Miss Bio

Rencontre avec Ophélie Véron, Miss Bio 2015

Publié le 6 avril 2016
Ophélie Véron, Miss Bio 2015
Ophélie Véron, Miss Bio 2015
© Thomas Graindorge

Élue Miss Bio 2015 par les internautes, blogueuse sous le nom de plume Antigone 21, Ophélie Véron est une végane optimiste et convaincue que l'on peut changer le monde de demain en agissant aujourd'hui. Son combat pour la reconnaissance des droits des animaux est un choix éthique qu'elle porte fièrement.

Pourquoi vous êtes-vous présentée au concours La Miss Bio ?
J'ai vu La Miss Bio comme une occasion formidable pour mettre en avant des projets écologiques et engagés, dans la joie et la bonne humeur ! Grâce à cette élection, j'ai fait la connaissance de personnes admirables qui œuvrent pour des associations aux projets riches de sens. Il est essentiel pour moi de mettre en lumière le rôle de l'alimentation dans les problèmes environnementaux et climatiques actuels. Quand on sait que la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture)estime que l'élevage est la première source d'émission de gaz à effet de serre d'origine anthropique, avant même le transport, on comprend vite combien un petit geste dans son assiette correspond à un grand pas pour la planète !

Vous étiez ambassadrice de l'Association Végétarienne de France et vous avez été élue avec plus de 30 % des voix. À quoi a servi ce prix ?
Les 5000 euros de dotation ont servi au financement du "Défi Veggie", un grand défi organisé à la rentrée dans toute la France. Vidéos, articles, fiches pédagogiques, recettes végétales… attendez-vous à ce que le végétarisme soit mis à l’honneur pour la COP21 !

Que signifie être végétarien aujourd'hui ?
C'est un choix résolument moderne et tourné vers l'avenir, tant pour notre planète que pour la société. Mais pour moi, c'est aussi et surtout un choix éthique car les animaux sont des êtres qui ont des droits. Entrer dans l'avenir de l'humanité, c'est aussi avoir un regard éthique envers les animaux non-humains.

Le végétarisme est-il bien accepté en France ?
De mieux en mieux, mais il y a encore des progrès à faire ! L'image du végétarisme est plus positive et plus largement répandue. Les médias en parlent plus, et de façon moins négative. Mais les préjugés sont encore fortement ancrés dans les esprits. De plus, la France est très attachée à sa gastronomie, inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO et axée sur la chair. Il va falloir du temps pour s'en détacher ! Les végétariens ouvrent la voie car ils réinventent des plats et revisitent la gastronomie française de façon éthique.

Bio, végétarien, cru, sans gluten… Sommes-nous des névrosés de l'assiette ?
Ce sont des situations très différentes. Je pense qu'il y a un effet de mode autour du cru et du sans gluten, pour les personnes non cœliaques bien sûr. Par contre, manger bio, c'est opter pour des techniques d'agricultures plus raisonnées et sans produits chimiques. C'est un choix pour la planète avant même d'être un choix pour sa propre santé. Ce n'est pas un effet de mode, tout comme le végétarisme et le véganisme, qui sont des choix éthiques. Il s'agit de lutter contre les distinctions entre les espèces et pour les droits des animaux.

Vous avez pourtant écrit un livre sur la pâtisserie crue ?
J'aime beaucoup cuisiner et me lancer de nouveaux défis, comme celui de cuisiner cru, mais je ne serai jamais crudivore.Il n'en reste pas moins que je me suis beaucoup amusée à créer les recettes que je partage dans ce livre.

Comprenez-vous les flexitariens, qui réduisent leur consommation de viande sans l'arrêter totalement ?
Il faut les encourager car c'est une solution au niveau environnemental. Mais ça n'en est pas une au niveau éthique. J'encourage les gens à aller vers le flexitarisme, mais mon but est qu'ils deviennent végétariens et véganes. Quand on défend une cause, on ne veut pas que les gens s'impliquent à moitié.

Vous êtes allée plus loin que le végétarismeen devenant végane. Qu'est-ce que ça signifie pour vous ?
C'est un choix logique, pour être conséquent avec soi-même. Quelles que soient les raisons pour lesquelles on est devenu végétarien, il est logique d'arrêter aussi la consommation de produits laitiers. La consommation de produits induit une souffrance animale considérable puisque boire du lait implique qu'on le prenne aux veaux, qui sont séparés de leurs mères à la naissance. Les génisses sont inséminées artificiellement, de sorte à enchaîner les grossesses et maintenir la lactation. Elles prennent le chemin de l'abattoir à cinq ans. Les petits mâles sont tués vers l'âge de quatre mois. Dans la nature, tous pourraient vivre une vingtaine d'années. D'un point de vue de santé, ce n'est pas bon pour notre organisme. Nous sommes le seul mammifère à boire du lait à l'âge adulte, et qui plus est, du lait d'autres espèces !

Être végane est un combat ?
Être végane implique une autre manière de voir le monde. C'est essayer de faire que le spécisme (NDLR: fait de considérer les intérêts des animaux comme inférieurs à ceux des humains)dans lequel on baigne au quotidien soit vraiment combattu, c'est agir pour une reconnaissance des droits des animaux. J'y vois un combat hyper positif, il s'agit de lutter pour faire entrer ces questions dans le débat public. Le véganisme construit surtout le monde de demain. Ce n'est pas un mouvement oppositionnel, c'est un mouvement propositionnel. C'est ce qui fait sa force pour l'avenir : on s'unit pour quelque chose !

Votre blog Antigone21.com cartonne. Vous y partagez vos conseils et astuces véganes mais aussi beauté. Qui vous suit ?
Mon blog, c'est une réserve à idées pour qui veut vivre autrement, en respectant la planète et tous ses habitants, sans pour autant faire une croix sur son confort de vie et la satisfaction de ses papilles. Je suis loin d'être suivie uniquement par les véganes. Je partage des réflexions d’éthique et de société, des astuces pratiques pour apprendre à mieux vivre et consommer en toute simplicité, des conseils de lecture et des infos santé, et puis, bien sûr, tout plein de recettes gourmandes, sans effusion de sang ni souffrance gratuite, pour montrer qu’on peut croquer la vie à pleines dents, sans jamais lui faire de mal.

 

Retrouvez l'Association Végétarienne de France, l'association que soutenait Ophélie pour sa participation à La Miss Bio 2015 sur Facebook et sur internet !

Retrouver cette interview dans le Mag#1 de Femininbio

Et si cette année, c'était vous La Miss Bio 2016 ? Inscrivez-vous sans tarder !

Articles du dossier La Miss Bio 2016
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte