Flexitarisme

Les flexitariens, des végétariens en devenir ?

Publié le 10 septembre 2015 - Mis à jour le 23 septembre 2015
Le flexitarisme, une proposition pour toute la famille !
Le flexitarisme, une proposition pour toute la famille !
© Fotolia

Aujourd'hui c'est veggie ! Bjorg s'engage et vous donne rendez-vous chaque semaine pour vous faire découvrir les alternatives saines et gourmandes du régime flexitarien. Témoignages, recettes, reportages, conseils...découvrez tous les bienfaits de ce mode d'alimentation facile à adopter où les protéines végétales sont à l'honneur !

Souvent présenté comme une alternative au régime végétarien, le flexitarisme adopte une démarche souple, « flexible », vis-à-vis de la consommation de viande. Compromis incompréhensible pour les uns, véritable mode de vie pour d'autres, le concept fait parler et suscite de nombreux échanges.
Des origines : un chamboulement collectif
Après une hausse soutenue de la consommation de toutes les viandes entre les années 1960 et 80, les années 90 marquent un tournant dans l'opinion public. Le scandale de la vache folle éclate. Les ventes de produits carnés s'effondrent. Depuis, la tendance reste à la baisse.
Selon le CREDOC, les Français en mangent désormais de 2 à 4 fois par semaine. Une perte de 10% depuis 2007.
Le régime « flexi » : un sujet qui divise
Le flexitarisme trouve autant de raisons d'être quede flexitariens, il est motivé par de nombreuses raisons. Pour certains, c'est une démarche insuffisante : elle ne s'oppose pas avec suffisamment de fermeté aux pratiques d'élevages intensifs qui maltraitent l'animal. 
Toujours selon ses détracteurs, le flexitarisme estun compromis mou, trop facile ; ils demandent un engagement plus fort et plus tranché.
Repenser ses habitudes collectives.
Entre déjeuners d'affaires ou repas du dimanche en famille, il peut être délicat pour certains de se déclarer végétariens de but en blanc. Le sujet de la viande est parfois un sujet qui fâche. Les personnes souhaitant véritablement faire évoluer leurs habitudes alimentaires trouvent dans le flexitarisme une manière d'associer leur entourage à leur décision. 
Agir sur son assiette.
Car au cœur de cette démarche, on trouve plusieurs préoccupations ; elles sont environnementales, éthiques (la condition animale) ou encore liées à la santé. Plus qu'un phénomène de mode éphémère, le flexitarisme répond à un besoin croissant de maîtriser son alimentation. Au-delà d'une approche semi-végét arienne, c'est plus qu'un pallier qui est offert à ceux qui aspirent à devenir de vrais consomm'acteurs... C'est une façon d'introduire et de partager des points de vue.
 
Retrouvez toute la gamme veggie de Bjorg ainsi que de nombreuses recettes sur le site www.bjorg.fr !
Articles du dossier Aujourd'hui c'est veggie
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réactions à l'article
Par Ohyeah le 10 septembre 2015 à 12h03
Je suis assez d'accord, le

Je suis assez d'accord, le flexitarisme devrait rester une transition, une étape vers le végétarisme ou le végétalisme, et non une fin en soi.

Attention au texte, il manque beaucoup d'espaces entre les mots.

Par babajaga le 11 septembre 2015 à 13h44
Le flexitarisme peut aussi être une fin en soi !

Si les gens veulent que leur flexitarisme soit une fin en soi c'est leur droit.
Dans notre famille on est flexitarien (la majorité de nos repas est d'origine végétarienne et de temps en temps on mange de la viande ou du poisson ou des oeufs), étant donné que certains membres de ma famille ne veulent pas devenir végétariens stricto sensus (ce qui est leur droit) et que je je veux pas non plus me sentir obligé de manger de la viande, on a coupé la poire en deux, on est fléxi. Quand on vit en groupe il faut faire des compromis sinon les choses sont ingérables, il faut respecter les choix des uns et des autres et essayer de trouver un juste milieu, on est donc devenu fléxi n'en déplaise à certains.

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte