France 5

200 km à la ronde - l'interview de l'animatrice Eglantine Eméyé

Publié le 2 juillet 2012 - Mis à jour le 25 novembre 2012
© France 5 TV

Eglantine Eméyé, l'animatrice de "200 km à la ronde" diffusé sur France 5, a elle-même vécu l'expérience locavore avant de se lancer dans l'émission. En toute simplicité et intelligence, elle nous livre ses sentiments et les enseignements qu'elle a su tirer de ce beau challenge !

Eglantine Eméyé
Eglantine Eméyé

Un an après l'émission "200 km à la ronde", que vous reste-t-il de cette aventure locavore ?
Avant de faire vivre cette expérience aux familles, j'ai souhaité, à titre personnel, relever ce défi, j'ai donc décidé de manger local (j'habite Paris) avec mes enfants.
Et bien, j'ai éprouvé les mêmes difficultés que les familles que vous voyez chaque jeudi sur France 5 ! Au début, c'est difficile car il faut trouver les magasins qui vendent du local et à Paris c'est moins évident qu'à Toulouse, par exemple !
Je ne suis pas devenue locavore à 100 %, en revanche je tiens à acheter les fruits et les légumes de ma région, j'ai conservé des réflexes locavores et c'est formidable ! J'ai redécouvert des variétés de légumes, je ne me suis pas ennuyée cet hiver à cuisiner du chou, savez-vous qu'il existe une multitude de choux ? C'est extra !
Cette expérience a été très bénéfique pour mes enfants à qui j'ai fait découvrir des goûts, des textures, ils ont adopté le régime locavore presque spontanément !
Ce que j'ai constaté en mangeant local, c'est que nous ne sommes pas tombés malades de l'hiver et que nous avons une belle peau.

Quel a été l'aliment le plus difficile ou au contraire le plus facile à trouver, à remplacer ?
Je le dis tout de suite, le chocolat m'a énormément manqué ! J'en mange souvent et je n'ai pas trouvé d'équivalent pour le remplacer...
En revanche, nous nous sommes facilement passé des sodas, de la pâte à tartiner, des bonbons, non qu'on en mange toute la journée, mais ce sont des aliments que les enfants aiment bien consommer de temps en temps. Une fois l'expérience terminée et notre "liberté" retrouvée, je n'ai pas racheté ces fameuses boissons et autres friandises, finalement les enfants s'en sont passé. Je crois que les générations futures sont plus et mieux informées sur les enjeux environnementaux que nous l'étions enfants, il sont faciles à convaincre, bien plus que les adultes. Ils comprennent très vite ce qui est bon pour eux, pour leur santé et pour la planète !
Contre toute attente le sel ne m'a pas manqué, certainement car les fruits et les légumes achetés avaient beaucoup plus de goût, donc nul besoin d'ajouter quoique ce soit !
J'ai remplacé le thé par des tisanes, mais dès l'expérience locavore terminée, j'ai foncé sur mon exception Marco Polo en rachetant ma boisson favorite !

Selon vous, qu'est-ce qui a motivé les familles à participer à un tel défi ?
Les familles n'avaient aucune idée du type de défi alimentaire qui les attendait, elles savaient que ce challenge concernait l'alimentation et qu'il devait être relevé en famille. C'est tout !
A mon sens, ce qui les a motivé, c'est le jeu et le plaisir de faire quelque chose en famille, le bonheur de se retrouver tous ensemble autour d'un défi. Et c'est vrai ! L'expérience locavore nous a tous permis d'apprendre en famille, de cuisiner, de partager des moments vrais.

Quel souvenir gardez-vous de cette expérience ?
Quel plaisir d'avoir animé une émission dans laquelle on s'est tous beaucoup amusé et grâce à laquelle on a appris ! J'étais ravie d'aller à la rencontre de ces familles, de partager avec elles des moments très simples et très vrais. Je le dis également souvent, mais le plus grand bonheur quand on est locavore, c'est de rencontrer des producteurs avec qui vous échangez et grâce à qui vous apprenez. On est loin de l'anonymat des grands super marchés !

"200 KM à la ronde", tous les jeudis à 20h35 sur France 5 (du 7 juin au 12 juillet 2012).

Stephanie Jarroux
Articles du thème Locavore
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte