Greenpeace

« The Fashion Duel » : Greenpeace classe et défie 25 marques de haute couture

Publié le 15 février 2013
L'actrice Valérie Golino pour la campagne Fashion Duel de Greenpeace
L'actrice Valérie Golino pour la campagne Fashion Duel de Greenpeace

Après avoir épinglé les géants de la mode, la célèbre ONG Greenpeace s’attaque aux marques de haute couture en dévoilant leur politique douteuse en matière de développement durable.

Le monde merveilleux de la haute couture a du souci à se faire : Greenpeace lance une nouvelle campagne, le Fashion Duel, en publiant le 7 février 2013 un classement de grandes marques de haute couture et de luxe en fonction de leur degré de responsabilité écologique.

"La mode promet du rêve mais là c’est un cauchemar" : c’est ce que dénonce l’actrice italienne Valéria Golino dans la vidéo de cette nouvelle bataille engagée par l'ONG. 

La méthode Greenpeace

L'organisation a évalué des maisons de luxe italiennes et françaises sur trois sujets :

- L’achat du cuir : est-il issu des élevages intensifs responsables de la déforestation en Amazonie ? 

- Le papier d’emballage: détruit-il les forêts tropicales ?

- La pollution des eaux : les marques utilisent-elles des substances toxiques dans les procédés de production ou de transformation des tissus ? 

En tout, 25 maisons de haute couture et de luxe sont dans le collimateur de Greenpeace : de Dior à Louis Vuitton en passant par Dolce & Gabbana. Ces marques ont été sollicitées en novembre dernier et classées selon la transparence de leurs réponses. Une couleur leur a été attibuée : du vert, pour la plus responsable, au noir, la plus catastrophique.

Valentino en tête, Chanel et Prada parmi les plus mauvais

En tête des meilleures politiques et engagements on trouve la marque italienne Valentino, tandis que six marques, dont Chanel et Prada, arrivent bonnes dernières de ce classement pour ne pas avoir répondu au questionnaire et  refusé d’engager un dialogue. Greenpeace précise que ces marques de luxe «ont refusé de communiquer les informations demandées et de prendre le moindre engagement».

La maison Valentino a reçu 3 points car elle vient de s’engager à exclure l’utilisation de tout produit chimique toxique et à adopter une politique d’approvisionnement "zéro déforestation" dans ses créations. A suivre donc !

Une campagne Greenpeace pour responsabiliser les marques

Cette étude a pour but de montrer au grand public ce que cache réellement les strass et les paillettes. Elle vise également à mettre en avant la politique des marques de luxe, de leur chaîne d’approvisionnement et leur volonté de prendre des engagements pour une mode sans produits toxiques et exempte de déforestation. Par cette nouvelle campagne choc, Greenpeace cherche l'engagement public des marques à changer leurs habitudes de pollueurs et à les responsabiliser en faveur du développement durable.

Greenpeace, maître des actions coup de poing

Rappelons que Greenpeace n’est pas à son premier coup d’essai. Depuis 2011, l'ONG a lancé sa campagne Détox, où elle descend en flèche les grandes enseignes de l’industrie de la mode en divulguant la liste des produits chimiques toxiques rejetés par leur production. Parmi ces substances toxiques, souvent interdits en France : des perturbateurs endocriniens qui dérivent dans nos rivières et contaminent notre eau. 

Les actions coup de poing de Greenpeace ont déjà fait plier la plupart des géants du prêt-à-porter, comme H&M, Zara, Levis, Marks & Spencer etc. 

Vous aussi, provoquez la haute couture en duel

Articles du thème Déchets & pollution
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte