Vegan

Comment aborder le véganisme avec son enfant ? Deux livres pour en parler

Publié le 16 juillet 2014 - Mis à jour le 17 mars 2015
Vegan, consom'actrice de produits bio, vegan et écolo. Utilise les médecines naturelles. Pratique le hatha yoga et la méditation.
Aborder le véganisme avec votre enfant grâce à la sélection de Cindy.
Aborder le véganisme avec votre enfant grâce à la sélection de Cindy.
© A.J Jeanne©

Comment aborder le véganisme avec son enfant ? Notre contributrice Cindy nous propose deux jolis livres illustrés pour aborder le sujet en famille.

Les adultes vegan ne sont pas tous égaux sur leur passage au véganisme. Le calvaire et le sort que subissent les animaux nous sont connus, cependant, la connaissance de ces faits va des écrits aux vidéos, en passant par les photos. La source d’informations choisie peut varier en fonction de la sensibilité de l’individu, de son vécu, …

Expliquer ce qu’est le véganisme à son enfant de manière douce et surtout pédagogique, en utilisant des mots simples et compréhensibles en fonction de son âge, sans l’offenser, semble pourtant vous poser quelques soucis. Il vous tient à cœur de rendre compte de la réalité et ce, sans briser l’innocence de ce petit être que vous avez mis au monde et je vous comprends mais alors, comment lui expliquer le pourquoi de votre choix, le véganisme ?

En tant que parents, vous avez en charge son bien-être physique, psychologique et émotionnel, et s’agissant d’un enfant, amener le thème du véganisme demande du tact, et les mots qui lui sont destinés, peuvent vous manquer. L’utilisation « d’outils » s’avère être alors un bon moyen pour aborder le sujet avec délicatesse.

Avant l’apprentissage de la lecture, des jeux sont certainement plus appropriés, par contre une fois l’enfant en âge de lire et/ou de comprendre le sens des mots utilisés, la lecture se trouve être un bon outil.

MA SÉLECTION

Vous avez cherché mais ne trouvez pas ce qu’il vous convient ? Je vous propose ces deux livres : Vegan is Love  et Ne nous mangez pas ! Les éditions l'Age d'Homme ont créé une collection entière sur le végétalisme / véganisme, la Collection V, végane et francophone, allant des livres de recettes de cuisine aux livres pour enfants, dont font partie les deux sélectionnés.

"Avoir du coeur et agir", cela définit plutôt bien le véganisme et les vegans. Les enfants font preuve d’innocence, de compassion et aborder ce thème durant l’enfance est une excellente idée. Destiné à un jeune lectorat, ce livre est facile à prendre en main, à poser sur les genoux pour une lecture avec papa ou maman, la police d’écriture est de taille moyenne, quant aux images, enfantines, elles ne sont pas choquantes bien que reflétant la réalité.

"Tout est abordé, les zoos, les delphinariums et les cirques, les tests sur les animaux, la chasse et les corridas (les vegans sont contre toutes formes d’utilisation des animaux, que ce soit pour se divertir, se nourrir, se vêtir, …) mais également l’impact de l’élevage sur la planète (pollution), sur les gens (tout le monde ne mange pas à sa faim), etc." Le livre se termine par une section « que faire d’autre ? » avec quelques idées comme accrocher une mangeoire pour les oiseaux, planter des fleurs pour les abeilles, …

Extrait : " Nous pouvons choisir de vivre sans utiliser les animaux pour nous nourrir, nous vêtir ou nous divertir. Nous sommes vegans et vivons ainsi, car c’est meilleur pour notre santé, pour les animaux et pour la planète. Et ça, c’est de l’amour. (...) Nos choix sont puissants. Vegan is love. Le véganisme, c’est de l’amour. "

"Vivre en respectant les animaux" c’est ce que font les vegans qui ont fait le choix du véganisme. Les vegans s'accordent, entre autres, sur trois points fondamentaux :

  • Les êtres vivants ne doivent pas être traités différemment les uns des autres (comme cela existe entre les animaux dits "domestiques, de ferme, d’élevage, sauvages"),
  • Ils ont le droit de vivre sans souffrance et libres,
  • Et ils sont tous sensible

Ce livre, conçu dans le même esprit que Vegan is Love aborde plutôt la question de l’alimentation humaine constituée d’animaux et de sous-produits issus des animaux et là encore, le sujet peut vous sembler difficile à aborder car, comment expliquer pourquoi certains animaux sont mangés et pas les autres et pourquoi vous, vous avez décidé de ne manger ni les uns ni les autres.

Des animaux de compagnie aux autres familles animales utilisées à des fins commerciales, il n’est plus question d’une poule, d’un cochon ou d’une vache mais d’une pièce de viande, d’un produit avec une valeur marchande, voilà ce qui sera traité dans cet ouvrage. Tout comme le premier livre présenté, des idées, à titre indicatif, vous sont données pour vivre de la meilleure manière qui soit, en respectant la vie de ces animaux, comme lire des livres sur le sujet, découvrir de nouveaux aliments végétariens ou végétaliens, …

Extrait : « Nous sommes tous des Terriens. Alors que certains animaux sont protégés par des lois ou nés dans des foyers aimants, d’autres ont une existence faite de souffrance et de solitude dans des élevages industriels où des centaines, des milliers d’animaux sont élevés pour la viande et le lait. Pourtant, eux aussi vivent et respirent. Eux aussi ont des sentiments et des familles. »

MON AVIS 

En tant qu’adulte et vegan (végane), j’ai trouvé ces deux ouvrages très beaux, très doux malgré les thèmes difficiles qu’ils abordent. Ils mettent la lumière sur la beauté de la vie animale, l’innocence de ces êtres dont la vie est bafouée et injustement prise. L’amour, la compassion et l’altruisme sont des valeurs qui en ressortent.

Retrouvez  Vegan is love  et  Ne nous mangez pas , écrit et illustré par Ruby Roth, aux éditions L’Âge D’HommePrix : 16 €

 

Articles du dossier Végétarien, végétalien, vegan
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réactions à l'article
Par Jafleur le 18 juillet 2014 à 17h04
Les espèces humaines, animales et végétales?

Dans votre présentation du livre «Ne nous mangez pas ! Vivre en respectant les animaux​», vous indiquez ceci:

«Ils sont anti-spécistes, c’est-à-dire qu’ils ne font pas de différences entre les espèces (humaines, animales, végétales) mais aussi les sous-catégories d’espèces, donc pas de différences entre les animaux eux-mêmes (domestiques, de ferme, d’élevage, sauvage) qu’ils soient terrestres ou non.»

La phrase est peut-être juste mal formulée, mais il y a plusieurs choses qui clochent dedans.

Premièrement, penser que les humains forment une catégorie à part entière qui se distingue autant des animaux que les végétaux, c'est du spécisme. L'humain n'est pas différent des autres animaux. Chaque espèce a ses particularités et aucune des nôtres n'est unique à l'humain. Nous savons aujourd'hui que n'avons pas le monopole de l'intelligence, ni de l'humour, ni de la tendresse, ni de la compassion, ni du mensonge. Ce qui distingue l'humain des autres espèce n'est pas une question de nature mais bien de degrés et ces degrés existent à l'intérieur même de notre espèce (certains humains sont peu intelligents, n'ont pas d'humour, sont incapables de compassion, etc...) et à l'intérieur des autres espèces. Il y a donc des poules et des cochons plus intelligents que certains humains, etc...

Deuxièmement, les animaux et les végétaux ne forment pas des espèces mais bien des règnes (règne végétal, animal, fongique, etc...) L'humain fait pleinement partie du règne animale et ne s'en distingue pas le moins du monde.

Troisièmement, les chiens, chats, poules et cochons ne sont pas des sous-espèces mais bien des espèces à part entière. L'humain est une espèce parmi les autres, comme la vache, le gorille et l'éléphant. Les différentes espèces domestiques, parce qu'elles ont évolué de façon distincte des espèces sauvages, forment aujourd'hui des sous-espèces, elles-mêmes divisées en différentes races.

Aussi, les catégories: domestiques, de ferme, d’élevage, sauvage, etc... n'existent pas en biologie. Ce sont des catégories «fonctionnelles» créées par les humains pour classer les différentes espèces en fonction de l'utilité qu'ils y trouvent et de l'usage qu'ils en font. ;)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Rang_taxinomique

Par lunazen le 19 juillet 2014 à 12h51
L'article ne peut pas s

L'article ne peut pas s'étaler sur des pages et des pages, vos explications détaillées sont donc les bienvenues.

Précision de l'auteure (vegan) :

-L'humain n'est pas différent des autres animaux, il en est également un.

-Les chats, chiens, ... ne sont pas considérés comme des sous-espèces.

-Les animaux sont mis dans des cases, citées dans l'article (domestiques, sauvages, d'élevage, ...) et ce n'est pas ce que pense l'auteure.

Par Marie le 19 juillet 2014 à 13h54
L'homme a crée des

L'homme a crée des classifications , il en a même créé pour se classer lui même ou pour déclasser certaines races, couleurs , et sexes, à un moment de son histoire ..Comme le souligne l'article, le spécisme consiste à ne pas accorder le même crédit de vie à des espèces différentes .. or tous les êtres humains ou non humains sont des êtres de vie, parents, frères en cette unité qui est la Vie ...leur différence de couleur, de sexe, de race, ou d'espèce est juste cette richesse de la vie qui s'exprime, comme les caractères, la couleur des cheveux d'enfants d'une même famille ..dans leur droit à vivre pour eux mêmes nous ne devons pas faire de différence ..Les considérer selon une échelle voilà le spécisme ...Merci et bravo pour cet article

Par lunazen le 22 juillet 2014 à 16h04
Ce tableau qui sert à mettre

Ce tableau qui sert à mettre tous les animaux non humains dans des cases n'existe que parce qu'il a été créé par l'animal humain, qui fier, se place bien évidemment au-dessus.

Quel tort !

Les vegans (animaux humains) ne se placent pas au-dessus des animaux non-humains. Ils reconnaissent le droit des animaux non humains à vivre, sans souffrir, libres et surtout ils reconnaissent leur qualité d'êtres vivants sensibles et intelligents.

Nous sommes interconnectés et les animaux non humains nous apportent et nous apprennent des choses. L'une des choses fondamentales qu'ils nous apprennent est que notre rapport à la Nature doit changer car cette Nature, qui se meurt, est notre source de vie.

Merci Marie !

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte