Interview

Hélène de Fougerolles : "J'ai inventé ma propre forme de méditation"

Publié le 17 octobre 2013 - Mis à jour le 18 octobre 2013
Hélène de Fougerolles ©Charles Martins
Hélène de Fougerolles ©Charles Martins
© ©Charles Martins

Hélène de Fougerolles fait partie de ces femmes vers lesquelles on a envie d'aller naturellement parce qu'elles dégagent une énergie positive communicative. Actrice épanouie et maman heureuse, elle transmet son amour de la vie avec sagesse. Vivre et être ancré dans le moment présent... c'est peut-être la clé du bonheur ?

Après avoir fait le tour des stands du salon Bio Ô Top 2013 sur le parvis de la mairie du premier arrondissement de Paris, c'est dans la jolie salle des mariages qu'Hélène de Fougerolles me reçoit. Rencontre.  

Nous nous étions rencontrées en 2008, l'occasion de parler de votre engagement écologique. Cinq ans plus tard, où en êtes-vous ?

Je vais très bien, j’évolue tranquillement et je trouve que tout le monde évolue aussi dans le domaine de l’écologie. Récemment, j’ai découvert l’Autolib’ et je trouve le principe génial. 

Votre maman est très engagée pour la planète. Que vous a-t-elle légué ? 

Ma maman ne m'a pas forcément transmis un héritage "écologique" au sens large du terme. Cependant, j’ai grandi avec l’homéopathie et je n’ai jamais pris d'autres médicaments. 

Comme beaucoup de mamans, j’essaye aussi de soigner ma fille avec des remèdes naturels, mais lorsque la maladie dure plus d'une semaine, je lui donne des antibiotiques. L’entendre tousser, vomir… C'est moi que ça rend malade ! Ma mère a plein de petites astuces simples pour rendre notre vie plus saine. Par exemple, au lieu de prendre du coton et du lait pour me démaquiller, elle m’a offert des éponges démaquillantes. Le principe ? On met juste de l’eau dessus et on l'applique pour nettoyer la peau. Elle enlève même le mascara ! Voilà une bonne idée éco-responsable qui évite de devoir se promener avec tout un tas de produits lorsqu'on part en voyage. Ma mère s'achète aussi des chaussures écolos mais personnellement, je ne suis pas encore conquise par le style. 

Quelle est l'importance de la transmission pour vous ? 

Je ne suis personne pour donner des conseils aux autres ou pour essayer de leur transmettre quoi que ce soit. En revanche, je suis certaine que l’on peut "émettre" quelque chose malgré soi. On m’a toujours dit que j’avais un abord assez sympathique parce que je dégage de bonnes ondes et que je suis quelqu'un de joyeux. Le travail sur l’aura m’intéresse beaucoup. 

Tous les soirs je demande à ma fille qu’elle me raconte les cinq choses qu’elle a aimé dans sa journée. Pour moi, il est très important d'être ancrée alors je lui apprends à dire merci au ciel, à la terre parce que nous faisons partie d’un tout. Il faut qu’elle ait conscience des arbres qui l'entourent, qu’elle écoute, qu’elle sente. 

Votre carrière est guidée par vos choix épanouissants (cinéma, théâtre, écriture d’un livre pour enfants...). Pratiquez-vous des techniques de développement personnel ? 

J’ai essayé le yoga sans succès, puis la méditation pure, telle qu’on peut l'appréhender dans certains livres, mais cela ne me correspond pas non plus. Je ne peux pas rester assise pendant dix minutes à ne penser à rien. 

Alors j’ai inventé ma propre forme de méditation. Je me parle à moi-même, je remercie pour tout ce que j’ai en restant positive. Nous avons tous des raisons de nous plaindre et d’être malheureux mais j'essaye toujours de voir le verre à moitié plein. Je crois que j’ai réussi à transmettre cette valeur à ma fille. Elle est très heureuse de tout ce qu’elle vit. 

J’ai aussi appris à vivre le moment présent. Nous ne retrouverons jamais ce que nous avons perdu et nous serons toujours malheureux en pensant à ce que nous allons avoir demain. Cela nous place inutilement dans une posture de frustration. Il faut se rendre compte que nous sommes en train de vivre quelque chose, là, à ce moment et personne ne pourra nous le prendre. C’est beau, c’est agréable, je n’ai pas mal, je n’ai besoin de personne, je n’ai besoin de rien, je n’ai pas de problème. Ma philosophie de vie c'est la pleine conscience.

Vous êtes marraine du salon Bio Ô Top 2013 qui regroupe 30 exposants. Pour quelles raisons ? Quel est votre coup de cœur sur ce salon ? 

On m’a demandé d’être marraine du salon car je m’intéresse au bio et à l’écologie. J’ai accepté tout de suite, j’étais très flattée d’avoir été sollicitée après Murielle Robin, marraine de la première édition et j’étais ravie d’aller à la rencontre de nouvelles personnes engagées. J’aime ce genre d'événement, à échelle humaine. 

J’ai eu plusieurs coups de cœur. Tout d’abord, la découverte du reiki. J’ai rencontré une femme sur le salon qui m’a expliqué que nous étions tous des canaux capables de soigner les autres. J’aime l’idée que l’on peut soigner son prochain ou même se soigner soi-même. J’aime l’énergie. 

J’ai aussi été très intéressée par le stand du "chanvre" où j’ai goûté des graines dans une salade. Un délice ! 

Il y avait aussi ce merveilleux sauterne bio ou encore ma rencontre avec un artisan boulanger qui propose de venir faire du pain avec lui à la tombée de la nuit, de pétrir la pâte en regardant les étoiles et de se charger de l’énergie qu’elles offrent. Le pain est délicieux ! 

En ce moment, je suis prise par l’envie de recycler les restes de ce que je mange. J’aime recycler la vie. Je plante les noyaux des fruits que je mange. J’ai déjà des avocats et des mangues !

Ce numéro parle de "rire". Quelle place occupe-t-il dans votre vie ? Quel est votre secret pour garder le sourire au quotidien ? 

Malheureusement, le rire a une place très importante dans ma vie. Je dis malheureusement car je peux aller jusqu'à tomber amoureuse d’une personne qui me fait rire. J’ai besoin d’être avec des gens qui ont de la dérision, de l’auto-dérision. Pour moi, savoir faire rire et rire de soi est une vraie forme d’intelligence. Ma maman rigole tout le temps et ne se plaint jamais. Moi je ne ris pas tous les jours mais je me plains rarement. Je dis souvent à ma fille : "une journée où on a rigolé est une journée gagnée". Vivons dans le plaisir ! J’ai la chance d’avoir une vie correcte et de faire ce que j'aime. J'ai bien conscience que tout le monde n’a pas cette chance, alors rions tant qu’on peut encore le faire ! 

Quelle est votre routine beauté au naturel ? 

J’utilise des produits bio et aussi des non bio. Je ne suis pas hermétique à l’idée de tester des nouveaux produits non bio. J’adore essayer. J’en reçois beaucoup chez moi, que je teste, je ne mets jamais les mêmes crèmes, je n'ai donc pas spécialement de routine beauté. Je crois qu'on peut dire que je suis la personne la moins fiable au monde sur la routine beauté ! 

Le produit bio dont vous ne pouvez vous passer ? 

Les amandes. Trois fois par semaine, le soir, je laisse germer des amandes dans de l’eau avant de me coucher. Le germe permet à la graine d’être "énergisée". Le matin, je les décortique et je les mange.

Avez-vous un message à faire passer aux lectrices de Femininbio ? 

Essayez l’Autolib c’est top ! (rires...) Et si les lectrices ont des messages à me faire passer ou des choses à me faire découvrir, à essayer, je suis preneuse !

Hélène de Fougerolles est en tournée dans toute la France du 1er octobre 2013 au 5 avril 2014 dans la pièce "Occupe-toi d'Amélie" de Georges Feydeau. 

Articles du thème Interview engagée
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte