A l’image des secteurs de la coiffure, du nettoyage ou de la boulangerie-patisserie, le bâtiment  constitue un secteur particulièrement touché par les allergies professionnelles. La première cause est la poussière inhalée sur les chantiers. Le chrome et le cobalt, présents dans le ciment, sont les allergènes majoritaires (dermatologiques). Les métaux (nickel, plomb…), les poussières métalliques, de même que les composants des huiles de coupe, des bains électrolytiques comportent des allergènes auxquels soudeurs, métallurgistes ou peintres peuvent être sensibles.

Les travailleurs du bois, quant à eux, peuvent êtres sensibilisés aux particules et aux poussières de bois ainsi qu’aux composants des vernis et des colles ou aux résines entrant dans la composition des stratifiés ou des agglomérés. Enfin, des cas d’allergies au caoutchouc (bottes, gants…), ont été identifiées.

Les risques touchent aussi les usagers notamment à travers les peintures, vernis et colles, adhésifs, produits anticorrosion détergents…dont les colorants, liants, additifs, conservateurs, résines, solvants, sont encore présents après la mise en œuvre sous forme volatile, nous les inhalons donc au quotidien !

(source www.batiactu.fr)

Construire écologique n’est résolument pas une question de mode ou d’ego : c’est avant tout une réflexion sur la santé, des ouvriers et des habitants.

Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte