Cacao

Quelle est l'origine du cacao ?

Publié le 14 janvier 2011 - Mis à jour le 28 mars 2014
Consultant et conférencier pour le changement de comportements alimentaires. Auteur de "Visio Food", Éd. Souccar, 2012. Auteur de "Non aux oranges carrées", Éd. Trédaniel, 2009. Expert en alimentation pour Femininbio. Chroniqueur alimentaire pour les Éco. de la Terre. Auteur sur naturavox.fr.
Source : Wikipédia
Source : Wikipédia
© wikipédia

Le cacao semble venir du bassin amazonien, les premières traces sont retrouvées en Amérique Centrale et plus particulièrement au Mexique dans la presqu'île du Yucatan et dans les bassins de l'Orénoque. Cultivé initialement, par les Mayas (250 apr. J.-C. à 900 apr. J.-C.), ce peuple avait trouvé de multiples usages au cacao : des fèves comme monnaie d'échange et une boisson amère, fortifiante et prétendue aphrodisiaque : le Xocoatl, la"boisson des Dieux".

Xe siècle :

Les Toltèques, nouveaux occupants des terres Mayas, vénèrent deux choses : le cacaoyer, Cacahuaquchtl, nommé « l’Arbre du Paradis » et leur Dieu-Roi Quetzalcoatl, plus connu sous le nom de "Serpent à Plumes".

XIVe siècle :
A leurs tours, les Toltèques transmettent leurs terres et traditions aux Aztèques. À cette époque, seuls les plus hauts dignitaires auront accès au Xocoatl.

XVe siècle :
1492 : Christophe Colomb découvre l’Amérique et le Xocoalt, mais ne comprend pas l'intérêt que porte ce peuple à cette fève. Il passe à côté d'une grande découverte lorsqu'il décide de ne pas en ramener en Europe.

XVIe siècle :

  • 1519 : un certain Hernan Cortés, débarque au pays Aztèque avec des motifs beaucoup moins pacifiques que son prédécesseur Christophe Colomb et à sa détermination de conquête vient s'ajouter un événement en sa faveur. Moctezuma, le roi des Aztèques, attend avec impatience la réincarnation du dieu à plumes : Quetzalcóatl, car selon le calendrier aztèque, cette année serait annoncée comme telle et il découvre en la personne de Cortés, un arrivant coiffé d'un casque à plume. Ce malentendu, va conférer à ce conquérant, un excellent accueil et propulser ce peuple à sa perte. Une fois, le pouvoir acquis, Cortés, saisit très vite tout l'intérêt du cacao. Il étend sa culture, améliore la recette et commence sa distribution au souverain d'Espagne, Charles Quint.
  • 1528 : en fin visionnaire, ce conquistador associe la cannelle, les grains de poivre, les clous de girofle, la vanille, le musc et l'eau de fleur d’oranger. Il dira au roi : "Une tasse de cette précieuse boisson permet à un homme de marcher un jour entier sans manger".
  • 1585 : le bas de l'Espagne s'empresse de faire commerce de cette fève magique avec le reste de l'Europe et nous constatons un effet de bord dû à ce commerce : l'esclavagisme et "la traite des Nègres".

XVIIe siècle :

  • 1615 : Anne d’Autriche (fille du roi d'Espagne) introduit le chocolat en France, lors de son mariage avec Louis XIII  (roi de France) en ramenant dans ses valises, des servantes sachant préparer le chocolat.
  • 1660 : Marie-Thérèse d’Autriche (princesse espagnole) introduit, à son tour, le chocolat en Martinique, lors de son mariage avec Louis XIV. Elle a deux passions, dira son entourage : le roi et... le chocolat. Sous Louis XIV, le chocolat est à la mode à la cour de Versailles. La première boutique de chocolatier s'ouvre à Paris.

XIXe siècle :

  • 1820 : invention de la tablette de chocolat par un certain… Antoine-Brutus Menier. 
Le chocolat en poudre est créé en 1828 ; le chocolat au lait en 1875. Ainsi arrive, la naissance du chocolat industriel : Van Houten, Menier, Lindt, Suchard, Nestlé, etc.
  • 1879 : invention du conchage par un non moins connu… Rodolf Lindt. Ce nouveau procédé permet d'écraser la pâte de cacao sèche en y réincorporant son propre beurre de cacao et voire plus pour apporter souplesse et onctuosité au chocolat final. Le conchage doit être long (parfois 3 ou 4 jours chez certains chocolatiers) pour dégager tous les arômes et la finesse de celui-ci. Cette même année, Nestlé met au point un procédé de condensation du lait pour l'ajouter à la poudre de cacao, il obtient alors du chocolat au lait.

XXe siècle :

Industrialisation rime avec productivité. Les ajouts de synthèses affluent dans les recettes et la course à l'aération, la finesse, le rapport qualité-prix et la rentabilité génère toute une série de chocolat qui ne devrait même plus en porter le nom.

  • 1912 : Jean Neuhaus créé la praline et lance ses tablettes "Côte d'Or", ornées du célèbre éléphant.
  • 1923 : Encore un nom connu, tel Franck Mars qui invente et lance, à Chicago, la première barre chocolatée. 

 

Articles du dossier Spécial chocolat
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte