Publié le 30 avril 2010

Vers la sobriété heureuse : interview exclusive de Pierre Rabhi pour la sortie de son livre

A l’occasion de la sortie de son nouveau livre, Vers la sobriété heureuse, Pierre Rabhi a accepté de nous rencontrer pour nous parler de ce concept enthousiasmant, qu’il applique au quotidien depuis longtemps.

Vers la sobriété heureuse : interview exclusive de Pierre Rabhi  pour la sortie de son livre

AG - Comment en êtes-vous venu à développer le concept de sobriété heureuse ?
C’est pour moi une conviction ancienne. Quand en 1961, j’ai choisi de partir vivre en Ardèche, c’était déjà une démarche de sobriété. Mais je ne m’en étais pas encore rendu compte. J’agissais naturellement, et la sobriété était en fait incluse dans ma démarche de retour à la terre. C’est pour moi une conviction extrêmement profonde que de vivre simplement pour jouir de la vie et de la nature. J’ai découvert ensuite la décroissance, et ça a été un déclic. La décroissance démontre que l’on court à notre perte puisque nous voulons l’illimité alors que nous vivons dans un système limité. La Terre n’est pas extensible. Il y a donc incompatibilité entre le système et les idées que l’on veut lui appliquer. Les gens ont mal compris la décroissance et pensaient qu’il s’agissait d’un retour en arrière. Pas du tout ! Mais pour présenter l’idée sous un angle plus optimiste, j’ai pensé à la notion de « sobriété heureuse ».

AG - En quoi consiste-t-elle ?
Regardez autour de vous : les gens ne sont pas heureux, car ils veulent avoir toujours plus. C’est le système actuel qui créé cet état permanent de manque. Je pars du principe qu’avec la surabondance, nous ne sommes pas heureux. Aujourd'hui, il y a une performance à réaliser : satisfaire à nos besoins par les moyens les plus simples et les plus sains.

AG - Comment est-ce possible dans une société où nous sommes assaillis par la publicité ?
Il faut être convaincu que dans la sobriété, on trouve la libération. La sobriété est une délivrance par rapport au toujours plus. Il faut que chacun comprenne par soi-même qu’on ne peut pas atteindre la satisfaction permanente puisqu’il est fait en sorte que l’on ne soit jamais satisfait. Aujourd'hui, le superflu est immense, et déséquilibre tout. La sobriété permet de le repérer et de s’en séparer. Je pense que la décroissance est en route, il faut l’accepter et la voir comme une chance.

AG - Quelle place consacrez-vous à la nature dans la quête du bonheur ?
La nature est fondamentale dans la quête du bonheur. Quand on parle de la nature, il faut toujours penser à soi, car l’homme est un mammifère et dépend de la nature. Donc, être attentif à soi, c’est déjà découvrir la nature.

AG - C’est donc par là qu’il faut commencer ?
Disons qu’il faut au moins prendre en compte le fait que l’on comprend la nature en comprenant son corps. Le corps humain est une merveille ! Pensez aux cinq sens, à tout ce qu’il est capable de faire sans que l’on ait besoin d’y penser ! Le corps est une intelligence et c’est déjà la nature. Je ne comprends pas que l’homme se soit développé en disant « d’un côté la nature, de l’autre, l’homme ». C’est une aberration, car tout est relié. Il y a un cycle de la vie. Cela se voit : si l’on pollue la terre, la pollution se retrouve aussi dans notre corps.

AG - Cette vision de la nature n’est pas très répandue…
On doit beaucoup aux écologistes, et j’estime leur travail. Mais je pense que l’écologie politique a trop matérialisé l’écologie, en ne prenant en compte que l’aspect pondérable. Il y a une dimension d’admiration qui a été oublié.

AG - Votre message rejoint celui des religions, non ?
Dans le sens où je pense que la création est merveilleuse, oui. Mais il y a une contradiction entre dire que la nature est une création divine et ne rien faire pour la protéger. Les religions devraient être les premiers écologistes, ce n’est pas du tout le cas. Le catéchisme devrait apprendre aux enfants à s’émerveiller de la nature et à respecter la vie, or on en a fait une chose totalement abstraite.

AG - Etes-vous croyant ?
J’ai été musulman et chrétien, mais aujourd'hui, je ne me sens pas relié à une religion particulière. La dimension spirituelle de ma réflexion s’est profondément élargie avec l’écologie car elle m’amène à admirer la nature et la vie, et donc, l’œuvre divine. Je me suis aperçu que la sobriété heureuse pour moi, relève résolument du domaine mystique et spirituel. Celui-ci par le dépouillement intérieur qu’il induit, devient un espace de liberté, affranchi des tourments dont nous accable la pesanteur de notre mode d’existence.

Retrouvez Vers la sobriété heureuse le livre de Pierre Rabhi et le mouvement Colibris co-producteur du film de Coline Serreau Solutions Locales pour un désordre global.

Anne Ghesquière
Envie de réagir ?
Je prends la parole
Réactions à l'article
Par lunazen le 10 mai 2010 à 12h16
Un être merveilleux

Pierre Rabhi est un être merveilleux. Je le trouve sage et juste dans ses propos. Il a une pensée que l'on devrait retrouver plus souvent. Je soutiens ces propos et son action.

Répondre
Par véromasse18 le 12 mai 2010 à 09h38
sobriété heureuse ou la plénitude ...

Enfin des paroles qui me confortent dans ma conviction profonde du divin et du spirituel. Tout est un, l'humain, le végétal, la terre, le ciel, l'animal ... l'énergie . Ce n'est que dans l'équilibre harmonieux de tous ces divers éléments qu'on peut trouver la plénitude, la paix, le bonheur. Aimons et respectons tout ce qui nous entoure pour nous affranchir de toute servitude et nous accomplir !!

Répondre
Par Tellit le 13 mai 2010 à 10h06
OUI!OUI!..OUI...

1000 Fois OUI à la vision de l'homme cosmique . De quelle naiveté nous faisons preuve ou de quel orgueil !!! quand nous nous imaginons séparés et supérieurs à la Nature aux animaux aux autres . Nous sommes interdépendants , interconnectés ,de plus tout dans nos vies est éphémère alors ... pourquoi tant de crispation à nos perpétuels attachements ? aimons-nous à ce point nous créer des souffrances plutot que du bonheur dans la légèreté , le dépouillement choisi , le partage et la recherche de JUSTICE avant tout ?

Répondre
Par Eriacle le 13 mai 2010 à 17h07
Vie intérieure consciente

Merci Pierre
Vous continuez à donner du sens à la VIE. Corps, Ame, Esprit se rejoignent et votre démarche profonde et sincère est un témoignage à la VIE, la Vraie VIe : Simple et naturelle. Merci de dénoncer le superflus et l'inutile, mais pour l'entendre, la conscience est indispensable. Alors parlons en.

Répondre
Par Gros Lapin ! le 13 mai 2010 à 20h15
Conscience et liberté.

Merci, Pierre, pour ta présence stable, et ta vision d'1 monde où il ferait bon vivre. C'est possible, 1 évolution raisonnée, de la Société, de l'Humanité, de chacun. Partir de la situation actuelle, et amorcer 1 sorte de transhumance évolutive, jusqu'à aboutir à 1 équilibre naturel, entre les milliards d'humains, et la Planète. 1 % d'entres nous sommes conscients, et nous faisons des choix, pour 1 évolution heureuse. La plupart ne se sentent pas concernés, et attendent, sûr que les "responsables" vont s'y mettrent! Comment élever le niveau de conscience de beaucoup ? Tous les problèmes deviendraient des solutions. Se regrouper entre actifs lucides me parait 1 premier pas. Analyser la capacité d'évolution de l'Humanité, selon des critères scientifiques, rendrait prévisible le temps pour neutra

Répondre
Par Gros Lapin ! le 13 mai 2010 à 20h31
Conscience et liberté.

Le message est parti, avant de l'avoir fini.
Si quelqu'un lie ce message, et me répond, vous pouvez envoyer votre texte sur : paroles.2007@hotmail.fr
La conscience en nous amène à la liberté et au bonheur.
1 être heureux est pacifiste, ne cours après 1000 gadjets, et il pense aux autres. Combien sommes-nous, à construire 1 monde nouveau, beau, durable, et en amélioration ?
Je poursuie le développment de mon projet stop feux de forêts. J contacterai Pierre, direxctement. Merci pour ce site, et l'espace pour échanger. JJB. 06 21 / 72 .70 . 75. 09 66 / 87 . 21 . 89.

Répondre
Par Gros Lapin ! le 13 mai 2010 à 20h46
Conscience et liberté.

Les CREATIFS CULTURELS sont 1 merveilleuse nouvelle sociale, sortie il y a années, par RAY, Américain sociologue. Les réseaux entre nous se développent à toute allure ! livres. Nous avons tout ce qui faut, pour bien s'en sortir. Mais il faut le savoir, le croire, et appliquer les solutions. MERCI REPONSE. JJB. / Gros Lapin !

Répondre
Par Petite Tao le 16 mai 2010 à 21h44
Pierre Rabhi, taoïste malgré lui ?

Pierre Rabhi est un homme sincère et lucide mais il devrait soit lire les textes philosophiques fondateurs du Tao, soit s'il en a connaissance les citer. La sobriété heureuse dans la vie quotidienne de l'être humain est une philosophie ancienne : le Tao. Bonne lecture à toutes.

Répondre
Par gypsy_girl le 17 mai 2010 à 01h18
Oui et mille fois oui !!!

Pierre Rabhi est quelqu'un de sincère et cela se voit sur son visage . J'aime son humanisme . On a beaucoup à apprendre d'un homme comme lui , ancien agriculteur , qui privilégie l'Etre à l'Avoir . Cet homme est bon et heureux . Donc OUI , à la sobriété heureuse .

Répondre
Par agoura le 21 mai 2010 à 20h00
merci

Ce que dit Pierre Rabhi est tellement juste, admirable et plein d'espoir, Merci Mr Rabhi

Répondre
Par mamyel le 29 juillet 2010 à 13h38
Bonheur

Nous cherchons à nous installer en Ardèche: cet article est une raison supplémentaire, car nous cherchons une sorte de "retraite"du monde infernal et superficiel qui nous entoure et nous empêche en partie de vivre sereinement; nous luttons avec l'énergie que nous avons encore pour vivre mieux ailleurs;Pierre Rabhi est un sage!

Répondre
Par athos40 le 6 août 2010 à 13h05
être avant de faire

Pierre Rabhi a raison d'ancrer ses convictions dans le spirituel, voire le mystique. Car pour qu'un changement, une "métamorphose", comme dit Edgar Morin, soit possible, il faut d'abord qu'un grand nombre d'entre nous découvre ce bonheur du dépouillement intérieur, de la communion avec la nature, de l'émerveillement.

Répondre
Par flo le 15 janvier 2011 à 23h16
impressionnante simplicité

Curieux bonhomme ce Monsieur !
Pas de propagande, pas de publicité, pas d'hypocrisie dans son discour.
On avait oublié comme c'est simple quand on est proche de la nature.
Ne nous laissons pas guider par les marchands.
Nous avons le pouvoir de ne pas acheter alors abusons en.
Merci d'exister et de nous rappeler d'où nous venons

Répondre
Par la mésange chartreuse le 11 avril 2013 à 15h14
la Vallée solidaire

C'est en bonne voie de réalisation ...

Répondre
Par la mésange chartreuse le 11 avril 2013 à 15h19
La vallée heureuse et solidaire

C'est en bonne voie de réalisation

Répondre
Je réagis à l'article
Déjà membre? Je me connecte