Cosmétiques

Derrière l'étiquette : huiles et beurres végétaux en cosmétique

Publié le 20 novembre 2014 - Mis à jour le 16 juillet 2015
Anne-Marie Gabelica est ingénieure agronome diplômée en biochimie avec 6 ans d’expérience dans le secteur cosmétique. Elle a créé oOlution : la 1ère gamme de soins visage sur-mesure (à base de plus de 65 actifs 100 % bio), certifiée vegan, sans huile de palme et éco-conçue.
Quand une marque vante un ingrédient miracle sur le packaging de son gel douche ou de sa crème de jour, il est important de se demander à quoi est associé cet ingrédient, et en quelle quantité il est présent.
Quand une marque vante un ingrédient miracle sur le packaging de son gel douche ou de sa crème de jour, il est important de se demander à quoi est associé cet ingrédient, et en quelle quantité il est présent.

On le sait peu, et on n'en parle pratiquement jamais, pourtant la notion de qualité est quasi inexistante en cosmétique. Si la plupart des produits sont associés à un parfum, un actif phare ou à une saveur dans leur contexte de vente, les faits sont beaucoup moins idylliques à l'intérieur du flacon.

Quand une marque vante un ingrédient miracle sur le packaging de son gel douche ou de sa crème de jour, il est important de se demander à quoi est associé cet ingrédient, et en quelle quantité il est présent. Un œil averti sur les compositions suffit à s'en rendre compte : 95 % des produits cosmétiques conventionnels (et une bonne part des cosmétiques bio) sont faits d'une majorité d'ingrédients de qualité discutable, que l'on peut appeler des « ingrédients de remplissage ». 

Ces ingrédients de remplissage sont principalement des huiles synthétiques (pétro-chimiques) ou qui, lorqu'elles sont d'origine végétale, ont subi des modifications. Ces composants dont les bienfaits pour la peau sont très limités - voire inexistants - facilitent la formulation des produits et coûtent très peu cher à produire pour les industriels. Pour cette raison, ils sont omniprésents dans les produits de beauté, toutes gammes de prix confondues. On peut donc regretter qu'aucune réglementation n'impose de restrictions quant à ce type d'ingrédients dans les cosmétiques que vous utilisez ou quant aux procédés de transformation des huiles et beurres végétaux que contiennent vos produits. 

Huiles végétales pures contre huiles végétales transformées

Les soins cosmétiques, appelés émulsions, sont faits en grande majorité d'un mélange d'eau et d'huile, la quantité d'huile variant de 15 à 40 % selon la crème et sa texture. Si les labels de cosmétiques bio interdisent l'utilisation des huiles minérales, c'est-à-dire dérivées du pétrole, elles ne précisent en revanche rien sur les huiles estérifiées et hydrogénées. Or on sait bien que la richesse des ingrédients utilisés contribue directement à la qualité du produit fini. 

L'exemple des huiles végétales est bien simple : les huiles végétales naturelles, très riches en acides gras essentiels, sont très bénéfiques pour la peau. Apaisantes, réparatrices, nourrissantes, anti-oxydantes… leurs propriétés sont nombreuses, ce qui fait d'elles un composant tout choisi pour la fabrication de produits cosmétiques. Cependant, elles sont le plus souvent transformées chimiquement lors des procédés de fabrication industriels et deviennent alors des huiles estérifiées ou hydrogénées.

Les huiles estérifiées sont obtenues suite à deux transformations consécutives d'une huile végétale. On casse les triglycérides - principaux composants des huiles végétales -, de manière à combiner les acides gras qui en résultent avec des alcools naturels ou d'origine pétrochimique, autrement dit des molécules qu'on ne trouve pas dans les huiles végétales en temps normal. Ainsi transformée, l'huile perd tous ses composants actifs pour la peau : oméga 3, vitamines, acides gras essentiels… Fabriquées en grande majorité à partir d'huile de palme, les huiles estérifiées ont des coûts de production très faibles.

Les huiles hydrogénées sont quant à elles extraites comme des huiles végétales mais à haute température. Moins qualitatives mais avec un rendement beaucoup plus élevé, les huiles hydrogénées sont aussi moins liquides, plus visqueuses. Comme les huiles estérifiées, elles sont également plus stables pour la formulation car moins sujettes à l'oxydation. Mais l'hydrogénation entraîne la formation d'acides gras trans. Alors qu'une huile végétale naturelle riche en acides gras essentiels constitue un bon anti-inflammatoire, les acides gras trans présents dans les huiles hydrogénées sont eux pro-inflammatoires.

Il ne fait aucun doute que les huiles végétales naturelles sont meilleures pour la peau à tous points de vue, mais encore faut-il être capable de les différencier. Pour ce faire, une vérification de la liste d'ingrédients du produit est inévitable. 

Les appellations les plus communes des huiles estérifiées à éviter : Caprylic Capric Triglyceride, Coco Caprylate Caprate. Vous repérerez les huiles hydrogénées grâce à la mention "Hydrogenated" dans le nom d'un ingrédient.

Beurre végétal brut contre Beurre végétal raffiné

Les beurres végétaux sont également très utilisés en cosmétique, même si leur concentration est bien moins élevée que celle des huiles végétales – (quelques % à peine). Si on sait que des beurres végétaux tels que le beurre de karité ont de nombreux bienfaits pour le corps et la peau, on ignore bien souvent leur origine et leurs moyens de production. La grande majorité des beurres utilisés en cosmétique sont des beurres raffinés, c'est-à-dire des beurres transformés qui ont perdu leurs bienfaits naturels.

Le raffinage se déroule en 3 temps : on élimine d'abord les acides gras présents dans le beurre pour limiter son oxydation, puis on le désodorise et enfin on le décolore. Au final, on obtient un beurre blanc qui se conserve mieux qu'un beurre brut, mais qui a perdu son odeur, ses arômes et tous ses principes actifs. À l'inverse, un beurre brut est transformé mécaniquement, ce qui ne permet pas d'avoir des rendements aussi importants que lors du raffinage. Ce beurre conserve alors sa couleur et son odeur naturelle, ainsi que toutes ses propriétés nutritives et hydratantes. Il coûte aussi bien plus cher à produire, et s'avère donc moins intéressant pour les grands industriels…

Contrairement aux huiles estérifiées et hydrogénées, il n'est pas possible de différencier un beurre brut d'un beurre raffiné sur une liste d'ingrédients. Aucune réglementation n'impose de différencier le procédé de fabrication des beurres dans leur appellation INCI (la norme européenne qui régie l’étiquetage des produits cosmétiques). De ce fait, de nombreuses marques en profitent pour estampiller leurs produits d'un message comme « au pur beurre de karité », laissant penser aux consommateurs qu'il s'agit de produits très qualitatifs. En réalité, la seule façon d'être certain d'avoir entre les mains un produit composé de beurre végétal brut est d'y lire la mention « beurre non raffiné » ou de se renseigner directement auprès de la marque concernée.

Avant de choisir un produit, vérifier la liste INCI

Lorsque vous vous lancez dans le décryptage d'une liste d'ingrédients, accordez une importance toute particulière à l'ordre des ingrédients. La réglementation INCI impose que ceux-ci soient mentionnés par ordre d'importance dans la formule, de l'ingrédient le plus concentré au moins concentré. Si vous détectez des indésirables dès les premiers noms de la liste, vous pouvez renoncer à utiliser le produit sans regrets.

L'experte : Anne-Marie Gabelica  est ingénieure agronome diplômée en biochimie. Elle a créé oOlution, la 1ère de gamme de soins visage sur-mesure, à base de plus de 65 actifs 100 % bio, certifiée vegan, sans dérivés d'huile de palme et éco-conçue.

 >> Pour une lecture optimisée, retrouvez cet article dans votre magazine iPad de novembre 2014

Articles du thème Soin du corps
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réactions à l'article
Par Berenice35 le 20 novembre 2014 à 12h37
Super !

Bon article mais un petit peu trop technique à mon gout.. J'aurais bien aimé une liste d'ingrédients avec ces explication :)

Par oOlution le 28 novembre 2014 à 12h35
Listes d'ingrédients disponibles !

Bonjour Bérénice,
Nous avons mis à jour l'article avec les liens qui mènent vers les listes d'ingrédients. Vous pouvez désormais les consulter :)
N'hésitez pas à nous faire signe si vous avez la moindre interrogation. Bonne lecture !
Bien à vous,
L'équipe oOlution

Par Berenice35 le 28 novembre 2014 à 13h29
Waou super, merciii !!!

Waou super, merciii !!!

Par sophiadicapo le 2 décembre 2014 à 16h11
Cela vaut aussi pour les wraps

Un ami nous a récemment rencardé sur ce nouveau produit miracle, mais après analyse, ce type de produit est dangereux pour la santé et nous devons vous mettre en garde. Nous ne sommes pas loin du délire de la pilule miracle « maigrir en 5 mn ». Sans parler des méthodes de commercialisation, du prix ou des autorisations de mise en vente, le BonCoinSanté s’est attardé à rechercher la composition et l’utilisation de ce fameux wrap minceur qui vous fait maigrir « naturellement » à vous ensuite d’en tirer vos propres conclusions.

Rappel du fonctionnement du wrap minceur

La recette miracle consiste à appliquer sur certaines parties du corps que vous souhaitez amincir, une sorte de patch enduit d’un gel d’infusion d’herbe naturelle*, et de revêtir le patch d’un film alimentaire transparent de type cellophane. Vous attendez 45 mn et hop vous avez perdu plusieurs centimètres…Ca c’est pour l’argumentaire, voyons maintenant la réalité.

Compression des tissus, vous perdez des centimètres

Première remarque, on trouve ici, de part l’utilisation, une compression des tissus mous, sans avoir un QI de 130, tout le monde a déjà observé que lorsque l’on porte un sous vêtement trop serré cela laisse une marque plus ou moins profonde. Ces marques vont se dissiper lorsque les tissus vont retrouver leur place. Donc le fait de compresser votre taille, ou votre cuisse dans un cellophane (avec ou sans produit) pendant 45 mn vous donneras une mesure différente avant et après, et comme pour le sous vêtement trop serré les tissus vont retrouver leur places après quelques heures…Vous perdrez également un peu d’eau avec la sudation.

Le wrap minceur va libérer la graisse ?!?

Dans ce type de produits, on nous précise (dans les doc qui circulent à destination des distributeurs et clients potentiels) que cela va agir directement sur les cellules graisseuses en les détoxifiant et en les libérant de leur graisse. Donc, forcément la barrière cutanée doit et va être franchie pour atteindre le tissu graisseux dans l’hypoderme. On nous dit ensuite que cette graisse va être évacuée par les voies naturelles de l’organisme via le système sanguin…

Humm humm…Voyons si j’ai tout compris: On a donc un apport de graisse rapide et important dans le système veineux. Tout comme lors d’une lipolyse (sorte de liposuccion interne) cette graisse passerait dans la circulation sanguine, hors c’est justement l’élimination des déchets générés par la lipolyse (ou le système minceur It Works), qui est au cœur du problème, que deviennent les triglycérides libérés par les cellules graisseuses ? Car les différents modes d’élimination évoqués ici, tout comme avec une lipolyse, restent à ce jour encore hypothétiques: passage dans la circulation sanguine, le foie, les reins, etc…???

Coupe de la peau

Passage dans le sang des ingrédients cosmétiques

Faut-il se méfier des produits qui franchissent la barrière cutanée pour se retrouver directement dans le sang ?

Tout dépend du type de molécules concernées et de la dose qui peut passer la barrière cutanée et arriver ainsi dans l’organisme. Beaucoup de molécules peuvent passer cette barrière, c’est un fait, et tous les produits cosmétique ne sont pas sans danger, cependant rien n’est prévu par la règlementation concernant le devenir au sein de l’organisme, des actifs contenus dans les formules !

Pour ne jamais se tromper retenez cette phrase « Ne mets sur ta peau que ce qui se mange », c’est un slogan connu des Naturopathes qui considèrent (à raison) que la peau est un organe sur lequel on ne devrait jamais appliquer autre chose que ce que l’on serait capable de manger.

Il est important de vérifier la composition des produits que l’on met sur la peau. Tout cosmétique que l’on ne pourrait pas avaler (pour cause de toxicité) ne devrait jamais être mis sur la peau car il pénètre dans votre foie 10 fois plus vite que si vous l’avaliez !

Retenons que les cosmétiques, maquillages et autres produits d’hygiène corporelle sont également la cause d’une pollution certaine de l’organisme entrainant cancers et autres pathologies lourdes.

Une étude menée sur des femmes utilisant des cosmétiques en quantités normales et dont la composition était parfaitement connue, montre qu’elles absorbaient chaque année par la peau 2 kgs de ces produits chimiques (paraben, phtalates, phenoxyethanol[1]…)

L’Observatoire des Cosmétiques publie régulièrement des dossiers et des informations précises sur les différents ingrédients qui peuvent poser problème. Nous ne pouvons que vous conseiller de parcourir le site pour être mieux informé sur la toxicité de certains.

Simplement toxiques ou perturnateurs endocriniens ?

Composants «naturels» du Wrap d’It Works *gel d’infusion d’herbes naturelles

Nous avons sans peine trouvé la composition de ce fabuleux produit « 100 % naturel », voici cette liste, nous avons sélectionné 3 ingrédients (en gras) sur lesquels nous avons fait des recherches plus approfondies (voir plus bas), pas la peine de détailler le reste, seul ces 3 ingrédients suffisent pour se faire une opinion :

Eau (Aqua),Glucose (Humectant), Ester triple de glycérol et des acides caprylique et caprique (Emollient, hydratant, agent masquant d’odeur) Glycérine (Hydratant, humectant, solvant) Alcool dénaturé(Agent antimicrobien) Acide stéarique(Agent émulsifiant, agent masquant, tensioactif) Alcool stéarilique (Agent émulsifiant, émolliant, agent tensioactif, agent masquant) CetylStearyl Éther(Emollient, agent émulsifiant, lubrifiant) Extrait de graine de marronnier d’Inde, Urée, Extrait de feuille d’Herbe du tigre, Extrait de feuille de thé vert, Extrait de fucus (goémon noir) Extrait de lierre, Extrait de feuille de prêle, Extrait de racine de petit houx, Extrait de graine de guarana, Huile de graine de jojoba, Oléate de décyl (émolliant) Silicate double d’aluminium et de magnésium (Agent absorbant, opacifiant, anti-agglomérant) Stéréate de glycéryl (Agent émulsifiant, émolliant) PolyEthylène Glycol[1], Acétate de tocophérile,TEA-Hydroiodide, Methylsilanol Mannuronate, Menthol, Camphre, Panthenol, Provitamine B5, Phenoxyethanol[2],Retinyl Palmitate, Triethanolamine, Carbomer, Huile essentielle de romarin, Huile essentielle d’eucalyptus globulus, Caprylyl Glycol, Sorbic Acid[3], BHT. Limonene, Linalol (Agent déodorant, masquant)

◾[1] PolyEthylène Glycol

Agent émulsifiant, tensioactif > Risque d’allergie, effet laxatif/diarrhées, allergie au macrogol. L’additif est classé probablement cancérigène à l’Association pour la Recherche Thérapeutique Anti-Cancéreuse. Le produit fini contient de petites quantités de résidus toxiques, entre autres de l’oxyde d’éthylène, du 1.4 dioxane et de l’éthylène glycol.

◾[2] Phenoxyethanol

Conservateur > En mai dernier 2012, l’ANSM publiait ses recommandations quant à l’arrêt de l’utilisation du phénoxyéthanol dans les produits cosmétiques. Ce produit provoquerait une irritation oculaire, de modérée à sévère. Il serait d’ailleurs, d’après l’ANSM, possiblement toxique pour la reproduction et sur le développement lorsqu’il est utilisé à fortes doses chez l’animal. Au mois de novembre 2012, une seconde recommandation faite par la même autorité confirmait la recommandation de stopper définitivement l’utilisation de ce conservateur.

◾[3] Sorbic Acid – Acide Sorbique (E200)

Conservateur > Conservateur d’origine naturelle ou chimique pouvant interagir dangereusement avec d’autres additifs et en particulier les nitrates.

Conclusion

Comme d’habitude, si vous voulez perdre du poids la meilleure solution est de faire attention à votre alimentation et de pratiquer une activité physique régulière. Il n’y a et il n’y aura jamais de recette magique !
source:
http://www.bon-coin-sante.com/blog-sante-sans-prise-de-tete/actualites-s...

Par audrey7676 le 9 décembre 2014 à 17h57
étiquette ingrédients

tout à fait d'accord moi je ne prend que quand je peux lire les ingrédients comme sur ce site
http://www.biossane.com/gamme-karite-baobab/cremes-et-laits/creme-visage
au moins c'est transparent

Par nathalie72 le 7 janvier 2015 à 10h08
étiquette ingrédient

moi je prend mes crèmes chez biossane, eux au moins ils affichent leurs ingrédients en toute transparence
http://www.biossane.com/

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte