Less is more !

Publié le 2 juin 2008 - Mis à jour le 15 novembre 2012

Bon, les filles, je suis découragée… J’ai l’impression de faire tellement d’efforts pour changer mon mode de vie, pour moins polluer et moins consommer – à l’échelle de ma petite vie, c’est vraiment une révolution à recommencer chaque jour - et pourtant autour de nous, si peu semble changer. Dans mon entourage par exemple, à part mes quelques copines écolos convaincues, personne ne parle de la sauvegarde de la planète ni ne réduit sa consommation, de voiture notamment.   Pourquoi si peu de prises de parole par les « Autorités » pour nous inciter à modifier nos comportements de toute urgence ? Certes, j’entends bien en ce moment une campagne pour le recyclage du petit électroménager, mais c’est tout !   A quand des campagnes sur « comment économiser l’électricité», « comment donner une deuxième vie aux objets obsolètes », « que faut-il recycler et comment », « vos plantes redonnent de l’oxygène à votre ville », « comment économiser facilement l’eau », etc. Il faut que ces mesures simples soient connues de tous et deviennent automatiques.   Ok, c’est mini-mini, ce n’est pas la révolution mondiale mais nous faisons quand même (encore) partie des plus gros consommateurs de la planète, donc nous avons une bonne marge d’amélioration possible.   A toute chose malheur est bon : le prix des produits pétroliers devient tel, que « les gens » ont le couteau sous la gorge pour changer vite leur habitudes, et les industriels, ingénieurs et autres, vont certainement inventer des alternatives pour s’accaparer ces nouveaux marchés…   Dommage que cela se fasse une fois de plus au détriment des plus pauvres…   Qu’on se le dise : « Less is more » !      

Muriel Berthelot
Articles du thème Eco-citoyenne
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réactions à l'article
Par ouragan72 le 6 juin 2008 à 05h00
bonjour, je suis tout à fait

bonjour, je suis tout à fait d'accord avec vous. Depuis qelques temps je recherche des personnes qui partageraient l'envie de vivre la simplicité volontaire ! Mais c'est très difficile de PARTAGER des idées, et toute seule les décisions à prendre sont dures. Qu'en pensez-vous ?

Par aboneobio le 10 juin 2008 à 09h40
Changer ses pratiques prend

Changer ses pratiques prend du temps !
Les habitudes sont tellement tenaces. On a grandi avec l'explosion de la société de consommation et le surabondance, sans penser que cela pouvait avoir une fin (voire même une faim !)
Avec mon entreprise, j'essaye de défricher une nouvelle voie, amener les consom'acteurs a raisonner globalement à l'échelle d'une famille et sur un an pour acheter différemment : des grands flaconnages, partager les produits en famille, ....Le déclic de la pratique bio germe doucement ...arrosé heureusement par la diffusion de messages d'alertes par les médias et les scientifiques. Réveillons nous, il nous reste moins de 10 ans !

Par liewen le 17 juillet 2008 à 04h31
petit à petit...

Je partage complètement ce côté parfois-découragée-mais-néanmoins-convaincue...

Les institutionnels finissent toujours par se bouger mais généralement avec 3 trains de retard et là on n'a plus vraiment le temps... C'est donc à nous de nous bouger, et à l'ère de la conso de masse, la consom'action a de l'avenir !

Depuis quelques années, je suis moi aussi allée vers un mode de vie à la fois résolument citadin et (plus) écolo.
Boycott du sac plastique -depuis 1 an et demi, pas pratique au début mais un sac en tissu ça prend pas de place dans le sac à main, c'est plus joli, plus solide (et quand on fait attention on se rend compte de la polluante futilité du sac plastique, ie le mini sac qu'on donne à la pharmacie pour la boîte d'aspirine qui rentre dans le sac à main ou dans la poche...).
Plus de lessive (depuis 1 an, les noix de lavage c'est plus sympa, moins cher, et les huiles essentielles c'est plus sympa pour parfumer le linge).
Plus d'appareils en veille et plus d'ampoules à incandescence (depuis 2 ans, les ampoules ça a un coût de départ mais ça fait vraiment faire des économies - en 2 ans 1 seule ampoule de changée).
Pas de voiture -facile quand on habite en ville, il suffit de changer ses habitudes, quitte à louer quand besoin est vraiment, de toutes façons au final c'est moins cher...
Plus de tampons ni de serviettes (depuis 3 mois, pour les plus perplexes, il suffit de taper "mooncup" sur un moteur de recherches, et même si j'y suis allée à reculons, je ne reviendrai aux tampons pour rien au monde !)
Plusss de bio (certains produits ne sont plus achetés QUE bio, ie les oeufs, le lait, jus de fruits, des courses plus complètes de temps en temps en fonction des moyens du jour, OK c'est pas à la portée de toutes les bourses, mais pour ceux qui peuvent se le permettre, un plein de bio dans certains magasins spécialisés, c'est le même prix qu'un plein chez mono**ix -soit, ça reste affreusement cher).
Et ainsi de suite...

Parfois l'impression de "prêcher" dans le désert, mais j'essaie d'être prosélyte, et c'est un vrai bonheur quand ceux qui se moquent au début de côté "gadget" que peut sembler avoir le bio en viennent à adopter : mon compagnon, geek notoire, a appris a éteindre son PC tous les soirs, s'est joint à mon boycott des sacs plastiques, et -victoire suprême!- s'est même mis au bio ; mes parents, mes amis, même au travail... J'essaie d'essaimer, le martelage finit par prendre (le sac en tissu étant pour le moment ma plus grande réussite).

Certes, c'est rageant de voir que les choses bougent si lentement, mais si chaque personne convaincue en convainc quelques autres... Je suis une éternelle optimiste, et même si nous manquons de temps, chaque geste que nous faisons c'est toujours ça de plus en moins...

Merci pour votre blog, qui prouve que nous ne sommes pas seuls et qu'on n'a pas besoin d'aller vivre dans une cabane au fond des bois pour être écolo !

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !