Agroalimentaire

L214 révèle un nouveau cas de maltraitance dans l'abattoir de Mauléon-Licharre

Publié le 1 avril 2016
© Pixabay

Vous avez sûrement déjà été interpellées et indignées par les scandales à répétition qui touchent les abattoirs depuis quelque temps. Il y a un an était filmé des actes de cruauté monstres à l'abattoir d'Alès, il y a quelques mois dans l'établissement du Vigan et plus récemment, l'association L214 a dévoilé de nouveaux cas de maltraitance au sein d'une entreprise de découpe certifiée bio, à Mauléon-Licharre dans les Pyrénées-Atlantiques. 

FemininBio vous épargnera les images, tant elles sont abominables et insoutenables. Filmées en caméra cachée, les vidéos montrent l’abatage choquant et cruel de bovins, de veaux et d'agneaux à peine sevrés... Les coulisses sanglantes d'un établissement qui servait les plus grandes tables parisiennes, les chefs étoilés Alain Ducasse ou Yves-Marie Le Bourdonnec, un établissement Label Rouge et dont une partie de la viande qui en sortait était certifiée bio par Ecocert. 

Une infraction aux réglementations des abattoirs. En Europe, l'abatage est encadré par un règlement bien strict, le règlement européen du 24 septembre 2009, qui stipule que « toute douleur, détresse ou souffrance évitable est épargnée aux animaux lors de la mise à mort et des opérations annexes. » En France, l'article R214-70 du Code Rural ordonne « l'étourdissement de l'animal après immobilisation et avant mise à mort ». 

Les comportements que révèle L214 dans les dernières vidéos diffusées sont donc illégaux et les responsables de ces sévices ont été congédiés. L'abattoir a été « fermé pour une durée indéterminée » à annoncer le maire de Mauléon Michel Etchebest dans un communiqué. Une enquête a été ouverte et le ministre de l'agriculture, Stéphane Le Foll a « condamné avec la plus grande fermeté ces pratiques intolérables.» 

De son côté, l'association L214 a déposé plainte et a lancé une nouvelle « pétition pour demander une transparence effective des abattoirs ». 

Une idée ingénieuse, qui permettrait aux citoyens d'avoir un droit de regard et aux entreprises de découpes d'être mieux surveillé et d'éviter les infractions. 

En attendant, FemininBio vous conseille une fois de plus de privilégier les circuits courts, en contact direct avec les producteurs. Pensez aussi à réduire votre consommation de viande, pour le respect animal, votre santé et l'environnement.

L'association L214 éthique & animaux milite pour le respect de la cause animale. Son site en ligne : L214.com

Articles du thème animaux
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte