Flexitarisme

Blogueuses : ce que le flexitarisme-végétarisme a changé dans leur vie

Publié le 21 janvier 2016 - Mis à jour le 25 janvier 2016
Sain et gourmand, vive le flexitarisme !
Sain et gourmand, vive le flexitarisme !
© Au vert Lili

Aujourd'hui c'est veggie ! Bjorg s'engage et vous donne rendez-vous chaque semaine pour vous faire découvrir les alternatives saines et gourmandes du régime flexitarien. Témoignages, recettes, reportages, conseils...découvrez tous les bienfaits de ce mode d'alimentation facile à adopter où les protéines végétales sont à l'honneur !

Réduire sa consommation de viande au profit du végétal, tel est le credo d’Alice, de Nathalie et de Laurence, auteures respectives des blogs Au vert Lili, Melle Pigut et Petits repas green entre amis. Pour quelles raisons et comment sont-elles devenues végéta*iennes ? Auparavant, ont-elles été flexitariennes ? Et que leur apporte le végéta*isme ? Interview-témoignage de ces trois expertes qui mettent le green à l’honneur dans leurs assiettes…
Quand, comment et pourquoi vous est venue l’idée de devenir végéta*ienne ?
Alice (Au vert Lili) : « Je suis végétalienne depuis 2012. Lorsque j’ai pris conscience de comment les animaux étaient élevés puis tués, je n’ai plus souhaité prendre part au massacre. J’ai donc arrêté de consommer de la viande puis du poisson, et ensuite des oeufs et des produits laitiers. »
Melle Pigut : « Je suis végétalienne depuis que j’ai 26 ans. Néanmoins, je suis devenue végétarienne à l’âge de 13 ans. A cette époque, je trouvais illogique de câliner certains animaux tout en en mangeant d’autres. »
Laurence (Petits repas green entre amis) : Je suis végétalienne depuis trois ans. Vivant en Russie à l’époque, voir la viande exposée sur les étals des marchés m’a absolument dégoutée. L’idée d’intégrer de nouvelles recettes sur mon blog m’intéressait. Le challenge de me nourrir différemment en adoptant une alimentation végétale s’en est naturellement suivi. »
Le changement entre votre ancienne alimentation et le végéta*isme s'est-il fait progressivement ? Si oui, combien de temps a duré votre régime flexitarien ?
Alice : « Ma transition alimentaire n’a duré que quelques semaines. Je n’aime pas faire les choses à moitié. C’était tout ou rien. »
Melle Pigut : « L’idée de devenir végétarienne m’est venue à 10 ans. Cependant, ma mère refusait que je le devienne car elle s’inquiétait, à tort, pour ma croissance. Finalement, j’ai décidé de passer à l’action à 13 ans, et ce du jour au lendemain. »
Laurence : « Le déclic m’est apparu comme une évidence, du jour au lendemain, mais j’ai néanmoins mis du temps à adopter une alimentation 100% végétale. Il fallait que je m’organise et change mes anciennes habitudes, même si, depuis plusieurs années, les produits laitiers et les oeufs étaient bannis de mon réfrigérateur. C’est alors que j’ai découvert plusieurs produits végétaux riches en protéines, comme les légumineuses, pour substituer intégralement la viande de mes assiettes. Je les boudais un poil jusqu’alors, je leur fais la part belle aujourd’hui ! »
Comment perceviez-vous votre alimentation avant le végéta*isme ? Et maintenant ?
Alice : « Avant, je ne prêtais pas attention au contenu de mes assiettes, à la qualité de mes aliments, à leurs vitamines et leurs nutriments. Depuis que je suis végétalienne, j’allie le plaisir de la table aux saveurs et aux besoins physiologiques. Je suis plus à l’écoute de mon corps et je me régale tout en me faisant du bien. »
Melle Pigut : « J'étais très jeune avant mon passage au végétarisme, c'était il y a vingt ans, j'ai donc du mal à répondre à cette question. Aujourd’hui végétalienne, je ressens davantage la transition positive du végétarisme vers le végétalisme. Manger est devenu un plaisir, j'ai pu explorer des tas de saveurs et de textures dont je ne soupçonnais pas l’existence. M'éloigner des codes de l'alimentation classique et de la pression des traditions m'a fait du bien, encore aujourd’hui ! »
Laurence : « Auparavant, je considérais mon alimentation comme saine sans pour autant me sentir en parfaite adéquation avec mon corps. Je manquais d'énergie et ressentais certains maux au quotidien dont j'ignorais leurs causes. J'ai mis du temps à me rendre compte que mon alimentation en était la seule responsable. Je consommais, par exemple, beaucoup de sucre raffiné et de sucre rapide. Aujourd’hui, je me suis tournée vers les sucres complets et mange beaucoup de fruits secs. Je sais quels aliments me font plaisir sans qu’ils nuisent à ma santé. »
Que vous apporte le végéta*isme ? A-t-il changé le rapport que vous avez de vous-même ? Et la conception que vous vous faisiez sur l'alimentation ? Si oui, comment ?
Alice : « Le végétalisme m’a permis de revoir petit à petit ma philosophie de vie. Pour des raisons éthiques, environnementales et sanitaires, il est impossible que je retourne au conventionnel. J’ai retrouvé une paix en moi-même, une belle manière de mieux nourrir, me faire du bien et méditer sur ce qui nous entoure. Tout est lié, il n’y a pas l’alimentation d’une part, la nature de l’autre, les animaux encore ailleurs… On fait partie de la nature, on forme un tout. J’ai repris ma place dans la nature, je mange par plaisir et non plus par simple nécessité.
Melle Pigut : « Être végétalienne me permet de ne pas nuire et d'être ainsi en accord avec moi-même. Dorénavant, j’aime mon rapport avec l’alimentation. Manger sert à nourrir le corps. Plus je prends de plaisir à manger, plus je respecte les besoins de mon organisme et plus mon alimentation est saine, optimale et équilibrée. »
Laurence : « Par l’intermédiaire du végétalisme, j’ai la sensation d’être pleinement en vie et de ressentir davantage les choses. J’ai une vie plus saine sur tous les plans, et pas seulement en ce qui concerne l'alimentation. Me sentir bien permet aux miens de l'être aussi et c'est peut-être bien ça la meilleure des conséquences de ma façon de me nourrir… »
Finalement, quelle(s) influence(s) a apporté le végéta*isme dans votre vie ? A-t-il changé votre manière de concevoir/voir le monde qui vous entoure ?
Alice : « Quand j’ai adopté le végétalisme en 2012, j’ai aussi déménagé, changé de job et de relations. Tout a petit à petit été revu. Il m’a ouvert beaucoup de portes. Par exemple, aujourd’hui, je médite et je m’intéresse à l’alimentation vivante et au yoga. Il y a cinq ans, je n’aurais jamais cru cela possible… »
Melle Pigut : « Le végétarisme a apporté beaucoup de positif dans ma vie. Avec lui, je sais que l’on peut choisir avec sa tête ce que l'on met dans son assiette, sans pour autant s'éloigner du plaisir de manger. J’ai réalisé qu'il est possible de vivre autrement. Le végétal m’a ouvert l'esprit, a développé ma curiosité, mon sens critique mais également mon sens de la justice, mon empathie, le respect de l’autre et l’égalité. »
Laurence : « Indubitablement. Si je suis devenue plus exigeante envers moi-même, je le suis aussi peut-être un peu trop envers les autres. Paradoxalement, je crois, néanmoins, être très tolérante envers ceux qui n'accordent que peu d'importance à ma façon de faire et de penser. Mais j’ose espérer que tous prendront vite conscience de l’urgence pour la planète et qu’ils peuvent agir dès maintenant ! »
Si vous auriez le pouvoir, en quelques mots, de convaincre nos lecteurs à devenir végéta*iens, que leur diriez-vous ?
Alice : « Je leur dirais de mettre plus de fruits et de légumes dans leurs assiettes, de manger moins souvent de la viande et des produits laitiers, de faire l’expérience et de juger par eux-mêmes les bienfaits d’une telle alimentation. Ce que l’on peut essayer à la maison vaut mieux qu’un long discours. »
Melle Pigut : « J'aimerais que les gens réaslisent d'eux-même la nécessité d'êter végéta*ien. Ca peut être pour leur santé, pour leur porte-monnaie, pour l’environnement ou pour le respect des animaux. Devenir végéta*ien ne doit pas être un fardeau mais un plaisir, il faut se lancer à son rythme… et à plusieurs. Plus on motive ses proches, plus c’est facile. »
Laurence : « L'alimentation végétale est simple et extrêmement savoureuse. On se régale tout autant voire davantage sans cruauté animale dans l’assiette. Elle est aussi économique et l'on se sent bien et très en forme en ne consommant que des végétaux (bio, évidemment) ! Enfin, elle est également très variée qu’il est possible de proposer une assiette différente à chaque repas tout au long d'une année ! »
 

Au vert lili
 
Melle Pigut
 
 
Green recipes entre amis
Sa recette de borsch à la russe
Articles du dossier Aujourd'hui c'est veggie
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte