Bloup bloup bloup… Ca y est, je sors la tête hors de l'eau. Récapitulons donc les épisodes auxquels vous avez échappé (petites veinardes !) :

Les travaux se sont finalement finis à l'arrache. Conclusion : nous avons eu droit à un bon gros vernis professionnel, pure chimie, mais à séchage ultra-rapide ! J'étais terrorisée de mettre mes loupiots là-dedans, mais finalement tout s'est bien passé et mon asthmatique chérie a supporté toutes ces effluves fort peu naturelles.

Pendant cette période, lorsque je croisais une femme à laquelle j'apprenais notre déménagement, j'obtenais toujours la même réaction ("un enfer", "une épreuve", "bon, je vous laisse tranquille, annulons vos rendez-vous"). Lorsqu'il s'agissait d'run sujet mâle : aucune réaction. Je vous laisse la responsabilité de la conclusion.

Une autre chose plus intéressante : c'est très difficile de faire un déménagement écolo. Je m'explique : pour faire un déménagement, il vous faut des caisses en carton et du papier pour emballer ou caler vos objets fragiles. Vous en consommez une quantité colossale. Je me suis certes débrouillée pour utiliser des cartons "recyclés" mais quand même...

Que faire de ces cartons et papiers après déballage ? Les mettre dans les poubelles jaunes (pour recyclage dans notre bonne ville). Et à votre avis que se passe-t-il ? La poubelle jaune UNIQUE pour tout l'immeuble est pleine en 3 secondes, et elle ne sera vidée que 2 fois pas semaine.

Il vous reste donc trois solutions : patienter pendant des semaines pour réussir à écouler vos dizaines de cartons (se convertir à la méditation zen au plus vite), guetter les éboueurs qui passent à 16h30 (pratique !), et la pire : se dire "basta, je n'en peux plus" et tout mettre dans la poubelle classique. Parce que "tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se brise".

La morale de cette histoire : encore aujourd'hui, avoir un comportement responsable n'est vraiment pas facilité ; il faut une conviction à toute épreuve et beaucoup trop de courage... Les infrastructures doivent être adaptées au plus vite aux changements de mentalité qui prennent enfin heureusement forme. Nous ne sommes pas toutes des « surfemmes »…  

Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte