Trop souvent, nous oublions que nous ne sommes que les locataires de notre planète. Les comportements habituels constatés laissent plutôt à penser que nous considérons notre terre comme un bien inaliénable.
Les évènements naturels récents doivent nous rappeler notre petitesse et nous inciter à une certaine forme d'humilité.
Trois tremblements de terre en moins d'une semaine, un ouragan dévastateur devraient reforidir nos ardeurs à puiser sans compter dans cette terre qui nous a été confiée et que nous devrons céder à nos enfants. 
Sommes-nous conscients de l'héritage que nous allons leur transmettre ? 
Avons-nous été trop loin que pour espérer pouvoir revenir en arrière et réparer, ne fut-ce qu'en partie, ce qui a été lé fruit de notre inconscience, de notre cupidité ?
Les valeurs élémentaires sont foulées au pied, l'individualisme outancier règle en maître au point de nous dénaturer.
Combien d'entre nous seraient en mesure de survivre à un changement profond, à des modifications telles que ce que nous connaissons aujourd'hui serait inutile ?
Combien nous mesurerions notre dépendance, l'oubli abyssal de ce que nous étions primairement.
La prise de conscience seule ne peut rien. Cela doit être suivi de résolutions déterminées, d'actes et d'attitudes courageux, fermes pour espérer retrouver ce qui fut le fermet de toute vie.
Comprenons une fois pour toute que nous faisons partie de l'univers, que nous sommes un maillon infime du cosmos. Ne la jouons pas perso en pensant que nous ne ne sommes que des spectateurs d'une immensité qui se meut sans nous.
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte