Je n'y pouvais rien, l'instinct, je ne sais pas pourquoi mais cela me semblait aller de soi, il fallait s'obstiner, garder le petit tout près de moi tout le temps et le mettre au sein quoi qu'il en coûte, fusse une bonne grimace à chaque succion...

Et puis la montée de lait sans souci, la prise de poids nickel chrome et même plus que le poids de naissance à la sortie de la mater... royal !

Un réel épanouissement ? Hé ben non !

Enfin pas tout de suite en tout cas. Du coup j'ai tout programmé, le sevrage 15 jours avant l'adaptation chez la nounou, tout ira bien, déjà que j'aurai allaité 3 mois et demi ce qui est plus que la moyenne.
Hé ben non !

Alors là, s'il y a bien une chose que j'ai apprise en devenant maman c'est qu'on ne programme rien, surtout pas sa relation avec son petit, son ressenti.

Au début donc j'ai bien vécu l'allaitement tout en en voyant bien les contraintes (je suis bonne vivante... le vin me manque!) peu nombreuses cela dit. Mes seins se sont adaptés, le petit a fait ses nuits à 1mois et demi et a bien pris du poids... Tout allait bien.

Et puis j'ai projeté d'arrêter car reprise de boulot (non je ne tirerai pas mon lait pendant une demi heure chaque jour sur mon lieu de travail) et puis surtout raz le bol (pas fatiguée pourtant).

Et puis sevrage.

Premier bib.

Grosse grosse grosse douleur... à l'âme et au coeur !

L'horeur pour moi et pour lui. Lui qui rejette à mort la têtine, recrache le lait, hurle.
Moi qui tente de rester zen, de lui expliquer que c'est bon pour lui.

Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte