Sport

Interview : quelle alimentation pour les sportifs ?

Publié le 21 août 2012 - Mis à jour le 14 mai 2014

Lorsqu'on pratique un sport, une bonne nutrition est essentielle. Le docteur Laurence Benedetti, spécialiste de la nutrition et la micronutrition, nous donne ses conseils. Elle a notamment participé à la rédaction d'un guide "La victoire en mangeant", édité par l'association iedm et soutenu par le groupe Pileje, à destination des sportifs.

Le docteur Laurence Benedetti
Le docteur Laurence Benedetti

FemininBio : Pourquoi est-il nécessaire de faire attention à son alimentation quand on fait du sport ? Quels sont les enjeux ?

Laurence Benedetti : Le contenu de notre assiette va intervenir sur chaque paramètre de la performance (aptitudes intellectuelles,endurance,vitesse, défenses immunitaires) et permet de prévenir les blessures (claquages, tendinites) par l’action antioxydante et anti inflammatoire de certains aliments.

A-t-on les mêmes besoins nutritionnels quand on est un sportif confirmé que lorsqu'on est un sportif du dimanche ?

LB : Non, bien évidemment, plus on s’entraine et plus les besoins en nutriments (proteines, sucre, graisse) et en micronutriments (vitamines, mineraux, acides gras essentiels…) sont importants.

L'alimentation doit-elle être différente d'un sport à l'autre (sport d'endurance, sport de combat, yoga,...) ?

LB : Oui, plus le sport demande d’energie, de calories, plus la ration alimentaire devra être importante.plus le sport est un sport d’endurance, plus les réserves en sucre (glycogène dans le muscle) devront être importantes, ce qui a très peu d’importance pour le yoga par exemple.

De même, une femme sportive a-t-elle les mêmes besoins qu'un homme sportif ?

LB : Une femme sportive a des besoins plus importants qu’une non sportive et moins importants qu’un homme sportif, car la femme a des besoins énergétiques plus faibles que l’homme .

Remarque-t-on des carences chez le sportif, si oui lesquelles ?

LB : En micronutriments : vitamines, fer, magnésium, iode et Acides gras essentiels.

Quels sont les types d'ingrédients à privilégier, pourquoi  ? 

LB : Les glucides  pour l’énergie et plutôt les sucres lents à charge glucidique faible qui évitent les pics d’insuline responsables d’hypoglycémie et « coups de pompe », 4 portions par jour, les protéines pour la force musculaire, 2 portions par jour, les fruits  frais et secs et les légumes verts pour prévenir les blessures (action antioxydante) et la fatigue musculaire (action neutralisante sur la production d’acide lactique en cas d’activité intense) à chaque repas, les acides gras polyinsaturés omega 3 pour leur action antiinflammatoire et l’eau partenaire officielle de nos muscles à 75% et de notre intestin.

Quels sont ceux à éviter, pourquoi ?

LB : Il n’y a pas d’aliments à diaboliser à partir du moment ou l’alimentation est diversifiée et équilibrée.
 Quand on est dans une recherche de performance (faire un bon temps lors d'une course à pied, par exemple).

L'alimentation peut-elle jouer dans la préparation ?

LB : Oui bien sûr, mais ce n’est pas un travail de la veille au soir mais de plusieurs semaines ou plusieurs mois auparavant. Il n’y a pas d’aliment miracle de l’instant T ! 


Quelles sont les grandes idées reçues sur l'alimentation et le sportif (on conseille souvent de manger des pâtes avant une course,...) ?

LB : La party pasta pour l’endurance, les proteines en grosse quantité pour gonfler les muscles, oublier les graisses pour ne pas prendre de poids, oublier les fruits et légumes qui pourraient donner des ballonnements.

Que pensez-vous des produits distribués lors des ravitaillements ?

LB : Tout dépend du contenu de ses ravitaillements. Ce qu’on sait ,c’est que l’hydratation à l’effort est améliorée par un apport glucidique (sucre) qui permet une meilleure assimilation digestive de l’eau et recule l’apparition éventuelle  d’une hypoglycémie. Lors de l’effort,également, les acides aminés dits « ramifiés » qui constituent les proteines du muscle , sont largement utilisés.Ajoutés aux glucides, ils permettent une meilleure tolerance musculaire à l’exercice et une bonne récupération. Le produit à l’effort idéal devra donc être quelque chose qui associe glucides, acides aminés ramifiés et minéraux .

Outre l'alimentation, le sportif peut-il compléter ses apports avec d'autres produits (compléments alimentaires,...) ?
LB : En effet, après consultation chez un professionnel de santé , s’il existe des déficits ou carences avérées en micronutriments, le sportif pourra compléter ses apports avec des compléments alimentaires de façon personnalisée.

Stéphanie Jarroux
Articles du thème En pleine forme
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte