#MissBio2017

Les finalistes de la miss bio 2017- Marisa Bischoff veut encourager à "se tourner vers une consommation vertueuse"

Publié le 22 mai 2017

Marisa a lancé sa marque de vêtements "Mari's.A", pour "éveiller les esprits des consommateurs sur l'importance de se tourner vers une consommation vertueuse". La finaliste soutient l'institut océanographique Paul Ricard. Retrouvez vite son interview portrait !

Marisa Bischoff,  pourquoi vous être présentée au concours de La Miss Bio ?
J'ai créée la marque Mari’s.A en 2016, à travers cela je souhaite éveiller les esprits des consommateurs sur l’importance de se tourner vers une consommation vertueuse. Mari’s.A est bien plus qu’une marque de « fringues », c’est une philosophie de vie ! C'est LA solution pour un développement durable pour nos enfants. 

Le bio c'est quoi pour vous ? 
Avant tout c’est un état d’esprit. Un mode de consommation plus responsable, plus vertueux, plus respectueux de l’Homme et de son environnement. C’est la valorisation d’un savoir-faire et du patrimoine local.

Votez vite pour élire la Miss Bio 2017: plus de 100 lots SOBiO'Etic® à gagner

Vous êtes l'ambassadrice de l'Institut océanographique Paul Ricard. Pourquoi avoir choisi de soutenir cette association en particulier ? 
Tout d’abord pour sa proximité géographique, étant toulonnaise, et pour son histoire familiale. En France, l’Institut océanographique Paul Ricard compte parmi les précurseurs de la bataille de l’environnement. Aujourd’hui présidé par Patricia Ricard, petite-fille du fondateur, cet Institut reste acteur de son temps. 

Quel(s) projet(s) financera la dotation de notre partenaire SO’BiO étic si vous êtes élue Miss Bio 2017 ?
Il s’agit d’un nouveau projet ! Depuis quelques années, de nombreux observateurs (pêcheurs, scientifiques, etc.) s’inquiètent d’une diminution des populations de poissons. L’aquaculture participe à cette diminution en utilisant des farines de poissons comme nourriture, issues des poissons de nos mers et océans ! A la demande de professionnels, un programme de recherche sera développé par l’Institut océanographique Paul Ricard pour voir s'il est envisageable de mettre en place un aliment durable pour l’aquaculture marine. Il s'agit de suppléer (en partie) la farine de poisson par de la farine d’insectes et ainsi limiter le dépeuplement des océans. Les expérimentations prévues devront répondre quant à la faisabilité technique (croissance, rendement..) de ce nouveau concept ainsi qu'à la qualité du produit fini.

Pourquoi La Miss Bio c’est vous ? 
Le but ultime de la collection est d’en faire un outil de progression. Acheter des vêtements « Mari’s.A » c‘est contribuer à sauver des vies, à éduquer, à protéger et à inspirer. La forme et la fonction sont liées. Je suis responsable de mes créations. Un vent nouveau souffle dans nos esprits et porte haut nos cœurs. L’aspiration à la cohésion et l’harmonie de nos vies l’emportera sur les têtes étroites, des âmes malmenées indifférentes sur le sort du genre humain. Je ne renoncerai jamais à ma liberté de penser. « Aie le courage de te servir de ton propre entendement », voilà la devise des lumières selon Emmanuel Kant.

Que changeriez-vous dans le monde d'un coup de baguette magique ?
Le cœur des hommes, pour plus d’empathie et de bienveillance.

3 adjectifs green pour vous décrire ? 
Authentique, sensible et responsable.

Quel est l'objet green dont vous ne pouvez pas vous séparer ? 
Mes lingettes démaquillantes lavables.

Votez vite pour élire la Miss Bio 2017: plus de 100 lots SOBiO'Etic® à gagner

Articles du même dossier
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte