Etat des lieux :

Les peintures décoratives dites «naturelles», «vertes», «écologiques», «non toxiques» envahissent les rayons des magasins de bricolage, mais sont-elles vraiment respectueuses de l’environnement ? Pour le savoir, il faut s’intéresser à la quantité de solvants qu’elles contiennent.

Ce sont eux qui sont responsables de l’émission des composés organiques volatiles, (C.O.V) substances nocives pour la santé. Or, depuis le 1er janvier 08, une directive européenne (du 24 avril 2004) oblige les fabricants à réduire au sein de leur gamme la place des produits solvantés.
 
Cette dernière fixe des seuils de C.O.V à ne pas dépasser. La limite est de 75 g/l pour les peintures extérieures en «phase aqueuse» – un seuil égal à celui des peintures intérieures en «phase aqueuse» - et de 450 g/l pour les peintures extérieures en «phase solvant» – soit 50g/l de plus que pour les peintures intérieures en «phase solvant». (Source : Fipec, Fédération des Industries des Peintures, Encres, Couleurs, colles et adhésifs).
 
 
 
La bonne nouvelle c'est que les produits actuellement disponibles sur le marché respectent d'ores et déjà les seuils de COV définis par la directive européenne de… 2010 ! Le consommateur à la recherche d’une peinture respectueuse de l’environnement peut donc, dans un premier temps, se référer à la teneur en C.O.V du produit, obligatoirement inscrite clairement sur le pot.
 
Moins de produits en "phase solvant" sur le marché
Il y a cependant, sur le marché des peintures décoratives, une réalité immuable que l’on ne peut ignorer : les peintures acryliques et vinyliques, de part leur composition chimique même, dégagent beaucoup moins de COV et contiennent également moins de solvants que les peintures glycéro. Conscient de cette réalité, les fabricants sont parvenus, en l’espace de 10 ans, à diminuer sur le marché le nombre de peintures utilisant la technologie «phase solvant».
 
 
Entre 1995 et 2005,les peintures de ce type sont ainsi passées de 60 % à 40%. D’après la Fipec, elles ne devraient pourtant pas disparaître complètement : «dans certaines applications spécifiques, les produits en phase solvant, encadrés par la réglementation, restent une nécessité et permettent d’apporter au produit des caractéristiques particulières : préparation des fonds, imprégnation des supports poreux…»
 
NF Environnement et Ecolabel Européen
Autres éléments offrant un certain nombre de garanties aux consommateurs : les écolabels officiels. Les fabricants qui le souhaitent peuvent prétendre à la marque NF Environnement et/ou l’Ecolabel Européen, tous deux délivrés par l’Afnor, association française de normalisation. Ils certifient la teneur réduite en solvants et l’absence de certaines substances dangereuses. Pour les obtenir, chaque produit est considéré dans son ensemble, depuis l’extraction des matières premières jusqu’à l’élimination des produits après usage.
 
«Les écolabels officiels garantissent aux consommateurs à la fois l’efficacité des produits, par exemple leur pouvoir couvrant, et la limitation de leurs impacts environnementaux» commente Phillipe Brunet, responsable technique et production pour la Fipec tout en précisant que «les contrôles sont tels en France, qu’il y a de moins en moins d’écarts entre les peintures dites éco-responsables et les autres.»
 
 
Source : Batiactu
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte