Végétarisme

Etre végétarien, un choix spirituel

Publié le 10 septembre 2013 - Mis à jour le 26 novembre 2013
Isabelle Richaud est l'auteure du livre "L’Humanité face au miroir. Professionnelle de la recherche, communication et gestion de projet dans les domaines du développement durable. Citoyenne engagée, soucieuse de l’avenir de la planète.
Le végétarisme est un mode de vie qui remonte aux temps des textes religieux
Le végétarisme est un mode de vie qui remonte aux temps des textes religieux
© photl

Notre société consomme de plus en plus de viande, demandant ainsi aux industriels de fournir toujours plus de produits issus de l'élevage intensif. Et si le fait d'être végétarien était un mouvement bien plus profond et spirituel ? Isabelle Richaud nous raconte les racines du végétarisme.

C’est un fait bien connu : nous mangeons, globalement, de plus en plus de produits animaux (viande, poisson, fruits de mer, œufs, produits laitiers). La consommation de ces produits a augmenté de manière fulgurante depuis le début de l’humanité, et surtout depuis le siècle dernier, ayant doublé depuis 1960 . Paradoxalement, dans un monde de plus en plus carnivore, le nombre de végétariens et végétaliens augmente lui aussi, en tout cas dans les pays occidentaux . 

Si de plus en plus de citoyens choisissent de se s’abstenir de chair animale à contre-courant de leur culture dominante, c’est que de bonnes, voire très bonnes raisons les y poussent. Ces raisons sont principalement : 

  • D’ordre éthique : "je refuse de contribuer à la souffrance animale"
  • De santé : "je m’abstiens des graisses, polluants, additifs et autres substances malsaines contenues dans les produits animaux"
  • Écologique : "je libère de vastes quantités de ressources nécessaires à la production de viande"

Mais ces considérations très pragmatiques, aussi importantes soient-elles, cachent souvent des motivations encore plus profondes que je qualifierais de philosophiques, voire spirituelles.

On devient souvent végétarien pour une ou plusieurs de ces raisons toutes rationnelles et puis on se rend compte qu’être végétarien, c’est aussi s’inscrire dans un certain mouvement d’idées et de valeurs. Être végétarien, c’est bien plus qu’un simple choix alimentaire. C’est même plus qu’un acte de militance concrète pour la planète (ce qui est déjà beaucoup). C’est aussi, au fond, une manière d’être et de penser, un symbole de dévouement à la vie, à la paix et à la non-violence. Bref, une source d’élévation spirituelle. A tel point qu’on parle de mouvance végétarienne et qu’on pourrait presque parler d’une véritable religion du végétarisme.

Tant qu’il y aura des abattoirs, il y aura des champs de bataille disait Tolstoï

Être végétarien : un acte humaniste et écologique

Car les végétariens partagent souvent des valeurs et une vision du monde communes. Certaines études ont montré que les végétariens sont naturellement portés vers des considérations altruistes telles que l’humanisme et l’écologie. Il est très révélateur, d’ailleurs, qu’un grand nombre des penseurs humanistes de l’histoire aient prôné le végétarisme comme la voie vers un monde meilleur. Parmi eux, Bouddha, Charles Darwin, Leonard De Vinci, Albert Einstein, Epicure, Gandhi, Théodore Monod, Platon, Pythagore, Jean Jacques Rousseau, George Sand, Albert Schweitzer, Socrate, Claude Lévi-Strauss, Henry David Thoreau, Léon Tolstoï, Voltaire...  

"Aussi longtemps que les hommes massacreront des animaux, ils se tueront entre eux." affirmait Pythagore au sixième siècle avant notre ère. Vingt-cinq siècles plus tard, l’auteur Léon Tolstoï lançait sa célèbre prophétie : "Tant qu’il y aura des abattoirs, il y aura des champs de bataille".  Le végétarisme en tant que philosophie n’a donc rien de nouveau. Mais dans notre monde en perte de valeurs fondamentales, les excès du consumérisme et de l’élevage industriel font que les arguments moraux et spirituels des "prophètes du végétarisme" trouvent d’autant plus d’écho aujourd’hui. Ou du moins le devraient-ils. 

Le végétarisme permet d'être non violent envers les êtres vivants et envers soi-même 

En fait, être végétarien est d’abord et surtout un choix spirituel pour une large part des peuples d’Asie. Les quelques centaines de millions de végétariens indiens le sont essentiellement par religion. La plupart des philosophies traditionnelles d’Asie, telles que l’hindouisme et le bouddhisme, font de l’ahimsa, c’est-à-dire la non-violence, l’un de leurs enseignements fondamentaux. L’Ahimsa s’entend comme la compassion envers toutes les créatures, qu’elles soient humaines ou non humaines.

Les Hindous comme les Bouddhistes pensent qu’en tuant ou en torturant les animaux, que ce soit directement ou indirectement, par exemple en consommant de la viande, nous compromettons notre karma et donc nos chances de vivre heureux après réincarnation.

La valeur que ces religions accordent aux animaux s’explique peut-être par la très forte présence de l’environnement naturel dans les sociétés où ces religions se sont développées. En Extrême-Orient, en Afrique et en Amérique du Sud, où les religions ont toujours été entourées de primates – miroirs flagrants des humains – les religions traditionnelles n’ont jamais vraiment tracé de démarcation entre les humains et les autres animaux. 

Selon la philosophie répandue en Occident, par contraste, l’homme est le seul être sur Terre doté d’une âme. Cette vision est en partie basée sur la croyance que l’être humain a été créé à l’image d’un Dieu unique, qui lui a confié le rôle de gardien et dominateur de la nature. Cette perception a conditionné la relation des hommes avec les animaux non humains, et notamment la consommation de viande.

Les textes religieux laissent penser que nos ancêtres étaient végétariens 

Pourtant, la compassion envers tous les êtres vivants se retrouve également parmi les principes fondateurs des religions occidentales. Jésus Christ comme Mahomet étaient d’ardents défenseurs de la non-violence, même si cet aspect de leurs enseignements n’est visiblement pas celui qui a le mieux traversé les âges et les diverses interprétations religieuses. Plusieurs sources indiquent que Jésus lui-même était végétarien. Dans toutes les religions, la consommation de viande est soumise à des rituels, pratiques ou interprétations variés – preuve que la viande n’est jamais considérée comme un aliment anodin.

Le judaïsme, le Christianisme et l’Islam se réfèrent à l’idéal biblique du jardin d’Eden où Adam et Eve étaient vraisemblablement végétaliens. "Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d`arbre et portant de la semence : ce sera votre nourriture" (Génèse 1 : 29) dit Dieu à Adam peu après sa création.

Ce ne fut que 1600 ans plus tard, lorsque le monde fut enseveli sous le déluge puis reconstruit que Dieu changea ses injonctions envers l’humanité : "Tout ce qui se meut et qui a vie vous servira de nourriture: je vous donne tout cela comme l’herbe verte". (Génèse 9 : 3). Certains observateurs, comme le philosophe Francis Bacon, en ont conclu que le végétarisme marquerait le retour des hommes à la félicité du jardin d’Eden. 

En m’abstenant de viande, je nourris ainsi ma conscience, mon bonheur, ma paix intérieure en priant pour qu’un jour, le végétarisme et la non-violence inspirent une nouvelle ère spirituelle.

Découvrez le livre L'humanité face au miroir d'Isabelle Richaud aux éditions Harmattan et retrouvez l'auteure sur sa page Facebook

Retrouvez cette interview et une expérience de lecture optimisée sur
votre magazine FemininBio sur iPad

 

Retrouvez les recettes végétariennes et gourmandes de Mlle Pigut et tous les bons plans pour passer simplement en mode "végé" dans notre magazine Hors Série végétarien sur iPad.

Articles du dossier Végétarien, végétalien, vegan
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réactions à l'article
Par tatiefee le 10 septembre 2013 à 22h33
Végétarienne et fière de l'être

Je suis heureuse que ce sujet soit de plus en plus abordée,.... Du coup, je suis moins considérée comme un extra terrestre. Depuis presque 20 ans, ce mode de vie m a apporté plus de sérénité et même si j'ai toujours affirmée mes opinions peu importe le jugement, je suis ravie que l on en parle plus.
Alors merci.
Une fée

Par eboullot le 13 septembre 2013 à 04h20
En voie de le devenir

Sous la pression sociale, je consomme encore du poulet et du poisson mais cet article me permet vraiment de faire un pas de plus vers le végétarisme.
Une question pour les végétariens : comment faîtes-vous ou avez-vous fait pour convertir votre entourage ? à moins que vous ne fassiez deux services à chaque repas ie un pour vous et un pour conjoint et enfant ?
Merci de votre réponse

Par cécilel66 le 13 septembre 2013 à 08h11
je ne suis pas encore

je ne suis pas encore végétarienne, mais j'y pense, je laisse les choses se faire... mais pour répondre à ta question, je ne pense pas qu'il faille "convertir" le reste de la famille coûte que coûte... c'est ton exemple qui fera qu'ils y viendront, les enfants en premier ! ;)
laisse faire les choses, parle en, explique pourquoi tes convictions... si ça sonne juste dans leurs oreilles, il n'y a pas de problème !

Par eboullot le 14 septembre 2013 à 12h05
Chacun son chemin

C'est vrai ! pas besoin de les convertir : Merci pour ce conseil !! je me rends compte que c'était peut être une façon dissimulée/inconscience de ne pas me lancer dans l'expérience.
A partir d'aujourd'hui, sur ce point au moins, je vais mettre en concordance mes convictions et mes actes... et que les autres réagissent comme ils l'entendent au moins je serai intègre vis à vis de moi-même ! J'hésitais parce que j'avais déjà trouvé cela difficile dans mes relations avec autrui mon passage au sans gluten et sans produits laitiers... et bien, il va falloir qu'ils me prennent comme je suis !

Par rose 17 le 13 septembre 2013 à 15h06
reflexion faite

je suis végétarienne mais je n'ai pas convaincu mon entourage proche qui cependant mange moins de viande ,me semble-t-il .Il est vrai que je suis discrète pour éviter les éternelles plaisanteries .J'essaie de respecter tout ce qui vit et souffre ,cela m'a été enseigné par ma Maman . Je suis très proche de la nature et voudrais la protéger bien que cela aussi soit difficile à vivre actuellement vu que bien souvent nous soyons qualifiés de rétrogrades et d'empêcheurs de bétonner à tout va .Réflexion faite , mon végétarisme est donc bien une démarche quasi spirituelle !

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte