Nicolas Hulot : fin de partie ?

Publié le 14 septembre 2011 - Mis à jour le 30 novembre 2012

A l'heure où Nicolas Hulot semble vouloir quitter la politique politicienne, à l'heure où les désaccords entre Eva Joly et Nicolas Hulot semblent à leur paroxysme, on peut s'inquiéter sur l'avenir d'Europe Ecologie Les Verts (EELV). Eva Joly aura-t-elle le don de rassemblement ? EELV ne donne-t-il pas une l'image d'un parti politique fermé et obscure ?

Nicolas Hulot : fin de partie ?

Eva Joly a peut-être agrandi le microcosme des verts au groupuscule d'EELV, mais au cours de cette primaire, elle a bel et bien renfermé l'écologie dans un carcan idéologique radical d'extrême gauche, sans discussions possibles avec d'autres partis (évoquer Jean-Louis Borloo, quel pêché, quel fou ce Nicolas Hulot, alors qu'elle-même a collaboré avec ce même Jean-Louis Borloo sans scrupules) et cette radicalisation est apparue au grand jour avec la candidature de Nicolas Hulot. Au nom de qui, de quoi ? On ne sait pas.

Mais ce qui est grave, c'est qu'en effet au moment où de plus en plus de gens, qui n'ont pas toujours été verts, mais qui y arrivent enfin, notamment grâce à Nicolas Hulot qui a appelé tout le monde à participer aux écogestes, à s'impliquer concrètement et pas dans des débats politiques stériles, ont envie de s'engager, EELV claque la porte au grand public, dans une sorte d'élitisme de vieux combattants. "Quoi, vous n'avez pas combattu à Plogoff, Dans le Larzac, mais quelle légitimité avez-vous pour parler ?" "Quoi, vous n'avez pas toujours été anti-nucléaire, mais fermez-la alors".. Une sorte de mépris tout à fait contraire à l'ouverture et à la générosité que l'on souhaite chez les Verts...

Les militants d'EELV agressifs et calculateurs durant la campagne (cf toujours les mêmes reproches faits à Nicolas Hulot depuis quinze ans alors qu'il travaille à l'éducation, à l'environnement et à la sensibilisation de l'opinion depuis tant d'années), se proclament résistants et répètent inlassablement les arguments d'une campagne médiatique où la couleur de lunettes prime sur le contenu d'un débat... Et Combien sont-ils à regarder TF1 en douce chez eux le soir ? Tout cela contribue en effet à nous repousser, nous écolo et engagés, du côté d'une écologie humaniste. On ne peut pas défendre l'écologie et mener une campagne de manière aussi peu humaniste, presque haineuse. L'écologie relationnelle n'est pas un vain mot. On ne peut défendre la planète et haïr ceux qui veulent la défendre, quand ils sont aussi sincères et porteurs d'espoirs que Nicolas Hulot. On a senti tant de haine dans cette campagne, de moquerie, de rejet, c'est indigne de l'écologie. Ce n'est pas "un défaut", c'est un vice rédhibitoire.

A propos du choix de Nicolas Hulot de quitter EELV, une amie m'a rappelé une phrase d'Edgar Morin dans son Evangile de la perdition : "C'est parce que nous sommes perdus qu'il faut nous entraider". En effet, face à l'urgence écologique, nous avons besoin de tout le monde, Nicolas Hulot le dit depuis des années dans ses campagnes médiatiques, ses écrits, ses émissions, ses contributions dans le monde, dans les forums internationaux - quand Eva Joly avait bien d'autres préoccupations, chacun son métier -  Mais alors, pourquoi n'ont-ils pas laissé sa place à Nicolas Hulot ? Car enfin, s'il part, ce n'est manifestement pas de son plein gré... Que lui ont-ils fait pour qu'il soit à ce point déçu ? Bon perdant, il serait resté s'il avait perdu à la loyale, mais la succession de coups bas l'a déçu. "Il fallait s'y attendre, est-il naïf"? "Il n'aurait pas dû y aller"... On aura tout entendu. Mais je suis persuadée qu'il y a une autre façon de faire de la politique sans les règles de l'égo, les petites phrases et les trahisons.

Nicolas Hulot ne veut plus de cette politique là, -peut-on lui reprocher ?- et nous n'en voulons plus! Comment les membres d'EELV ont-ils pu perdre le soutien de Nicolas Hulot alors qu'il était si déterminé ? Ce qui s'est passé est assez grave d'un point de vue politique. Nous avons chacun nos infos sur "les coulisses" de la campagne et il semble bien que cela soit nauséabond et je pèse mes mots. C'est assez repoussant en tout cas.

C'est drôle mais le mot "entraide", je n'y crois pas, du côté d'EELV. Et Edgard Morin, que mon amie citait, est un fervent soutien et inspirateur de Nicolas Hulot et également une de ses éminences grises, mais pas d'Eva Joly.

Pascale d'Erm Gasselin est journaliste, écrivain et présidente des EcoMamans

Pascale D'Erm Gasselin
Articles du thème Green people
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !