Témoignage

Mathilde Le Gagneur, fondatrice de Atelier Le Gagneur: "il était temps de reprendre ma liberté"

Publié le 28 juillet 2017
Mathilde Le Gagneur est la fondatrice de "L'atelier Gagneur", une marque de maroquinerie Made in Normandie.
Avec son compagnon, Mathilde a quitté Paris pour la Normandie, où elle a osé se lancer dans l'entreprenariat
Avec son compagnon, Mathilde a quitté Paris pour la Normandie, où elle a osé se lancer dans l'entreprenariat

Si on lui avait dit qu'elle quitterait Paris pour la Normandie, Louis Vuitton pour monter sa boîte... pas sûr que Mathilde Legagneur l'aurait crû. Et pourtant, non seulement elle l'a fait, mais elle ne regrette rien ! Témoignage à la première personne.

Il y a deux ans et demi, j'habitais Paris. J'étais salariée en CDI en tant que designer maroquinerie dans une entreprise de luxe qui fait rêver à travers le monde. J'aimais travailler au cœur de la capitale, entourée de collègues bienveillantes, tout en côtoyant les meilleurs artisans, j'avais le sentiment d'être là où les choses se passent. Au fond de moi, je savais pourtant que cela ne pourrait pas durer des années, créativement j'étouffais et j'avais besoin d'exister différemment à travers mon métier.

A 28 ans, enceinte de mon fils, j'ai décidé avec mon compagnon de partir en Normandie le temps de mon congé maternité. Nous sommes originaires de cette région et nous souhaitions alors nous rapprocher de notre famille et passer du temps dans la maison que nous venions d'y acheter. Et puis il nous était difficile d'imaginer élever un enfant à Paris, même si il allait bien falloir reprendre le chemin de la capitale, une fois mon congé maternité fini. Les premiers mois sont passés et j'ai décidé de prendre un congé parental pour passer encore un peu plus de temps avec mon bébé. Je trouvais cela difficile et assez injuste de devoir commercer à penser à sevrer mon fils alors que l'allaitement commençait juste à trouver son rythme. Et puis nous étions heureux à trois dans notre maison à la campagne, au calme et entourés de la nature.

En prenant ce temps pour moi et ma famille, des questions que je me posais depuis longtemps ont pris un peu plus de place dans mon esprit. Comment en est-on arrivés à cette façon de consommer, ce besoin de croissance perpétuelle ? Pourquoi, dans l'industrie du luxe, faut-il vendre toujours plus et contribuer docilement à l'enrichissement fulgurant de milliardaires sans conscience sociale ni écologique ?

J'ai alors eu l'occasion de visionner le film En quête de sens qui a été un énorme déclic pour moi. Ce sont entre autres les paroles du philosophe Satish Kumar qui nous invite à « crée[r] un emploi et un mode de vie à [nous] » qui ont résonné en moi avec beaucoup de puissance. J'ai su à ce moment même qu'il était temps de reprendre ma liberté. J'avais un peu peur mais je me sentais forte. Nous avons longuement échangé avec mon compagnon et nous avons décidé de rester en Normandie, car il a la chance de pouvoir travailler à distance. J'ai démissionné de mon emploi de rêve dans une entreprise de rêve, pour vivre un rêve beaucoup plus cher à mes yeux car c'était celui que j'allais me construire. C'était le début de notre nouvelle vie en Normandie.

Créer mon entreprise est alors clairement apparu comme un évidence. Cela me permettait à la fois de rester indépendante, de pouvoir travailler en Normandie et de développer ma vision créative tout en ayant une vie professionnelle en adéquation avec mes valeurs personnelles. Depuis mes études d'Arts appliqués et de mode, j'avais à l'esprit l'envie de créer ma propre marque. Le moment était venu pour moi de me lancer. Je savais que je voulais faire des sacs pour femmes, mais je débutais totalement dans le monde de l'entrepreneuriat et j'avais beaucoup de choses à apprendre. J'aime généralement que les choses avancent à un bon rythme, mais j'ai dû m'armer de patience car il y a toujours des déconvenues auxquelles il faut savoir faire face. Quand on débute cela peut être compliqué de trouver le bon statut administratif, trouver des fournisseurs et façonniers qui font confiance et en qui on a confiance. Il s'est passé quasiment un an et demi depuis le jour où j'ai pris la décision de me lancer jusqu'à la sortie de ma marque, Atelier Le Gagneur, le 1er juin dernier.


Une création de l'Atelier Legagneur - Instagram

Pendant ce temps nous avons trouvé un équilibre dans notre vie à la campagne. Nous avons rencontrés de nouvelles personnes dans notre région, nous sommes adhérents d'une AMAP et avons nos adresses pour trouver les meilleurs produits locaux. Nous venons pour la première année de commencer notre potager en permaculture, c'est motivant de développer de nouvelles connaissances, et nous commençons à récolter nos propres légumes ! La nature est aussi une grande source d'inspiration pour moi, j'aime regarder les saisons passer et dessiner les magnifiques paysages qui m'entourent.

Parfois bien sur le mouvement de la ville, et les possibilités qu'elle offre me manquent. Etre entrepreneur demande beaucoup de détermination et de force morale, et il en faut encore plus je pense, quand on est à la campagne. Mais quand je vois aujourd'hui notre vie, et ma marque avec ses produits made in France, fabriqués dans les matériaux les plus respectueux de l'environnement possible, et proposés en vente directe au prix juste, je suis très fière de ce que j'ai accompli et je me dis que ce n'est que le début d'un long et beau projet !

>> Le site : Atelier Le Gagneur

Articles du dossier Changer de vie !
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !