisé par le magazine FemininBio et le Parlement des Entrepreneurs d'avenir, avec le soutien de GENERALIEngieKeringOpéra ComiqueSodexoTF1 InitiativesWeleda.

Mention spéciale à notre partenaire majeur GENERALI, soutien depuis le début de cette initiative.

Articles du dossier Parlement du Féminin 2017: toute l'actu autour du bien-être au travail
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !
A lire aussi