Jamais je n'aurai pensé que cette étape serait si difficile.

Les biberons suivants n'ont pas été mieux.  J'en pleurais à chaque fois. (ça ne marchait pas mieux sans moi je précise)

Puis finalement il a pris, de guerre lasse. Je garde pour l'instant les têtées du soir et du matin et qu'est-ce qu'on les savoure !!!

C'est une vraie séparation que le sevrage et c'est là que j'ai réalisé toute la dimmension de l'allaitement. Beaucoup plus que la nourriture terrestre c'est un lien indescriptible, un deuxième cordon qu'il faut couper !

Je n'ai pas la plume pour en parler de façon assez juste car c'est une trop belle chose qui mérite quelques menus sacrifices (le mot est fort mais il y a des mauvais côtés alors oui, disons sacrifices car on se sent régulièrement "vache laitière"). J'ai fait ce choix et je ne le regrette absolument pas.

Tout ça pour dire que dans ce parcours du combattant pour être la maman parfaite qu'on ne sera jamais... Disons la maman la moins pire possible... On a beau lire, écouter les conseils de la famille, du personnel médical, des amies, de Marcel Rufo ou des maternelles... Jamais on ne saura comment on va ressentir les choses, surtout celles là. C'est tellement nouveau, tellement bouleversant sur tous les plans. Il faut s'écouter soi, ressentir un max et retrouver quelque part... son plus simple instinct. Avoir confiance en soi. Point

Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte