Droit des femmes

Réveillons le féminin sacré

Publié le 8 avril 2016
Christine Marsan est psychothérapeute et coach, écrivain et conférencière au service de l'humain, de la coopération et de la mutation de la société
© Pixabay

La femme, égale de l'homme ? L'appel de Christine Marsan en ce printemps pour nous inviter à révéler notre féminin sacré au quotidien.

En ces moments d’obscurs tumultes sociétaux, la femme est à nouveau malmenée, toujours meurtrie, lapidée, assassinée parce que pour encore beaucoup de personnes sur la terre, la femme n’a toujours pas les mêmes droits que les hommes.

"La dégradation de la condition féminine dans la zone méditerranéenne  concerne très directement le destin d’une partie de l’espèce humaine. C’est-à-dire, en fait, notre destin à tous, car il est exclu, désormais, qu’une importante fraction de l’humanité puisse évoluer à l’écart."

Germaine Tillon

Germaine Tillon,  à la fois ethnologue et résistante, reçue au Panthéon pour reposer en paix et reconnue pour ses actes de résistance, a étudié la condition de la femme dans le pourtour méditerranéen et précisément dans l’Aurès et l’Algérie. Elle nous rappelle que tant qu’une partie de l’humanité est malmenée, c’est l’humanité entière qui ne peut pas évoluer. Nous avons connu de magnifiques évolutions pour la condition de la femme au XXème siècle. Toutefois depuis les années 2000, nous notons une sérieuse dégradation des rapports homme/femme, jusqu’à l’État du Kansas qui autorise les hommes à battre leur femme.

Avec la montée de Daech, nous voyons l’humanité massacrée et la femme avilie, niée dans son intégrité, dans son être profond.

Et sur le point symbolique, le fait que Daech utilise comme acronyme le nom d’ISIS est tout simplement insupportable.

Nous sommes tellement coupés de nos racines symboliques et sacrées que nous ne mesurons pas la portée de tels détournements. Pourtant, il est crucial pour l’humanité de restaurer et respecter, voire honorer son féminin sacré, tout comme il est essentiel d’honorer également le masculin sacré. Ceci afin de nourrir les facettes intérieures de notre incarnation par la reliance avec la transcendance, alimenter notre ancrage spirituel qui permet de révéler le meilleur de nous même.

Au quotidien, osons révéler notre féminin sacré, cet hommage que nous rendons à Gaïa, à la source de vie, à l’expression de la nature du monde, à la terre, à l’ancrage dans l’incarnation, à la vie : porter la vie pendant 9 mois, donner la vie, nous confère un savoir-faire de sage-femme, d’accoucheuse, de maïeuticiennes.

Mais il ne suffit pas d’être une femme pour manifester notre féminin sacré, c’est tout un apprentissage, ou un réapprentissage.

Hommes et femmes, nous avons à décider de manifester le divin en nous, à nous connecter aux plus hautes vibrations de conscience et de spiritualité afin de manifester, au quotidien, des comportements de paix, de fraternité, d’équivalence d’humanité entre hommes et femmes, entre les plus nécessiteux et ceux qui ont le plus de ressources. 

Osons valoriser la vie et la préserver sous toutes ses formes et dans tous ses règnes, décidons de délaisser la violence et d’honorer la compassion et la bienveillance. Et dans ces moments de l’histoire où l’ombre menace de gagner, c’est à chacun, chacune d’entre nous, de rester debout, engagé pour l’Amour, la lumière, le respect de la vie et d’honorer tous les jours les merveilles sacrées du vivant.

L'auteur : Christine Marsan a écrit Oser changer sa vie et Petit cahier d'exercices pour oser changer sa vie, parus aux Editions Jouvence

Articles du thème Solidarité
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte