Etat des lieux des cantines bio en France

Publié le 10 juin 2009 - Mis à jour le 30 novembre 2012

Les repas bio en restauration collective ont connu un fort développement ces dernières années on est passé de 400 000 repas bio servis en 2000 à près de 5 millions en 2007 ! Mais la restauration scolaire est restée en marge de ce phénomène, malgré des initiatives pionnières à encourager de certaines régions (Ile-de-France, Rhône-Alpes et Bretagne). 

Passer à une cantine bio implique un chamboulement complet de l’organisation en place : approvisionnement, préparation composition, distribution. Pas facile, mais le jeu en vaut la chandelle ! Et il faut se presser si l’on veut atteindre les objectifs fixés au Grenelle de l’environnement : 20% de repas bio dans l’ensemble de la restauration collective publique d’ici à 2012…En 2009, on est péniblement arrivé à 0,5% …

Le bio fait peur en raison de son coût, ou plutôt de son surcoût, par rapport à une alimentation classique. Or, en réalité, la différence de prix est de l’ordre de 10 à 15% et elle est souvent prise en charge par les mairies. La différence de prix s’explique par le fait que les aliments bio nécessitent plus de main d’œuvre, pour un rendement plus faible à l’hectare. La vente se faisant souvent dans des petits volumes de transaction, il est plus difficile pour l’agriculteur de réaliser des économies d’échelle. Le prix de vente inclut cependant les frais de certification bio et de contrôle du produit.

Pour aller plus loin : le film de Jean-Paul Jaud, Nos enfants nous accuseront (France, 2008)

Retour au sommaire du dossier La cantine bio

Cet article est issu du livre de Safia Amor et Olivier Carton, Le guide des parents bio à l'école, à la maison et en vacances, paru en 2009 aux Editions Eyrolles.

Safia Amor et Olivier Carton
Articles du thème Chef bio
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte