Le bas débit, ça a du bon !

Publié le 29 juin 2009 - Mis à jour le 16 novembre 2009

Ces trois mots désignent à peu de chose près un même objet (vendu entre 5 et 10 euros) qui se fixe sur le bec des robinets ou à la base du flexible de la douche. Il se présente sous la forme d’une petite grille ronde qui doit remplacer (dans le cas du mousseur-économiseur) ou compléter (dans le cas du réducteur de débit) celle déjà en place.

Pour conserver le même confort d’utilisation, ce système augmente le « pouvoir mouillant » de l’eau par fractionnement des gouttelettes et adjonction d’air. C’est le principe Venturi. Le débit se voit réduit à 5 ou 6 litres par minute, soit moitié moins, pour une pression à deux bars. La facture s’en ressent, avec une économie qui peut atteindre près de 60 euros par an. Plus évolués, les mousseurs autorégulés laissent toujours passer le même débit quelle que soit la pression.

Attention, toutefois, si vous avez une chaudière individuelle à gaz qui se déclenche à partir d’un certain débit (sans ballon d’eau chaude) : son démarrage peut être compromis par un débit trop faible et vous risquez la douche froide !

Plus pratique pour un évier, l’aérateur double débit permet quant à lui de revenir à un débit de dix litres par minute pour faciliter le remplissage d’un récipient. On trouve dans les magasins de bricolage et sur Internet des kits comprenant tout le nécessaire pour faire des économies d’eau aussi bien dans l’évier que dans la douche, les toilettes ou le lavabo (aérateurs, douchettes ou plaquettes pour chasses d’eau économiques, pastilles détecteurs de fuites…). L’hydro-économie n’est effective que sur l’utilisation de l’eau courante (rasage, vaisselle, rinçage…, et non pas sur les lessives, l’arrosage…) et ne s’avère efficace que si tous les points d’eau sont équipés. Un foyer peut ainsi réduire sa consommation d’eau (donc sa facture !) jusqu’à 50 % et l’investissement est généralement amorti en six mois.

Faites baisser la pression !

Vos tuyaux claquent quand vous fermez rapidement un robinet ? C’est qu’ils sont soumis à une pression trop importante, cas courant dans les vieilles maisons. Cette surpression (à partir de 3 bars) augmente la consommation d’eau : par exemple, une pression d’un bar entraîne un débit de 12 litres par minute, contre 17 litres pour une pression de trois bars ! La surpression endommage en outre la robinetterie, les chauffe-eau et les appareils électroménagers. Vous pouvez faire installer un limiteur de pression après votre compteur.

Sobriété sous la douche

Même si vous ne restez que quelques minutes sous la douche, il sera encore plus économique d’opter pour une pomme de douche à débit réduit (de 8 à 12 litres par minute au lieu de 15 à 20). Pour vous donner une idée, un bain équivaudrait à une demi-heure d’écoulement non-stop sous une douchette économe ! Avec une douchette économe, mieux vaut installer un flexible renforcé car la pression augmente. À défaut, posez un réducteur de débit au départ du flexible, et non avant la douchette, car le flexible serait soumis à une surpression. Bien pratique, le « stop douche » permet d’arrêter l’eau durant le savonnage tout en conservant la température choisie et la puissance de jet. Il se fixe entre la douchette et le flexible (soumis à une plus forte pression). Il ne faut toutefois pas omettre de refermer le robinet ou le mitigeur à la fin de vos ablutions, au risque de vous exposer à une inondation ! Le must : les mitigeurs thermostatiques qui intègrent un bouton économiseur d’eau pour réduire le débit de moitié.

Cet article est extrait du livre de Catherine Levesque, Ma maison écologique, paru en 2008 aux Editions Eyrolles.

Catherine Levesque
Articles du thème Développement durable
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !