La propolis, utilisation et vertus thérapeutiques
http://www.phytoreponse.fr/phytotherapie-propolis-k.htm

La propolis est, comme le pollen, un produit de la ruche, sécrété par les abeilles. L’homme l’a de tout temps utilisée pour se soigner: plaies, lésions cutanées, traumatismes, infections… Aujourd’hui, elle est appréciée pour lutter contre différentes affections, telles que rhumes, mycoses, herpès, plaies, gingivite, rhumatismes, faiblesse immunitaire… En solution liquide, en crème, en gel ou en spray, la propolis est disponible sous de nombreuses formes.

Définition et composition de la propolis

La propolis est un ensemble de substances résineuses et gommeuses sécrétées par les abeilles à partir de résines récoltées sur les bourgeons de certains arbres (marronniers, peupliers, frênes, saules, chênes). Elles y ajoutent de la cire, du pollen et différentes sécrétions. La propolis est ainsi riche en flavonoïdes et en phénols, en acides gras, et elle renferme diverses substances aromatiques, minéraux et oligo-éléments (magnésium, fer, aluminium, cuivre, silicium, nickel, zinc…), et vitamines. Sa couleur peut varier du jaune clair au brun foncé, en fonction de sa composition. Dure et friable jusqu’à 15°C, elle devient molle et malléable vers 30°C, puis collante et visqueuse au-delà.

Rôles de la propolis dans la ruche

Les abeilles l’utilisent pour colmater les fissures à l’intérieur de la ruche, et pour en aseptiser l’entrée et les cellules, notamment celles où la reine vient pondre ses œufs. La propolis permet aussi aux abeilles d’embaumer les cadavres des prédateurs ou des intrus ayant réussi à pénétrer dans la ruche, mais dont les corps sont trop gros et trop lourds pour être transportés à l’extérieur. La propolis empêche la prolifération des bactéries, et de ce fait, elle protège les abeilles des maladies et autres infections.

La propolis au cours de l’Histoire

Les Égyptiens avaient remarqué cette propriété anti-putréfaction de la propolis: eux ont aussi l’utilisaient dans leurs procédés de momification. Dans les médecines grecques et romaines, cette substance était prisée pour lutter contre de nombreux troubles. Ainsi, Aristote la recommandait contre les affections de la peau, notamment les plaies et les suppurations, quant à Pline, il la prescrivait sur les enflures, les douleurs d’origine nerveuse, les abcès, les furoncles et les ulcères cutanés. Enfin, pendant les guerres qui ont sévit au cours des siècles, la propolis a permis de soigner bien des blessures.

Aujourd’hui, si les plaies béantes, les furoncles et les suppurations ne sont plus tellement d’actualité (dans les pays dits développés, du moins), la propolis continue à soigner un grand nombre de petits maux du quotidien.

Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte