Chronique

Shampooing slow : les bons gestes

Publié le 11 juillet 2016
Julien Kaibeck est aromatologue et spécialiste des huiles essentielles. Il a fondé le mouvement Slow Cosmétique. Il anime une chronique dans La Quotidienne de France 5.

Tous les bons gestes cheveux de Julien Kaibeck, spécialiste de la cosmétique naturelle.

La Slow Cosmétique nous recommande d’utiliser moins de produits mais d’opter pour des matières plus nobles et naturelles. Au rayon shampooing, elle nous permet aussi de chouchouter notre cuir chevelu tout en tonifiant la pousse des cheveux !

Quel shampooing choisir ?

Par respect pour le cuir chevelu, mais aussi pour la planète, on a tout intérêt à opter pour les shampooings sans sulfates, c’est un minimum. Préférez ceux à base de tensio-actifs plus doux dérivés du coco ou des sucres végétaux, comme la coco-bétaïne ou les coco-glucosides. Repérez-les dans la liste des ingrédients sur l’emballage ! Les fans de la Slow Cosmétique apprécient particulièrement certaines formules extra-douces à base de noix de lavage (repérez sapindus mukurossi). Quant au parfum, mieux vaut l’éviter car il n’apporte rien aux cheveux, et s’il est absent, on peut aromatiser son shampooing à raison de 10 gouttes d’huile essentielle par 100 ml de produit. On opte pour le romarin officinal, le petit-grain bigarade ou l’ylang-ylang : le top des essences dynamisantes pour la pousse !

Comment faire son shampooing ?

On essaie d’espacer les lavages sans dépasser 3 shampooings par semaine. On pratique le lavage sur cheveux mouillés à l’eau tiède, et on prélève un peu de produit dans le creux de la main. Il suffit d’émulsionner dans les paumes pour faire mousser un peu, avant de masser le cuir chevelu sans frotter trop fort. On travaille toute la tête par zone, sans oublier les côtés ou l’arrière du crâne. Pendant ce massage, la mousse s’écoule le long de la chevelure jusqu'aux pointes. On peut éventuellement l’aider en passant les doigts dans les cheveux à la manière d’un peigne. Par contre on évite de frotter les longueurs ou les pointes, c’est inutile. Le passage des doigts vers les pointes aide aussi à l’aération des cheveux pendant le shampooing et facilite le démêlage qui suit.

Pour le rinçage, on prend le temps car rien ne doit rester. Une fois le cheveu mouillé rincé, on a deux possibilités. Les cheveux fins, cassants, crépus ou bouclés apprécieront un soin démêlant à l’aloe vera : on passe à nouveau les doigts dans les cheveux comme un peigne démêlant, de haut en bas, après les avoir enduits d’une noix de gel d’aloe vera de bonne qualité slow (Bioflore, Lulu et Guite). Comme il y a très peu de produit, on ne rince pas forcément.

Les cheveux gras, épais ou ternes apprécieront un second rinçage à l’eau vinaigrée. Une bouteille d’un litre d’eau additionnée de 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre bio suffit.

Retrouvez cette chronique dans notre #Magazine 3, disponible sur FemininBio.com 

Articles du dossier Cheveux naturels et bio
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !