Les 5 ingrédients à bannir des cosmétiques conventionnels

Publié le 6 mai 2009 - Mis à jour le 30 novembre 2012

Je reproche à beaucoup de fabricants de cosmétiques conventionnels le fait qu’ils ne fassent pas ce qu’ils avaient promis depuis plusieurs années et ce qui serait tout à fait faisable ; éviter l’EDTA, très problématique d’un point de vue écologique.

Le BHT et BHA sont tout aussi inutiles ; ils sont employés en tant que substances pour éviter le rancissement des composants huileux. Les deux substances sont allergisantes et ont montré des modifications du système immunitaire et du bilan sanguin lors de tests sur animaux. Le BHT et le BHA pourraient sans problème être remplacés par des antioxydants qui ne présentent aucun risque.

On pourrait également sans problème se passer de conservateurs qui appartiennent aux libérateurs de formaldéhyde et composés organo-halogénés. Les composants organo-halogénés ont un potentiel allergène important, sont réactifs et une fois qu’ils ont atteint les tissus, peuvent se décomposer, se déposer et y causer des dégâts.

Le Chlorphenesin, le Diaziolidinyl Urea ou le Methylchloroisothiazolinone font par exemple partie de tels conservateurs de synthèse.

Retour au sommaire

Toute la cosmétique bio dans mon guide d'achat bio

Anne Ghesquière
Articles du thème Soin du corps
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !