Parfum

Parfum naturel : une efficacité décuplée

Publié le 15 avril 2016
Valérie Demars est à l'origine de l'aromaparfumerie. Elle a fondé la marque Aimée de Mars qui propose des parfums à base d'huiles essentielles.
Se parfumer, un geste plus de sens
Se parfumer, un geste plus de sens
© Fotolia

Pourquoi préférer des fragrances naturelles ? Parce qu'elles ont une force vibratoire sans commune mesure avec les parfums de synthèse.

Les huiles essentielles, résines et absolues sont extraites directement de la plante. Ces matières naturelles sont l’âme de la plante. La plante grandit en captant la lumière du soleil, et la transforme pour créer sa propre énergie ; l’huile essentielle qui en est extraite contient donc toute cette information.

Les matières synthétiques de la parfumerie sont, elles, fabriquées par l'homme par des procédés de réactions chimiques. Contrairement aux matières naturelles qui sont des complexes composés de nombreuses molécules odorantes, les matières synthétiques reposent généralement sur une seule molécule, plus ou moins purifiée. De plus, les molécules de départ, qui après des réactions forment la molécule finale, ne contiennent pas le même message vibratoire, aucune énergie provenant de la nature même. Ainsi, le composé formé ne présente pas exactement les mêmes propriétés biochimiques puisqu’il s’agit d’une molécule isolée, et l’aspect énergétique n’est pas du tout identique à la molécule naturelle.

Le mécanisme quantique de l’olfaction explique en grande partie ce phénomène. En effet, nos récepteurs olfactifs fonctionneraient exactement comme un spectroscope à effet tunnel. Ainsi, les molécules ne seraient plus reconnues par leur forme, mais bien par leur énergie, proportionnelles à leur fréquence vibratoire. Les molécules auraient alors un message bien plus vaste que les simples caractéristiques étudiées en physique classique, notamment à cause de de la dualité onde/corpuscules, la non-séparabilité, et tous les concepts introduits par la mécanique quantique. [1]

« En dernier lieu, le fait qu’une huile essentielle soit plus que la somme de ses molécules constituantes et que la plante entière se retrouve dans cette dernière peut aisément s’expliquer que dans ce cadre topologique et quantique. En effet, la dualité onde/corpuscule a pour conséquence que chaque molécule est à priori en contact instantané avec l’univers tout entier via des corrélations entres phases quantiques. L’huile essentielle doit donc être perçue comme une unité indissociable qu’il est parfaitement ridicule d’analyser uniquement en termes de molécules chimiques constituantes. Cette démarche matérialiste et réductionniste serait parfaitement raisonnable si le monde fonctionnait à l’image de la physique classique. Dans un monde quantique, il est possible de coder le contenu informationnel de tout individu animal ou végétal dans un volume aqueux de 0.1 mm3 ! ... Il ne faut donc pas être surpris du fait qu’une simple odeur puisse être capable d’évoquer la plante ou l’animal dans ses moindres détails, voire de soigner de manière holistique et globale un dysfonctionnement organique ou cellulaire. » Professeur Marc HENRY, Aspects quantiques du sens de l’odorat, 2012. [2]

Cet article a été écrit par Valérie Demars et Thibaut BEGUIER. Valérie Demars est la fondatrice d’Aimé de Mars, pionnière de l’aromparfumerie, qui allie les bienfaits de l'aromathérapie et de l’olfactothérapie.

NOTES :
[1] D. Penoël, L’aromathérapie quantique, Guy Tredaniel. 2010.
[2] M. Henry, « Aspects quantiques du sens de l’odorat », présenté à 14ème Symposium International d’Aromathérapie et Plantes Médicinales, Palais des congrès de grasse, 2012, p. 21.

Articles du dossier Huiles essentielles : utilisation et propriétés
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte