Huile de palme

Huile de palme et cosmétique : problème pour l'environnement

Publié le 23 avril 2014 - Mis à jour le 16 juillet 2015
Anne-Marie Gabelica est ingénieure agronome diplômée en biochimie avec 6 ans d’expérience dans le secteur cosmétique. Elle a créé oOlution : la 1ère gamme de soins visage sur-mesure (à base de plus de 65 actifs 100 % bio), certifiée vegan, sans huile de palme et éco-conçue.
Plantation en Malaisie. By Marco Schmidt (Own work) via Wikimedia Commons
Plantation en Malaisie. By Marco Schmidt (Own work) via Wikimedia Commons

Présente dans beaucoup de produits alimentaires comme les pâtes à tartiner ou les biscuits, l'huile de palme est aussi très utilisée en cosmétique bio et non bio. Si aucun effet négatif ou positif n'est avéré pour la peau, l'exploitation de l'huile de palme pose un grave problème de déforestation. L'huile de palme durable ? Greenwashing, nous dit Anne-Marie Gabelica, fondatrice de la marque oOlution.

Depuis plus de 20 ans, l'huile de palme est devenue la véritable coqueluche des industriels de l'agro-alimentaire. Elle leur permet en effet de remplacer à moindre coût la matière grasse plus chère qu'est le beurre, en raison de sa viscosité particulièrement élevée pour une huile végétale. L'huile de palme est désormais présentes dans d'innombrables produits alimentaires industriels tels que les chips, biscuits, cakes et pâtes à tartiner du commerce, y compris dans des produits labellisés AB.

L'huile de palme cause des problèmes cardio-vasculaires

Ainsi consommée au quotidien, l'huile de palme est accusée d'être responsable de problèmes cardio-vasculaires importants. Ceci s'explique par sa richesse en acides gras saturés (acide palmitique, acide stéarique...) qui favorisent la survenue de cholestérol et d'athérosclérose (source). L'huile de palme consommée trop souvent pose donc un véritable problème de santé publique, en particulier pour les populations sédentaires que nous sommes. 

La catastrophe écologique de l'huile de palme

Autre problème majeur que pose l'huile de palme : la véritable catastrophe écologique que sa surproduction entraîne dans les pays où les palmiers à huile sont cultivés, principalement l'Indonésie et la Malaisie. En Asie du Sud-Est, ce sont chaque année des millions d'hectares de forêts qui sont saccagés. Cette déforestation est d'autant plus déplorable qu'elle touche des forêts primaires, c'est-à-dire non transformées par l'Homme, qui sont d'une extraordinaire richesse en espèces vivantes. Véritables sanctuaires pour des millions de plantes et d'animaux, la biodiversité des forêts primaires d'Asie du Sud-Est est encore plus importante qu'en Amazonie. Les pertes de biodiversité liées à l'huile de palme sont donc gigantesques, sans oublier les graves conséquences sociales pour les populations locales.

Fort heureusement, les méfaits de la surexploitation d'huile de palme sont relayés par les media, et le grand public prend de plus en plus conscience de ce problème majeur. Même si une vaste opération de communication a été lancée visant à faire croire qu'il existe une filière d'huile de palme durable, peu de gens sont dupes de cette tentative de greenwashing. Un excellent reportage : L'huile de palme, une huile qui fait tache diffusé en 2013 sur France 5, a d'ailleurs parfaitement démasqué cette tentative de manipulation. 

Méfiez-vous des mentions "matières grasses végétales" et "huile végétale"

La présence de l'huile de palme est donc un véritable problème à la fois de santé publique et écologique. Pour éviter de consommer de l'huile de palme dans votre alimentation, c'est assez simple : regardez la liste des ingrédients entrant dans la composition de vos aliments. Dès que vous voyez noté : "matières grasses végétales" ou "huile végétale" sans autre précision, cela signifie que ce produit contient de l'huile de palme. 

L'huile de palme omniprésente en cosmétique

Malheureusement, l'industrie agro-alimentaire n'est pas la seule à faire un usage immodéré d'huile de palme. L'industrie cosmétique est aussi une consommatrice effrénée de cette huile. Qu'ils soient naturels ou conventionnels, tous vos produits cosmétiques, de vos shampooing à vos crèmes, contiennent des dérivés d'huile de palme. Les dérivés d'huile de palme jouent de nombreux rôles dans les cosmétiques : colorants, agents qui stabilisent les formules ou leur donnent la consistance voulue... Sous des formes multiples, l'huile de palme est ainsi devenue omniprésente, et jusqu'à récemment considérée même comme incontournable en cosmétique. 

Certes, les dérivés d'huile de palme qui composent les cosmétiques ne présentent pas en eux-même de risques avérés pour la peau. Cependant l'huile de palme et la plupart de ses dérivés n'ont pas non plus d'action cutanée bénéfique. Ils ne servent que comme ingrédients "fonctionnels", c'est-à-dire comme des additifs qui servent à faciliter la formulation des produits. En réalité, s'ils occupent souvent une grande partie des formules, c'est uniquement en raison de leur faible coût de revient. 

Contrairement aux produits alimentaires, il est extrêmement difficile de démasquer les dérivés d'huile de palme en cosmétique tant ils en existent sous de multiples formes et avec des nombreux noms différents. Pour vous aider à débusquer l'huile de palme dans vos cosmétiques, je vous donnerai quelques astuces dans la deuxième partie de cette article, à découvrir le mois prochain dans FemininBio. 

En tous les cas, que ce soit dans vos aliments ou dans vos cosmétiques, nous pouvons tous faire le choix d'arrêter la catastrophe que représente l'huile de palme. Chaque geste compte !

L'experte : Anne-Marie Gabelica  est ingénieure agronome diplômée en biochimie. Elle a créé oOlution, la 1ère de gamme de soins visage sur-mesure, à base de plus de 65 actifs 100 % bio, certifiée vegan, sans dérivés d'huile de palme et éco-conçue.

>> Retrouvez cet article et un mode de lecture optimisé dans le magazine iPad gratuit du mois d'avril

Articles du thème Protection de l'environnement
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réactions à l'article
Par Lison du Chastenay le 23 avril 2014 à 21h37
STOP à la confusion huile de palme bio / non bio

Pourquoi s'obstiner contre l'huile de palme bio ??? C'est vraiment un problème d'attaquer ce sujet sans faire la part des choses entre l'huile de palme (HDP) bio et non bio. L'HDP bio représente moins de 5% de l'HDP dans le monde. Vous dites que l'HDP est surtout présente dans les chips, biscuits, cakes et pâtes à tartiner, puis qu'elle cause des problèmes cardio-vasculaires : OUI !!! NE MANGEZ PAS QUE DES CHIPS DES BISCUITS ET DU NUTELLA !!! (révélation...) Dans le cadre d'un régime équilibré, l'HDP ne pose pas autant de problème que ce que vous citez.
Ensuite... L'huile de palme durable = greenwashing. OK. Mais votre article laisse penser que durable = bio. Déjà que dans la tête des gens en général ce n'est pas très clair... S'IL VOUS PLAIT, arrêtez de mélanger les choses...
Je trouve que tout ça c'est enfoncer des portes ouvertes et c'est mélanger le bio et non bio : dommage quand on souhaite faire avancer le développement durable...

Par oOlution le 24 avril 2014 à 18h31
Réponse à votre message

> Concernant l’alimentation, l’huile de palme se trouve dans plus de produits qu’on ne veut bien le penser (les pâtes à tartes industrielles, le pain de mie… ) et le consommateur est bien peu averti de sa présence. Je vous conseille ce reportage diffusé sur france 5 : https://www.youtube.com/watch?v=U_bGFQfZ51g qui est excellent à ce sujet et au sujet de l’huile de palme durable (RSPO).
> Concernant la dénomination huile de palme bio ou durable, rappelons tout d’abord que la plupart des dérivés d’huile de palme utilisés en cosmétique (même bio) ne sont pas issus de l’agriculture biologique. Ensuite, cet article n’est pas une attaque à l’huile de palme durable ou bio, mais à la culture de l’huile de palme tout court. En effet, la monoculture intensive, biologique ou non, n'est pas une solution et n'est par définition jamais véritablement « durable".
> En effet, même l’agriculture biologique de l’huile de palme (qui est comme vous l’avez souligné différente de la culture « durable » RSPO de l’huile de palme) aboutit aux mêmes problèmes sociaux que l’huile de palme classique : expropriation de petits paysans par exemple (http://www.theguardian.com/world/2009/sep/13/body-shop-colombia-eviction..., repris par un article en français : http://www.huffingtonpost.fr/2012/11/28/ces-produits-bio-qui-contiennet-... ). De plus, les normes en matière d’agriculture biologique ne sont pas les mêmes en Colombie et en France, le label nous offre donc peu de garantie, si ce n’est que l’huile de palme obtenue aura « moins » été exposée à des produits chimiques.
> Pour conclure, en matière d’alimentation, libre à vous de faire confiance ou pas à l’huile de palme biologique mais l’agriculture de masse biologique ou non reste extrêmement dangereuse pour l’environnement et la biodiversité. Enfin en matière de cosmétiques, où l’huile de palme est présente sous forme de dérivés, vous n’avez aucune garantie sur la provenance de celle-ci, et dans ce cas, pas de mystère concernant son impact sur la déforestation...

Par Druzilla le 6 juin 2014 à 20h39
Huile de palme

Bonjour . Je viens de lire votre message concernant l'huile de palme et je vous invite a venir voir notre site a ce sujet car l'huile de palme BIO n'existe pas :( ... Nous sommes là pour répondre à vos questions et vous informer surtout sur les dégâts qu'occasionne l'or rouge ... Sur Facebook notre page s'appelle : L'HUILE DE PALME:NON! ... N'hésitez pas ça ne coûte rien de venir voir et vous informer ;) merci et à bientôt .

Par Lison du Chastenay le 24 avril 2014 à 21h36
oui mais... :-)

Oui l'agriculture bio intensive doit être dénoncée... mais... admettez que l'huile de palme est particulièrement dans le colimateur des medias, alors que nous n'entendons pas beaucoup parler de TOUS les produits bio cultivés de façon intensive. On parle beaucoup plus rarement de tous les fruits et légumes bio vendus en grande surface et cultivés par exemple dans des zones comme Almeria en Espagne. C'est une beaucoup plus grosse part du bio que l'huile de palme. Ce serait beaucoup plus important à dénoncer à mon sens. J'ai l'impression qu'on attire l'attention sur une petite partie du problème, alors que celui-ci est plus globale. Globalement les grandes surfaces font pression pour que le bio soit plus facile et plus profitable à produire, à acheter, et à vendre. (toutes les surfaces spécialisées ne font pas forcément attention aux méthodes de productions : serres ou pas, chauffées ou pas, conditions sociales... mais certains réseaux de magasins bio y font attention).
Enfin bon, tant pis... Je laisse tomber, la démotivation me gagne... N'est pas wonder-bio-woman qui veut.

Par oOlution le 7 mai 2014 à 15h39
Lison,

Lison,
Vous avez tout à fait raison, nous condamnons nous aussi toute forme d'agriculture intensive. Dans cet article, nous parlons de l'huile de palme car c'est quasiment le seul exemple d'agriculture intensive pour les cosmétiques et que son utilisation est réellement responsable d'une déforestation massive, même si l'utilisation de lécithine de soja est aussi condamnable. À mon sens le meilleur moyen de lutter contre ce type d'agriculture est de miser sur la diversité.

Par Lison du Chastenay le 7 mai 2014 à 23h39
Soutenez la BIO, toujours !

"À mon sens le meilleur moyen de lutter contre ce type d'agriculture est de miser sur la diversité." : à mon sens, LE MEILLEUR MOYEN est de favoriser l'agriculture biologique. Et le problème des mises en cause du bio dans certains sujets (comme c'est le cas dans votre article sur l'HDP), c'est qu'elles créent de la confusion je pense dans l'esprit d'un consommateur moyennement attentif. Sur l'air de "en fait ils sont tous pareils et la bio n'est pas mieux. Donc soutenez la bio, toujours. Ou plutôt "une" bio : pas celle qui vire industrielle, mais celle qui garde une exigence forte, conforme à ses principes de départ. Et je vois bien ce que vous voulez dire sur les plantations d'HDP en Malaisie, j'y suis allée. Eh bien ce n'est pas comparable à l'HDP bio. Vraiment pas. C'est juste cela que je veux dire : ne créons pas de confusion, qui dévalorise la bio. Bon, en tout cas, je n'ai pas l'habitude de réagir sur internet comme cela, mais je dois dire que c'est intéressant d'échanger ! ;-)

Par Nessfit le 25 avril 2014 à 14h28
@Lison, c'est clair l

@Lison, c'est clair l'équilibre alimentaire est primordial ! les médecins et nutritionnistes le rappellent sans cesse.
Et pour revenir à l'article, il y a une grosse confusion entre les acides gras saturés dont la consommation modérée ne présentent pas de risques cardiovasculaires (on en revient à une alimentation saine) et les acides gras trans qui sont dangereux pour la santé (source:
http://annals.org/article.aspx?articleid=1846638&resultClick=3).
Par extension, les accusations contre l'huile de palme sont injustifiées, d'autant plus qu'elle est utilisée en raison de sa résistance à la chaleur pour remplacer les aliments partiellement hydrogénés.
Voilà une vidéo de producteur africains qui vivent de l'huile de palme https://www.youtube.com/watch?v=nhLuxZyts10

Par oOlution le 7 mai 2014 à 15h28
Ravages de l'huile de palme

Bonjour Nessfit,
Dans cet article, aucune confusion n'est faite entre acides gras saturés et acides gras trans, ces derniers n'étant jamais cités. C'est bien des dangers des acides gras saturés dont nous parlons, qui consommés à forte dose sont dangereux.
En revanche, vous faites une grosse confusion entre l'huile de palme qui vient de la ferme d'Elizabeth au Ghana et la palmeraie géante qu'est devenue la Malaisie. Je pense qu'aucun doute n'est possible sur l'origine de l'huile de palme présente dans les biscuits et les cosmétiques. Nous condamnons fortement l'huile de palme à cause des ravages qu'elle entraine partout où elle est cultivée de manière industrielle, qu'ils soient sociaux ou environnementaux.
Et contrairement à ce que laisse penser la vidéo tournée au Ghana, le succès de l'huile de palme produite dans cette région serait la pire chose qui pourrait leur arriver. Je souhaite de tout coeur qu'ils ne subissent pas le même sort que le peuple indonésien et malaysien.

Par oOlution le 12 mai 2014 à 15h41
@Lison du Chastenay

Nous aussi nous sommes ravis d'échanger avec vous, c'est toujours très agréable de discuter avec d'autres inconditionnels du bio :). En effet, nous sommes de grands fervents du bio et persuadés que c'est dans le bio que résident les solutions aux problèmes de l'agriculture industrielle. Cependant, cela ne nous empêche pas de garder un esprit libre et de toujours chercher à améliorer ce qui possible. Pour nous les garanties offertes par l'huile de palme bio sont trop faibles pour que son utilisation rentre dans une vraie démarche socialement et écologiquement responsable. En tout cas un grand merci pour cet échange constructif et instructif !

Par Sydneylia le 16 mai 2014 à 05h47
Info d'Afrique

Bjr à tous!
Suis très ravi d lire toute ces éclairements sur l'huile de Palme ROUGE car il ya plusieurs types de palmiers don c d'huiles de palme.
Je suis agronome et j peux vous assurez k l'huile rouge est encore très méconnu des chercheurs européens car préférant la confondreà d'autres palmiers d'europe, qui par contre sont soit sans vertus ou avec de faible vertus!!
Saviez vs k l'arbre des dattes; l'arbre de coco; etc sont des palmiers?! C’est comme parler des courges qui sont divers variétés et de divers noms, tous ne se disent pas courges dans le vocabulaire commun.
Sachez que le palmier de graines de palme rouge, est un palmier bénis pour les africains en particulier car :
-c’est une plante tropicale qui pousse sans difficulté et produit bcp de graines durant environ une vingtaine d’années
-son huile est 1 excellente source de Béta carotène, de fer, de vitamine etc;
- ses feuilles et son bois sont excellents pour les constructions/les meubles, comme bois de chauffe, comme produits de décoration, etc;
-la noix blanche de sa noix interne, a les mêmes propriétés k la noix de coco et donc est utilisée dans tous les domaines où l'on utilise le coco (produits de biogaz, produit d'huile claire transparent, produit de savon naturel dit ''noir'' car tt savon produit naturellement est avant tout noir de couleur puis change de forme suivant les additifs ajoutés, produit de tisane contre des maladies tropicales, produit de pommade cheveux/peau, etc;
-et autres, (faites vos recherches via net et sur le terrain pour plus de certitude). Je tiens pas à vous faire un cours complet.

Il est dit k l'huile est déconseillée pour divers raisons selon les scientifik européens, mais en Afrique cè surtt en cas de problèmes sanitaires que beaucoup s'abonnent à l'huile de palme rouge car réduire la prise de poids, ne contient pas de cholestérol et regorge de vitamines et minéraux. Les personnes âgées sont plus en forme que les jeunes souvent parce kils ont depuis toujours garder ce contact à l'huile rouge, son savon et ses dérivés, contrairement aux jeunes ki influencés par l'europe préfère aller vers les importés, chose qu'ils finissent par regretter amèrement.
Mais aujrd'8, tous ont compris et nombreux sont les abonnés des produits du palmier rouge.
Un bon conseil : Fouillez loin avant de croire les ‘’on a dit’’, ‘’la revue disait’’ car un dire à toujours son mensonge. En tant que scientifik, vérifier sur le terrain est fortement recommandé bien qu’on respecte nos prédécesseurs…. Merci !

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte