Dîner chez des amis il y a quelques jours.

En fin de soirée, le sujet du réchauffement climatique est arrivé sur le tapis. Je tiens à préciser que ces amis ont fait d’excellentissimes études et ont une vraie culture internationale. 

 


- "Moi, je ne crois pas à cette idée de réchauffement climatique. D’ailleurs, tu as vu le temps qu’il a fait cet hiver ? Et d’abord, c’est quoi le problème si ça se réchauffe ?"

 


- "La banquise fond et les ours polaires vont disparaître." (Là, j’étais vraiment fière de mon argument ! Du béton, ça !)

 


- "C’est vrai, c’est dommage mais bon, c’est juste une évolution parmi d’autres qui ont déjà eu lieu dans le passé. On n’en est pas mort.

"


- "Mais le niveau des mers va monter, le gulf stream va disparaître, il va y avoir des phénomènes climatiques extrêmes."

 


- "Ce n’est pas prouvé, on n’en sait rien en réalité." 

 


Première conclusion : je me suis vraiment rendu compte de la maigreur de mes arguments. J’étais inculte, convaincue certes mais incapable d’avoir des explications un peu articulées. J’ai même failli sortir ma ridicule botte pas secrète : « Mais tu n’as pas vu le documentaire de Al Gore ? Regarde-le et on en reparlera.» 

 


Deuxième conclusion : il reste encore beaucoup de sceptiques – même parmi les soit-disant élites de la nation – qui ne souhaitent absolument pas modifier leur mode de vie et réduire leur empreinte écologique. Ils n’y croient simplement pas. Rappelez-vous de Claude Allègre...

 

Il ne nous reste plus qu'à espérer pour nous tous que ce soient eux les détenteurs de la vérité, sinon nous sommes mal partis…

Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte