Solaires : bio ou conventionnel, un choix à risque

Publié le 7 mai 2012 - Mis à jour le 3 février 2014

Pour bien choisir sa crème, il faut déjà faire la différence entre « filtres solaires » synthétiques et « écrans solaires » :
 

  •  Fonctionnement des filtres solaires chimiques

Il faut savoir qu’un filtre solaire, présent dans les crèmes solaires conventionnelles, absorbe le rayonnement lumineux pour le bloquer. Pour obtenir cet effet de filtre il faut mélanger plusieurs substances très puissantes afin de protéger la peau.

  • Fonctionnement des écrans solaires naturels

En ce qui concerne les crèmes solaires BIO on parle « d’écrans solaires » car ils sont composés de minéraux qui vont réfléchir la lumière. Le principe est donc ‘mécanique’, d’où le côté blanchâtre assez désagréable de ces crèmes.

Les crèmes solaires conventionnelles et bio ne sont pas sans danger pour l’homme.

L’effet cocktail des crèmes solaires conventionnelles contenant des filtres solaires chimiques peuvent avoir un effet toxique à terme dans nos organismes. Plusieurs études ont démontré ces effets.

La présence, en bio (comme en conventionnel maintenant) du dioxyde de titane et de l’oxyde de zinc. Ces substances ne sont pas sans danger (leur quantité dans les crèmes est règlementée) et ce, à double titre. Vincent Bourgeteau, expert en cosmétiques et biochimiste, nous explique : «n'oublions pas que le dioxide de Titane est la forme oxydée (radicaux libres) d'un métal lourd (cancérigène et/ou toxique).

Par ailleurs, le titane est un métal allergisant, bon nombre de personnes sont sensibles et réagissent au titane (les branches de certaines lunettes) sous forme d'irritation ou d'inflammation. Le dioxyde de titane est donc en soit porteur de radicaux libres (oxydant), si à cela on ajoute l'effet oxydatif des rayonnements solaires, on a un joli cocktail oxydatif sur la peau. A cela s'ajoute la taille nanométrique des particules qui détériorent mécaniquement et chimiquement les cellules du corps. » Ni la présence ni la taille des nanoparticules n’étant obligatoires sur le produit, on ne sait pas à quelle sauce le produit a été formulé. La mention obligatoire de présence de nanoparticules dans les produits ne sera effective qu’en 2013. Méfiance donc.

L'oxybenzone est un composé chimique organique  qui est utilisé comme ultraviolet dans les crèmes solaires. Perturbateur hormonal il est aussi responsable de 50% des allergies aux produits solaires. Aux US, les fabricants ont commencé à diminuer sa présence dans les crèmes. Il est fortement déconseillé d’acheter une crème solaire en contenant.
Enfin, les crèmes solaires conventionnelles contiennent, en plus tout, l’arsenal habituel de substances chimiques indésirables : parfums et colorants de synthèse, conservateurs trop puissants, huiles minérales mais aussi l’alcool, photo sensibilisant et asséchant.

Par ailleurs il a été assez plus récemment découvert que les rayons UVA étaient aussi dangereux que les UVB : vieillissement prématuré de la peau, cancer, perturbateur du système immunitaire. Vérifiez bien que votre crème solaire utilise bien une double protection UVA/UVB. 

Enfin, de nombreuses crèmes solaires sont instables et ont donc un effet limité dans le temps. Paradoxalement elles  « tournent » et se dégradent vite sous les rayons du soleil laissant les radiations UV sur la peau.

  • Les 7 règles d’or de FemininBio.com

1/ Préparer la peau est le conseil majeur de notre expert car bien préparée elle peut supporter le soleil dans des proportions raisonnables. Au-delà les signaux d'alarmes physiologiques nous avertissent de nous isoler du soleil et c'est très bien.

2/ Ponctuellement, quand c'est vraiment nécessaire, on peut utiliser des produits solaires BIO ou conventionnels, en prenant la précaution de bien se laver la peau après l'exposition. L’important est de ne pas rester avec des résidus de produits solaires trop longtemps, car c'est leur dégradation qui est majoritairement nocive.

3/ On le sait, ne pas s’exposer au soleil quand il est au zénith et dans le cas contraire, se protéger avec un chapeau et des vêtements. Se méfier aussi de la réverbération même sous un parasol.

4/ Remettre régulièrement de la crème (toute les 1 à 2 heures).

5/ N’utilisez pas la crème de l’année dernière, rapportez toutes les vieilles crèmes à votre pharmacien.

6/ Plus la crème a effet blanchâtre, moins les particules ont de chance d’être fines donc dangereuses. Donc plus c’est blanc sur le visage, plus c’est moche mais moins c’est nocif. Difficile de tout avoir.

7/ En dessous de l’indice de protection 10 (IP) la protection est quasi inexistante. Au-delà de 30 il n’y a que 1 à 2% d’efficacité supplémentaire mais la concentration en actif chimique est plus nocive pour arriver à un IP 50, donc le jeu n’en vaut pas la chandelle.

  • Les produits à acheter

Pour vous aider à faire votre choix, voici un diaporama des best-of des solaires bio

Pour acheter vos solaires bio, vous pouvez également faire un tour sur mon guide d’achat bio

Pour préparer votre peau, notre expert préconise (et utilise pour ses enfants) la norbixine extraite du Roucou (Bixa orellana) qui prévient et répare l'ADN cellulaire des agressions du soleil (évite d'épuiser le "capital soleil"). Le premier actif s'utilise généralement en crème (émulsion huile dans eau), le second dans les huiles et baumes. Pour commander ces produits chez Ephyla Nature : infos.ephylaconcept@orange.fr pour demander le bon de commande.

Une autre solution très complémentaire (même si le rendement est moins pertinent par voie orale car dégradation partielle dans tube digestif) est de préparer sa peau avec des compléments alimentaires solaires, naturels bien sûr. Voir notre sélection

Merci à notre conseiller scientifique Vincent Bourgeteau, biochimiste et expert en cosmétiques naturels.

Anne Ghesquière
Articles du thème Labels écologiques
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réactions à l'article
Par julielabrunette le 15 mars 2010 à 20h15
Titandioxid dangereux ? Un simple bluff

Vincent Bourgeteau,auto-proclamé "expert en cosmétiques et biochimiste", explique : «n'oublions pas que le dioxide de Titane est la forme oxydée (radicaux libres) d'un métal lourd (cancérigène et/ou toxique). Par ailleurs, le titane est un métal allergisant,"

Presque tout est faux dans cette affirmation :

1) si lors de l'oxydation du titane il y a eu des radicaux libres, ceux-là, hautement instables (et donc très réactifs) ne sont à coup sur plus dans le produit fini.

2) le titane n'est pas un métal lourd, mais un métal léger, plus léger que le fer. Aucune étude au monde n'évoque un risque de cancer ou de toxicité dans son contexte.

3) Le titane est le plus biocompatible des métaux, encore mieux toleré que l'or ou le platine. C'est pour cela qu'il est couramment utilisé dans des prothèses de hanches, par exemple.

4) Il y a par contre une étude canadienne, qui évoque un risque de cancer chez des rats qui étaient en contact avec du dioxide de Titane. Contact veut dire : les rats ont reçu les dioxide de Titane en injection et l'ont en plus inhalé sous forme de poussière pendant toute leur (courte?) vie. Un test sur animaux très éloigné de l'utilisation du dioxide de Titane en crème solaire. Une aure étude canadienne démontre d'ailleurs aucun augmentation de risque de cancer chez des ouvriers travaillant avec du dioxide de Titane.

Dernier point : cet expert autoproclamé Vincent Bourgeteau (qui porte sur d'autres publications aussi le titre de "ethno-botaniste" ) conseillait il y a encore quelques mois le dioxide de Titane comme alternative naturelle aux filtres solaires de synthèse. (texte facile à trouver via Google).
Juste une question : pourquoi a-t-il tourné sa veste ?
Question complémentaire : a-t-il une réelle expertise scientifique après des études universitaires ou est-ce que c'est juste du bluff pseudo-scientifique ?

Par lunazen le 14 juin 2010 à 11h31
Du soleil avec modération

Finalement, la meilleure des protections serait la non-exposition aux heures les plus chaudes et l'utilisation de préparateurs solaires. Le soleil est bon mais avec modération donc on prépare sa peau avec des compléments alimentaires naturels, on porte vêtements, chapeau et lunettes de soleil et on évite de s'exposer entre 11h et 17h (pour faire large) et puis attention aussi à la réverbération du soleil (sable, eau, etc).

Par lunazen le 14 juin 2010 à 11h32
Pour avoir des couleurs

Et puis pour avoir des couleurs car oui le bronzage donne bonne mine, on mise sur des ingrédients et des cosmétiques naturels et bio. Donc, pas d'UV en cabine et on ne joue pas la crêpe sur la plage.

Par buriti le 24 juillet 2011 à 11h22
Attention au potentiel toxique du Titane

Contrairement à l'attaque contre Vincent BOURGETEAU, il est confirmé que le Titane est un ETM ( éléments Traces Métalliques ), les métaux lourds peuvent se caractériser par leur masse volumique ( entre autre ) la masse volumique critique est entre 4 et 5 g/cm3, la masse volumique du Titane est de 4,5 g/cm3, on est bien dans la plage critique pour le désigner ainsi. Par ailleurs, il est avéré scientifiquement que le titane est allergisant,je cite par ex. un article de 2010 de L Evrad et Al.:"Les allergies aux métaux dentaires. Un allergène émargent : Le Titane", Med. Brux. 2010 ; 31 : 44-9. Ainsi le dioxyde de Titane reste une alternative aux filtres solaires organiques, mais comme le souligne Mr Bourgeteau, il faut savoir aussi émettre certaines limites à son utilisation au regard d'une innocuité qui ne fait pas l'unanimité.

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !