Tribune

Sain ou gourmand, et si on arrêtait de choisir ?

Publié le 22 novembre 2017
© Freepik

Qu’il est commode d’affirmer que manger sain est trop contraignant, trop fade, que l’on n’a pas le temps, que l’on a envie de continuer à se faire plaisir !

Il n’y a pas si longtemps je découvrais un énième article vantant les vertus du plaisir et dénigrant le manger sain : « trop peu de plaisir, trop peu de goût, trop peu de partage ». A cette lecture, une partie de moi se révolte, et l’autre comprend à quel point ces points de vue sont totalement réconfortant pour…  ne pas changer !

On le sait aujourd’hui (la science le sait), notre alimentation a un impact avéré sur notre bien-être et même sur notre santé : dans un cadre préventif ou même curatif ! Or que continuons-nous à donner chaque jour comme carburant essentiel à notre organisme ?

On sait aussi qu’il est urgent d’agir pour la protection de notre planète, l’appel des 15000 en est un rappel : c’est aujourd’hui qu’il faut changer nos habitudes. Certes, des actions collectives et publiques doivent être menées en ce sens, mais que faisons-nous au quotidien de notre pouvoir d’achat (et plus spécifiquement de notre pouvoir d’achat alimentaire) pour faire notre part face à ce constat alarmant ?

A lire aussi : notre dossier Je vote au quotidien

Quand le cerveau est en situation de stress, il a trois réactions de survie possibles : le figement (je garde le statu quo, je ne change pas, de toute façon c’est déjà foutu), la fuite (le bio ça sert à rien, de toute façon on n’est pas sûr que c’est meilleur), ou l’attaque (agressivité : tous les mêmes, bio ou pas !). Très clairement, le genre d’article dont je vous parlais au début de cette tribune reprend et alimente ces trois réactions !

Il existe cependant un autre possible : le passage à l’action. Non pas en mode attaque, mais bien en s'interrogeant sur ce que je peux mettre en place aujourd’hui, quel petit pas est à ma portée maintenant pour agir différemment ? Car oui, changer c’est bien renoncer en quelques sortes. Mais je vous garantis qu’il est tout à fait possible de changer son assiette vers plus de sain, plus d’éthique, sans pour autant renoncer au plaisir, au goût et au partage !

La seule question à se poser pourrait être : qu’est-ce que j’ai à perdre à essayer ? Autrement dit, « je pourrais juste voir si j’étais capable de manger … en cohérence avec mes envies ou valeurs/en conscience/des choses qui sont bonnes pour ma santé et la planète » … et de voir ce qu’il se passe !

Alors, vous commencez quand ?

L'auteur : Maëlle, nutrithérapeute, co-fondatrice de ma BiHo box, la solution simple et ludique pour accompagner tous ceux qui veulent mettre plus de sain et de végétal dans leur assiette !
Ma BiHo box vous accompagne dans ce changement et c’est par là : www.mabihobox.com.

Articles du thème Eco-citoyenne
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte