Avez-vous remarqué, ces derniers jours, que le moral remonte ? C’est dans l’air (et dans les airs aussi, chère petite radio) : tout le monde parle des signaux de fin de crise. « La punition est finie ! Tout va pouvoir reprendre comme avant ! ». Mon côté cynique et pessimiste, contre lequel je me bats pourtant, reprend le dessus… 

 


Pendant l’explosion de la crise, une petite voix (celle qui refuse obstinément les pensées uniques successives et les modes) me disait tout doucement : mais pourquoi cela changerait-il ? L’envie d’être riche, d’avoir du pouvoir, quel qu’en soit le prix, c’est immuable dans l’histoire de l’humanité. Est-ce une petite crise de rien du tout, à l’échelle de l’histoire, qui changera ces fondamentaux ? Dès que ça ira mieux, on recommencera à chercher à s’enrichir, en prenant des risques, pour soi comme pour les autres malheureusement. Certainement pas avec des subprimes mais avec autre chose, plus ou moins risqué, plus ou moins malhonnête. 

 

Une révolution ? Une mutation ? Espérons-le mais j’en doute. J’ai entendu il y a peu un professeur d’économie de l’université Paris Dauphine (dont j’ai oublié le nom bien entendu - si vous le retrouvez…) dire qu’il apprenait à ses étudiants à se méfier de toute idée qui subitement faisait l’unanimité et qu’il était dans ce cas urgent de la remettre en question...

Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte