Rencontre avec Anny Poursinoff, députée Europe Écologie - Les Verts des Yvelines

Publié le 16 mai 2011 - Mis à jour le 30 novembre 2012

Anny Poursinoff est Députée des Yvelines pour  Europe Écologie - Les Verts depuis juillet 2010. C'est une femme dans l'action, simple et authentique qui milite pour une planète plus écolo et pour un retour aux valeurs sociales et humaines. Rencontre.

Rencontre avec Anny Poursinoff, députée Europe Écologie - Les Verts des Yvelines

Expliquez-nous votre parcours : de l'infirmière à la femme politique
Pendant 40 ans j'ai exercé le métier d'infirmière et j'ai été syndicaliste pendant 20 ans. Mes combats portaient sur les conditions sanitaires, l'hygiène, la sécurité et le travail.
Dans les hôpitaux, la situation est critique :  on préfère payer le risque (accident de travail,...) plutôt que de faire de la prévention, ce qui est évidement profondément regrettable.
J'ai pris par la suite la responsabilité d'une école enseignante, dans laquelle j'ai formé des aides soignantes.
Je suis ensuite partie naviguer avec ma fille à travers le Brésil et l'Afrique. Voyage durant lequel j'ai pris conscience de la dégradation de la planète.
A mon retour, je suis devenue chef de soin à domicile pour les personnes âgées et dépendantes à Rambouillet.
Puis la politique a croisé mon chemin, en 1989, j'entre chez les Verts et prends rapidement des responsabilités, je suis en charge notamment de la commission femme eu sein du parti. En 1992, je suis élue au conseil régional d'Île-de-France puis à nouveau en 2004. Je m'y occupe notamment d'agriculture. J'ai continué à travailler dans les soins à domicile jusqu'à l'année dernière, juillet 2010, avant mon élection de députée Europe Écologie - Les Verts dans les Yvelines.

Quelles ont été vos motivations à entrer chez les Verts ?

Je suis rentrée chez les Verts pour la question du partage du temps de travail pour lutter contre le chômage.
Il est vrai aussi que dans mon service de soin (en milieu rural), j'ai fait l'horrible constat que les femmes agricultrices avaient des conditions de travail très dures et que leur corps souffrait, notamment d'ulcères aux jambes. Je me suis alors posé la question de la responsabilité des pesticides.

Quels sont vos combats phares ?
La parité ! C'est le combat qui m'habite depuis que je suis en politique ! Notamment le rôle des femmes dans l'appareil étatique,  leur accès aux postes clés grâce à la parité.
J'avais une responsabilité à prendre un poste important en politique pour respecter ce dont je suis convaincue, c'est ce sentiment de responsabilité qui m'a mené à faire de la politique.

Puisque nous sommes dans le partage, je n'oublie pas le partage des richesses. Il y a encore aujourd'hui beaucoup
trop de différences entre les riches et les pauvres. En France, 8 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté, les inégalités sociales perdurent et la pauvreté touche des classes qu'elle ne touchait pas naguère, les cardes moyens. Il y a donc urgence.

Le lien santé environnement. J'ai beaucoup côtoyé le milieu agricole, je suis persuadée qu'il existe un vrai lien entre ce qu'on mange et ce qu'on produit. 128 polluants dans l'alimentation selon l'enquête de l'ASEF ! Rendez-vous compte ! Le consommateur n'est pas le seul à prendre des risques, les producteurs se rendent malades à produire selon les règles d'une agriculture intensive. Même si les mentalités changent, on assiste malgré tout à une bascule des consciences pour mieux consommer, les lobbys alimentaires sont très puissants et restent très attachés à faire leur marge. L'agriculture bio est moins subventionnée que l'agriculture conventionnelle, or elle a besoin de plus de main d'oeuvre.
Concernant le pollution de l'eau, si vous ne polluez pas l'eau en faisant le choix d'une agriculture bio, vous n'avez pas à la dépolluer, ce qui n'entraine pas de coût, le problème est qu'on ne prend pas en compte ce type de raisonnement !
Une autre question qui me tient à coeur, c'est l'étiquetage : on doit être extrêmement précis sur les informations qu'on donne au consommateur, il doit pouvoir choisir en connaissance et en conscience.
Je milite pour les labels qui sont clairs et précis, c'est la garantie minimum que nous devons aux consommateurs
Il faut que les marques affichent le plus de transparence possible.
Ma crainte : se retrouver  face à des épidémies que nous allons du mal à enrayer. Je pense aux générations futures, à quoi va ressembler leur santé ? Nous avons prouvé que nous pouvions agir vite, comme avec le bpa en le supprimant des biberons mais on ne connait pas encore les autres substances à risque.

Un combat que je mène avec beaucoup de passion c'est l'indépendance, les personnes âgées, les femmes seront très touchées. C'est mon expérience d'infirmière qui s'exprime !

Quelle écolo êtes-vous : locavore ? bio ? Amap ?
Sur le plan personnel, je suis une écolo locavore et bio quand cela est possible. J'achète mes fruits et légumes dans une ferme proche de mon domicile des Yvelines, et, quand je suis à Paris, j'achète des produits bio. Dans le cadre de mes activités politiques, j'oeuvre pour le développement du bio dans la restauration collective et des circuits courts. L'agriculture paysanne, c'est la clé de notre indépendance alimentaire et de la vie dans nos campagnes !

Vos gestes pour la planète ?
Je trie mes déchets. Je fais mon compost. Pour chacune de mes campagnes électorales, j'ai utilisé du papier recyclé. Aujourd'hui, j'essaye de privilégier les envois de documents en version numérique. Je prends les transports en commun et me déplace à vélo quand le temps le permet.

Avez-vous un message à donner à nos lectrices si soucieuses de l’environnement et de la santé de leur famille ?
Apprendre aux enfants à connaître leur environnement, la nature, la biodiversité... c'est leur apprendre à respecter notre planète. Chaque petit geste a son importance !
Cependant cela ne dédouane pas les responsables politiques qui doivent faciliter tous ces engagements individuels.

Lire aussi la réaction d'Anny Poursinoff face aux dangers du nucléaire

Suivez l'actualité d'Anny Poursinoff

A.Ghesquière et S. Jarroux
Articles du thème Green people
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réaction à l'article
Par liquen le 29 juin 2011 à 18h22
circonscription modifiée

Qu'elle n'a pas été notre déception en découvrant après plusieurs semaines d'absence que nous avions un député pour lequel nous n'avions et n'aurions pas voté. Il s'est permis de nous envoyer un courrier à l'en-tête de l'A.Nationale, payé probablement par les contribuables que nous sommes.Notre vote n'a servi à rien.

Sincèrement attristés et désolés.

Marcelle et Christian Pouliquen de Beynes
pouliquenma@orange.fr

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !
A lire aussi