Enfants

Coup de coeur enfants en Midi-Pyrénées : les colonies de vacances L'Aube du Chêne

Publié le 26 février 2013
Curieuse de tout, piquée d'écriture. Ex-responsable édito de FemininBio, blogueuse empathique aimant raconter la vie des autres @parisbylight.
"Nature et Création", les colonies de vacances alternatives où il fait bon vivre
"Nature et Création", les colonies de vacances alternatives où il fait bon vivre
© Anne Gouyon

En Midi-Pyrénées, il fait bon partir en colo ! L'aube du Chêne propose des séjours d'un autre genre pour les enfants de 8 à 12 ans. Anne Gouyon, la fondatrice, nous en dit plus sur les prochaines vacances de vos pré-ados.

Anne Gouyon, fondatrice de l'Aube du Chêne
Anne Gouyon, fondatrice de l'Aube du Chêne
Vous en avez rêvé pour vos enfants, l'Aube du Chêne le fait ! Cette jolie ferme bio organise des séjours pour enfants au cœur du Sud-Ouest, où l’on respecte les enfants : petits effectifs, animateurs formés à la communication non-violente, projets créatifs inspirés par la nature, récolte et cuisine des légumes bios avec les enfants qui profitent des 25 hectares de prés et forêts du domaine. Pas sûrs qu'ils veuillent rentrer !

Racontez-nous votre parcours.

J’ai eu la chance, dans mon enfance, de passer mes loisirs dans un centre aéré alternatif, à la campagne : nous alternions peinture, yoga, expression corporelle, poney… une approche très en avance sur son temps ! J’en ai tiré mon goût pour la nature, mais aussi pour l’humain. Cela m’a conduit à des études de biologie, d’écologie et d’agronomie qui m’ont permis de voyager sur le terrain, en Asie et en Afrique, au service du développement de ces pays. De retour en France, j’ai eu envie d’agir dans mon pays. J’ai alors créé BeCitizen, un cabinet de conseil en développement durable puis Viatao, une petite société qui publie des guides de voyage respectueux de la planète et de ses habitants.

Vous êtes docteur en agroéconomie, vous avez parcouru le monde au service du développement durable puis fondé deux entreprises. Aujourd'hui vous vous spécialisez dans l'éducation et la psychologie. Vous ne vous arrêtez donc jamais ?

La curiosité et l’envie d’agir sont des moteurs inusables, heureusement. Ceci dit je me suis bel et bien posée avec ma famille, puisque nous avons acheté 25 hectares de terre agricole dans le Gers ! Le fait d’avoir des enfants m’a amenée à m’interroger sur leur éducation, sur le monde dans lequel nous les faisons grandir. Le développement durable ne se résume pas à une affaire de panneaux solaires, il va nécessiter des changements profonds de valeurs, d’attitudes, de modes de vie… Aujourd’hui je veux explorer ces champs liés à la psychologie, pour répondre à la question : «Comment préparer des citoyens à la fois responsables, épanouis et créatifs pour le monde de demain ?»

Comment est née l'Aube du Chêne ?

Nous souhaitions que notre ferme bio soit un lieu d’accueil permettant à chacun de se ressourcer mais aussi d’évoluer, grandir, trouver de nouvelles voies – en commençant par les enfants, qui portent un regard neuf sur les choses et apportent tant d’énergie. J’ai eu la chance de rencontrer, dans le Gers, des personnes qui croient à ce projet : le maire de notre village, des personnalités du monde associatif, et mon équipe d’animateurs qui rêvaient de travailler dans une structure engagée, avec un projet pédagogique innovant au service des enfants.

Quels types de séjours et d'activités proposez-vous aux enfants entre 8 et 12 ans ?

Nous proposons des séjours «Nature et Création». Les enfants dorment sous la tente (avec des sanitaires et des bâtiments en cas d’intempéries !) et passent leurs journées dehors, dans les prés ou dans notre forêt de chênes. Ils découvrent différentes activités créatives, manuelles ou artistiques, inspirées par la nature, et peuvent ensuite choisir librement un projet à réaliser en petit groupe : enregistrer un CD avec le chant des oiseaux, construire une cabane ou un four solaire, faire une peinture en pigments naturels… Sans oublier les multiples temps pour se défouler ou se relaxer : jardinage, cuisine, baignade, poney, jeux coopératifs, feux de camp, soirées ciné en plein air, jeux de piste en forêt… C’est une alternative aux colonies de vacances : les enfants sont en petit groupe, dans une ambiance familiale, qui permet une attention personnalisée à chacun.

Quel est l'objectif de ces séjours ?

Avant tout, que les enfants passent un bon moment entre eux sans leurs parents ! Et c’est une réussite, puisque la plupart reviennent d’une année sur l’autre. Ensuite, l’objectif, c’est créer une vie de groupe, où chacun se sente en confiance, épanoui et respecté, tout en respectant les autres et la vie collective. Dans nos séjours, les enfants apprennent à se prendre en charge : ils participent à la définition des règles du vivre ensemble, débattent sur le déroulement des journées, apprennent à contrôler leurs émotions et à résoudre les conflits de manière pacifique. Enfin, bien sûr il y a la découverte de la nature et la créativité en petits groupes. Cela fait beaucoup de choses… mais ça marche, parce que cela correspond à des besoins profonds de l’enfant.

Pouvez-vous nous en dire plus sur les personnes qui encadrent les enfants ?

Ils sont triés sur le volet ! Encadrer des enfants, c’est une grosse responsabilité. Cela demande de vraies compétences, et un engagement fort. Notre équipe de base est constituée d’animateurs expérimentés, formés à l’écologie et l’environnement. Nous travaillons au long de l’année sur notre projet pédagogique, et chacun de nous suit des formations sur des techniques d’animation nouvelles : pédagogie active, communication non-violente, gestion des émotions de l’enfant…

Quels sont vos projets ?

J’en ai plusieurs, que je développe petit à petit. Notre priorité est de proposer, pendant l’année scolaire, des ateliers et séjours sur des problématiques ciblées : par exemple, travailler sur la confiance en soi des enfants et ados, sur la motivation scolaire, sur la gestion du stress et des émotions. Nous développons aussi une offre pour les enfants "atypiques", qui ont un bon potentiel mais des difficultés à le gérer, en particulier les enfants précoces et les enfants hyperactifs, en partenariat avec des structures spécialisées comme Kinoa ou Dysmoi. Je réfléchis aussi à des stages pour les adultes qui, comme cela a pu m’arriver, sont en recherche de sens à leur vie et souhaitent réfléchir à de nouveaux projets… Il paraît que 60% des Français rêvent de changer de vie, cela donne espoir !

Toutes les infos sur laubeduchene.fr

Séjours Juillet-août 2013 : le programme "Nature & Création"

Articles du dossier Tour de France du bio 2013
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte